Fondations de l'Empire Chroniques Impériales L'Empereur bâtisseur Derniers évènements

Avant même de vous lancer dans la lecture de ces longues chroniques, sachez que leur importance pour la compréhension du monde d'Imperii est moindre que celle des autres parties. Elles peuvent vous aider à connaitre plus de détails ainsi que l'évolution de l'Empire. Si vous désirez jouer un érudit ou un chroniqueur (carrément) alors oui, c'est nécessaire. La partie que je vous conseillerais le plus est la dernière. Elle donne plusieurs détails sur le contexte d'Ishtar 1 (le forum qui a précédé Imperii) et elle vous plaira surement si vous êtes un ancien joueur de ce forum =)



"Lorsque l'existence émergea de l'Ombre primaire, le Monde prit forme, différents équilibres se formèrent. Et c'est ainsi que vont les choses. La terre et l'eau sont en équilibre pour faire pousser les plantes, l'homme respire l'air et se réchauffe auprès du feu. Les équilibres doivent être maintenus, mais aucun n'est aussi importent que celui entre la Lumière et les Ténèbres. L'un aveugle, brûle, l'autre horrifie et plonge toute chose dans un froid destructeur."

Deuxième verset des Écritures de l'Ombre


Peu de gens voient une autre façon plausible pour le Début. Mais toute chose a un début et seule l'Ombre n'a aucune fin. Penchons nous sur les débuts de l'Empire et de tout ce que cette immense puissance ait pu créer en anéantissant tellement que l'on préfère l'oublier. Si vous vivez désormais sous la Régence, première dans l'Histoire, il vous faudra revenir sur ces terres, mais environ trois millénaires dans le passé. Le Continent était aussi morcelé qu'une assiette qui tombe sur les pavés de la rue du troisième étage. Autant dire que des rois, princes et autres petits seigneurs, il y en avait à peine moins que d'habitants. Comme souvent dans les histoires, il se trouvèrent des hommes et des femmes puissants, charismatiques, capables de rassembler les troupes et les sympathisants autour d'eux.

Ainsi des puissances locales émergèrent. La célèbre Yue-li, en occident, dont l'héritage actuel est le Khini Lao, détenait une énorme fortune et il n'y avait personne qui ne souhaiterait faire du commerce avec elle. Dans le nord lointain, le Nördlichesländer naissait, sous un lointain ancêtre des Von Markus, alors que l'on commençait les fondations d'un premier château fort qui servit d'inspiration aux constructeurs de l'actuel. Cela faisait déjà plusieurs siècles que les grands magiciens de Talaar avaient commencé à sculpter les merveilles du Sud, alors que la manipulation des ombres n'avait que quelques décennies. D'ailleurs, elle se développa dans le centre des terres connues. En Ishtar.



La petite ville fortifiée n'avait rien de plus que les dizaines d'autres parsemant la région centrale du Continent. Baignés tant de soleil que de pluies, les plaines et les bois fournissaient à la population tout ce dont elle avait besoin pour vivre confortablement. Sa position centrale lui conférait un statut très envié de ville commerciale, au carrefour des voies marchandes du Continent. Quelques villages dépendaient à l'époque du monarque, Algirdas I. Des seigneurs comme lui... Il n'y en avait pas. Car il était l’aîné de la famille la plus remarquable dans l'Histoire. Comme établi après sa mort, il était le descendant de celui qui naquit de l'Ombre, sorte de... Saint suprême pour la poignée de magiciens qui vivaient à cette époque dans la région. Ce sont eux qui lui ont demandé la protection, alors que la magie de la Terre était connue depuis si longtemps et pratiquée par des centaines d'adeptes. De nos jours, nous savons que leur choix fut motivé par cette puissance que seul un Walhgren pouvait détenir et donner à ses partisans.

Et c'est par là que commença la suprématie d'Ishtar.

Le roi n'avait jamais eu d'armée assez puissante pour simultanément défendre sa cité et participer aux querelles de voisinage avec les dizaines de petits seigneurs qui entouraient son domaine. Surtout si tout le monde passait son temps à se fortifier. Trop fier et ambitieux pour fonder une alliance durable, il attendait une occasion pour étendre son influence. La dizaine de jeunes gens qui s'agenouillèrent devant lui était le point de départ de son plan. L'armée, si modeste soit-elle, se rassembla avec eux en première ligne. En échange de la liberté de leur pratiques et contre une part dans toute prise de guerre, les magiciens vêtus de noir, parlant d'équilibre entre Lumière et Ténèbres, fracassaient les forces ennemies avec une efficacité consternante. Leurs pratiques, méconnues, surprenaient et avaient l'avantage d'être tant offensives que défensives. Certains créaient des boucliers repoussant les flèches, d'autres attaquaient avec des projectiles d'ombres, déchirant les chairs et fondant les armures. Pratiquement chaque seigneur n'avait que sa garde personnelle, au mieux plusieurs dizaines d'hommes et femmes d'armes. Ishtar n'en avait besoin que de dix pour mettre à genoux les cinq seigneurs les plus proches. Le sort de ces derniers fut cruel. Mais dans chaque nouvelle ville conquise on installait une nouvelle famille aristocratique et un des mages noirs restait pour y enseigner. Aujourd'hui, le territoire dont on parle est exclusivement occupé par la Capitale impériale.

Algirdas mourut, ayant fait de son royaume le plus grand de la région. Son fils prit donc les reines d'Ishtar, comptant bien continuer à conquérir, après quelques années de paix. Le potentiel armé de nouvelles villes était plus impressionnant que du temps de leur père. Le nouveau roi, Eraz II, n'avait pas la prudence d'Algirdas. Au contraire, il voulait charger à la tête de ses armées, qu'il croyait déjà invincibles. Il écrasa encore quelques seigneurs voulant préserver leur autonomie, après en avoir convaincu d'autres de s'incliner devant lui. Alors qu'il arrêta sa progression, la prospérité de son royaume se mit à grandir. Le commerce, les nouvelles terres et richesses, tout cela contribuait à la puissance d'Ishtar. De plus, une nouvelle génération de magiciens était née. Formés depuis plusieurs années, les disciples allaient bientôt devenir maîtres et entraîner de nouveaux éléments remarquables. Si certains souverains tentaient d'acheter les fidèles de l'Ombre (dont la doctrine et idéologie était plutôt balbutiante encore à l'époque), rien n'y faisait. Incorruptibles, ils semblaient assouvir un besoin profond de conquête et de puissance. Comme toutes personnes bénies par la famille Walhgren, ils connaissaient une montée en puissance fulgurante. Seul le roi, bientôt Empereur, pouvait leur fournir autant d'énergie. Ils s'en nourrissaient et propageaient leur foi et leur connaissances sur les terres de leur maître.

Ainsi débutèrent donc les dix siècles de guerres, massacres, pillages, marchandages indignes et autres crimes dans lesquels est né le glorieux Empire d'Ishtar...




"Il n'y a rien de plus abject que la trahison. L'adversité fait partie des règles de ce monde et je ne pourrais être heureux si je n'avais d'ennemis pour me tenir tête. Mais je souffre le tourment lorsqu'un proche, une personne se déclarant fidèle, me fuit et rallie mes opposants pour des raisons aussi futiles qu'indignes. Pendant des années, je me suis efforcé de m'entourer de gens dignes de confiance, ayant fait leurs preuves sur le champ de bataille ou dans la gestion des terres qui sont celles d'Ishtar à l'heure actuelle.
Tous ceux qui m'ont trahi, comme des lâches, furent punis pour leur insolence. Cependant, je puis empêcher mon cœur de saigner et mon esprit de redouter la prochaine attaque. Cette menace semble planer sur moi et me prive de sommeil, des nuits durant..."


Anastasiel II


Les paroles, celles consignées par un scribe de la Cour, sur ordre de l'Empereur, furent prononcées par le souverain, au cours de la dernière année de sa vie qu'on situe aux alentours de l'an 1208 ou 1210 de l'Empire. Ce fut le début du Second âge impérial, marqué par l'interruption de la lignée directe des Walhgren. L'Empereur Paranoïaque, surnom qui lui a été attribué post mortem, fut finalement écarté du pouvoir par un coup de couteau bien placé de son frère cadet, Ludwig, troisième du nom à occuper le trône. En cette époque troublée, la famille Walhgren devait faire face à ses propres vassaux. La noblesse se faisait trop importante pour le territoire occupé par Ishtar. Ludwig fit arbitrairement éliminer certaines familles et partagea leurs biens entre l'Empire et ses vassaux souverains.
Malgré l'accomplissement de cet acte, jugé actuellement comme grandement bénéfique, il ne put faire plus pour son pays. L'extermination des opposants à son accession au trône et à sa politique, lui prit le reste de sa vie. Sur son lit de mort, il aurait néanmoins déclaré partir heureux et calme. Laissant derrière lui un fils unique, fort et ambitieux, il ne s'inquiétait nullement pour l'avenir d'Ishtar. Ludwig IV fut effectivement un sage monarque, qui passa son règne à préparer les armées d'Ishtar à une nouvelle série de campagnes. Il fut aussi celui qui fournit à la jeune Église de l'Ombre les moyens de prospérer et de faire bâtir un monastère, habitat et lieu d'entrainement pour les ecclésiastiques. Dans une optique de préservation de la suprématie de sa famille et du régime qu'elle incarnait, il commanda au supérieur des prêtres de former des guerriers capables de rester discrets grâce aux ombres, mais aussi rapides et puissants que le meilleur des assassins. L'inquisition faisait ses premiers pas dans le monde.

Si ses travaux et préparatifs rendirent l'Empire prospère et l'aidèrent à récupérer des siècles de guerres incessantes, Ludwig IV ne put se lancer dans une nouvelle guerre. Il légua Ishtar à son ainé, Fheust II, nommé plus tard "Conquérant des terres Nord". Il lança son pays dans un combat de deux siècles contre les contrées inhospitalières et enneigées, où les autochtones disposaient d'un avantage considérable, face à l'armée impériale. Leur habitude du terrain et des conditions climatiques plus que rudes, leur permit de ralentir horriblement le progrès des forces d'Ishtar, l'obligeant à s'établir et à construire des campements solides et acheminer des ressources inimaginables, pour entretenir les milliers de soldats et sorciers. En 1461, les derniers bastions de résistance signèrent des traités de paix et d'allégeance avec son héritier : l'Empereur Verenor II.

* * * * *


"N'ayez nulle crainte pour votre patrie, citoyens. Nul homme ne peut s'opposer à une femme qui sait ce qu'elle veut."

Verenor II


Le souverain d'Ishtar, ayant régné de 1460 à 1482, passa dans l'histoire comme celui qui légua sa charge sacrée à l'aînée de ses sept filles. Il n'eut nul héritier mâle, son frère cadet ne se maria jamais. Les plus conservatrices des familles nobles y voyaient une faiblesse qui pourrait entraîner la perte de la première puissance mondiale. Une erreur des plus graves. En effet, la Sainte Impératrice Joanna I et ses six soeurs régnèrent sur un Empire assez puissant pour bâtir un grand nombre de forteresses. Aujourd'hui démontés, rebâtis ou transformés en résidences, les Forts impériaux de cette époque furent des points défensifs de l'Empire pendant plusieurs siècles. Sans parler du fait que c'étaient là d'excellentes bases opérationnelles pour de nouvelles conquêtes.

L'Empire reprenait son souffle, rebâtissait ses fortunes. Les Empereurs et Impératrices se succédaient. L'Eglise continuait d'étouffer efficacement le progrès. Tout allait pour le mieux. Entre 1482 et 1984, l'Empire connut la paix, faisant de l'ombre à toutes les puissances voisines. Surtout que, même réunies, elles ne faisaient plus le poids contre la puissance d'Ishtar. L'inévitable unification du continent était en marche. Une fois les Provinces du grand Nord à genoux, Geralth X mena ses armées à la bataille contre les derniers hérétiques vraiment dangereux : les mages de la Terre de Talaar. Les historiens les plus objectifs, sortis de leurs cachettes depuis maintenant quatre siècles, soulignent cette période comme celle du basculement de l'Eglise de l'Ombre.
La Haute Prêtresse de l'époque, Kitiara la Sanguinaire, était une guerrière dans l'âme et l'amante de Geralth X. L'idée qu'une nation puisse vénérer autre chose que l'Ombre lui sembla être un excellent prétexte pour lancer Ishtar dans une nouvelle guerre. L'actuelle Province de Khorafa apporta son soutien à cette conquête et jura allégeance à l'Empereur.

Une génération plus tard, Khorafa fit son entrée dans le cercle des Provinces de l'Empire. En 2145 fut créée l'institution représentative des conseillers de l'Empereur et des Ambassadeurs des vassaux d'Ishtar : le Sénat. L'édifice actuel est toujours en place au même endroit, au centre de la Capitale impériale. Deux ans plus tard, le nouvel Haut Prêtre était un ancêtre de la famille N'Doye... Un homme d’exception, un fanatique qui contribua largement à l'établissement d'une présence inquisitoriale dans tout l'Empire. La société impériale se formait rapidement. Il restait encore quelques contrées à conquérir, Frickwitch notamment, mais globalement, la volonté des Walhgren faisait office de Loi pour des millions de citoyens de l'Empire.
Le premier Fabula Onis a ouvert ses portes en 2203. Et la décadence commença, avant même que l'Empire ne fut complet, avant même qu'il s'empare du continent entier.

* * * * *


Les Empereurs se succédaient, accompagnés de leurs Cours, les familles nobles s'ancraient dans leurs territoires. Tout allait bien, dans le meilleur des mondes. Similaires dans le fond, les langues employées par les citoyens des diverses contrées se sont fondues en une langue commune, dominée par celle de la Province Centrale. L'Eglise joua son rôle, celle de l'éducateur de la société et appuya le travail d'unification de l'Empire. Car le pays ne pouvait rester uni de lui-même, il fallait des facteurs de cohésion. Alors entre la langue, la religion et l'adoration des héros de guerre, Walhgren pour la plupart, il y avait de la matière pour constituer une culture commune.

Bien entendu, les contrées périphériques à la Capitale conservaient une certaine autonomie, incarnée par les Gouverneurs et le Sénat. L'administration de l'Empire et sa noblesse prenaient la place des armées. D'ailleurs, en 2587, l'Armée fut officiellement démantelée, ses effectifs réduits, par Katerina III, afin d'en faire une Garde, propre aux territoires de la famille régnante. Les Gouverneurs, tous issus des familles les plus favorables à l'Empire, accueillirent le concept avec joie. L'Impératrice elle-même décrit la situation de son époque :

"Nous avons soumis les peuples des forêts de Frickwitch, il y a de cela plus de deux siècles. Aujourd'hui, nos vassaux éloignés peuvent diriger leurs propres armées. Nous avons foi en leur allégeance et il est certain que notre frère bien-aimé, Geralth, se fera une joie de corriger les irrespectueux de nos volontés."

En effet, une mode s'était installée : les Empereurs en armure, fiers guerriers et héros des armées, devinrent de fins aristocrates, entourés d'artistes et d'autres nobles. Ils cédèrent depuis quelques temps déjà le commandement des armées à leurs proches. En quittant que rarement la Capitale, les aînés se consacraient à la gestion de l'Empire et sa modernisation sur le plan administratif, alors que les plus jeunes membres des fratries sillonnaient le Continent comme émissaires du chef de la famille et assuraient les postes cruciaux de l'Administration. En 2900, les Ducs-Commandants et les Intendants de la Maison Impériale étaient des Walhgren ou leurs parents par alliance et les personnes extérieures à la famille régnante se comptaient sur les doigts d'une main.

La paix officielle s'est étendue sur le Continent soumis en 2361. Les diverses révoltes furent écrasées par les Gouverneurs Provinciaux, avec ou sans l'aide du pouvoir central. La Capitale n'a jamais connu de guerre, ni même de guérilla sur son territoire. Le "Peuple Élu", les premiers citoyens de l'Empire d'Ishtar, n'a jamais eu de raison pour se soulever contre les Walhgren. Bien sûr, le terrorisme a existé et existera encore. Le cas le plus célèbre de l'histoire était celui de la Légion Libératrice. Ce petit groupe passa toute son existence, animé par un but unique : tuer l'Empereur en place. Marius II Walhgren fut tué durant la seconde semaine suivant l’Équinoxe d’Été de 2642. Des quinze terroristes, aucun n'a survécu aux coups d'épées des gardes, mais ils sont parvenus à emporter le Saint souverain avec eux. Après, son frère cadet assura la Régence, une période violente, où la garde et l'Inquisition travaillèrent de concert pour mener à bien la répression nécessaire pour châtier toutes les personnes ayant ne fut-ce que sourit aux responsables de l'attaque.

Révolutionnaire, visionnaire, idéaliste, l'Empereur Eraz IV rédigea et signa en 3251 un décret impérial qui changea la face du monde. Il rêvait d'un Empire libre et prospère. Si la richesse ne manquait pas, globalement parlant, l'esclavage était bien ancré dans la société : c'est cette tradition ancestrale qu'abolissait le décret précité. Un décret annulé par son successeur qui ne comptait pas se mettre toute la noblesse à dos. Ce n'est qu'Herald II, grand-Père d'Ezhekiel Ier qui trouva la solution. Il poussa Ishtar dans la modernité. Sous le voile des créations miraculeuses de la Science, les esclaves commencèrent à naître des prisonniers politiques, des gens qui savaient trop de choses, des disgraciés et des pauvres capturés dans les rues pour les expériences.




Ezhekiel Ier fut un Empereur hors du commun, né lui-même d'une période troublée. Pour la première fois de son histoire, l'Empire faisait face à de vrais conflits armés sur son propre territoire. Une guerre civile, une révolution libératrice, une infection désastreuse, selon les avis. En un mot : le terrorisme.

Le lignée des Walhgren était sur le point de disparaître. Le père, Geralth XII, laissa derrière lui un enfant trop jeune pour gouverner, des scientifiques goûtant enfin à la liberté, des terroristes prêts à tout pour renverser l'ordre, sans toujours vouloir en établir un nouveau et un jeune Haut-Prêtre de l'Eglise de l'Ombre, a priori le plus grand magicien de son époque. Le marquis Uriel D'Arken fut nommé Régent Impérial par le Sénat. Ayant tous les pouvoirs entre ses mains, il lâcha l'Inquisition dans les rues, donnant carte blanche pour la traque des ennemis de l'Empire. Il se chargea personnellement de l'éducation de l'Empereur.

Cruel, arrogant, fanatique et pervers, il marqua l'histoire. C'est lui qui fonda le culte de l'Empereur et déterra, travaillant avec un autre génie de la magie des ombres, Zélig Faoiltiarna, la Magie du Sang des tréfonds du passé. Malgré toute sa puissance, il ne pouvait faire face à tous les aspects de sa vie : sa santé était sur le point de l'abandonner définitivement, alors que Marius de l'Ombrage, éminent terroriste luttant pour la liberté du peuple et contre l'obscurantisme de l'Eglise, lui trancha la gorge.

Le Troisième Âge Impérial s'acheva en l'an 3502 de l'Empire. L’évènement à l'origine de cette démarcation est le décès tragique et prématuré de la Haute Prêtresse Suzume Zhang Jian, entrée dans l'histoire pour être la dernière simple mortelle à occuper ce poste. En effet, à la fin du deuil national, lié à la mort de la chef suprême de l’Église de l'Ombre, un fait sans précédent se produisit : Ezhekiel Ier, Empereur d'Ishtar, a décidé de participer au violent processus de sélection du successeur de la demoiselle. Appliquant la plus ancienne loi de l’Église et de l'Empire, il battit en duel toute personne voulant prendre le siège pour elle.

La dernière personne, capable de vaincre Sa Majesté dans un combat magique, Zélig Faoiltiarna, était morte depuis quinze ans. Au terme de deux mois de duels et débats théologiques, il s'est avéré que l'Empereur allait effectivement devenir le guide spirituel du peuple. A la fleur de l'âge, Ezhekiel Walhgren était un grand monarque, beau et puissant.

Le Quatrième Âge Impérial, sans doute le plus éclairé de tous, commença.


Certes mégalomane, il avait cependant de quoi se vanter : les sciences diverses avaient bien progressé sous son règne et son épouse, Milena Friedich, lui donna trois enfants. Son héritière, la Princesse Katherine était destinée à devenir non seulement l'Impératrice, mais aussi Haute Prêtresse...

Le Saint Empereur entreprit d'énormes travaux d'assainissement de la Capitale impériale, faisant démolir des quartiers entiers pour en bâtir des nouveaux. Ses projets étaient soutenus par l'ensemble de la société, tous y voyaient une amélioration. Le peuple allait disposer de nouveaux logements, les mages de la Terre furent mis à contribution aux côtés des ingénieurs, alors que les prêtres se devaient de partager leurs connaissances avec d'autres scientifiques encore. Les premières décennies connurent leurs lots de problèmes et gerbes de sang, mais une société neuve était en marche.

Une chose demeurait inaltérée : l'Empereur concentrait tous les pouvoirs entre ses mains... Et cela n'était pas près de changer.

* * * * *


Et ce ne fut que le début. Ayant le soutien avisé et sans faille du Culte de l'Empereur, Ezhekiel prit le temps de renforcer son influence dans tout l'Empire. Une quinzaine de générations plus tard, Ishtar aura complètement changé de visage.

Sous l'influence des Walhgren, toujours amoureux du Progrès, les plus grandes institutions intellectuelles s'unirent pour le bien de tous et pour n'adorer que l'Empereur et sa famille. C'est ainsi que sont nées les Universités, lieux d'enseignement et de recherches, directement liés aux usines et laboratoires impériaux, bénéficiant des connaissances accumulées par la Science et la Religion de l'Ombre. A la technologie, se mêla la magie et, bientôt, la foi.


Le premier contact entre les explorateurs impériaux et la République fut aussi surprenant qu'attendu. Depuis des siècles, les Walhgren et une large partie de la population rêvaient d'explorer le monde extérieur au Continent impérial et partir à la conquête des mers. D'autre part, nombre d'enseignements de l'Eglise prétendaient que rien n'existait, en-dehors du domaine des Empereurs... D'ailleurs, comment quelque chose pourrait-il donc survivre sans leur Sainte présence ?

Il s'avéra néanmoins qu'une civilisation très avancée se trouvait là, à quelques semaines de navigation au nord d'Ishtar. Les colons impériaux s'établirent sur les terres de ce que nous appelons actuellement l'Archipel Nord. Il s'agit d'un amas de terres et de roches recouverts de végétation et bénéficiant d'un climat très agréable. Néanmoins, Architectura Templi se chargea d'y bâtir plusieurs villes pour y créer une nouvelle Province de l'Empire.

Peu avant que l'on ordonne un nouveau départ, d'une partie de la flotte d'exploration, un navire plus vaste que l'ensemble des bateaux humains arriva au port fraîchement construit et des géants en descendirent pour saluer les visiteurs. Ces derniers se trouvaient sur le territoire de Solmar, Etat fondé par ces êtres dépassant trois fois la taille du plus grand guerrier de l'Impératrice.


Conformément à leurs idéaux, les représentants de Solmar furent accueillants dans un premier temps. Leur technologie, combinée aux pouvoirs psychiques de certains nobles impériaux, a permit une compréhension rapide entre les deux races. Elles purent partager leurs cultures et découvertes, même l'art. Les solmarites firent preuve d'une grande maîtrise de l'art des ombres, bien qu'ils n'eurent jamais envie de vénérer l'Ombre d'une quelconque façon. Leur culte s'adressait uniquement aux esprits des ancêtres. Cela ne constituait en aucun cas un problème pour les humains. Ce qui était nettement plus dérangeant, c'était bien le refus des solmarites de reconnaître une Sainte vivante en la personne de l'Impératrice.

Tous les arguments, même les plus difficiles à nier, furent rejeté avec une assurance condescendante. Pour cause : la République disposait de plusieurs générateurs d'énergie pure, maintenant "la cohésion du monde" d'après les dires des guides qui firent visiter les villes les plus proches à la délégation humaine. Par la suite, le Duc-Commandant Brennyr Dragomirow, amiral en chef de l'expédition, jura sur sa vie qu'il croyait être en présence de l'Impératrice Joanna, lorsque la machine lui fut montrée. Les Magister l'accompagnant examinèrent la chose avec plus de pragmatisme : l'installation titanesque était une merveille de la science de Solmar, un générateur inépuisable, puisant directement dans l'Ombre pure pour alimenter tout le peuple de la République.

Cinq années de tensions et d'échanges plus amicaux avec l'Empire s'écoulèrent. Les deux sociétés avaient des connaissances et marchandises à échanger... Néanmoins, les voies se faisaient entendre à Ishtar pour parler d'une guerre sainte et juste contre Solmar. Le Culte de l'Impératrice, puissante loge appuyée par des centaines de milliers de fidèles, faisait peser sont poids dans la balance. L'Impératrice Joanna décéda sans avoir pris une décision nette dans l'affaire... Son fils, l'Empereur Geralth XIV fut plus résolu. Pendant un siècle entier, les humains firent la guerre aux géants du Solmar. Ce n'était ni pour l'or, ni pour les territoires. Les Universités pouvaient se passer de piller les bibliothèques de la République. Mais l'Empire ne pouvait se permettre de coexister avec une race qui divisait le pouvoir entre des centaines de citoyens habilités à voter qui détenaient la technologie nécessaire pour se passer des Walhgren.

Les humains belliqueux ressortirent leurs passé de guerre avec une joie malsaine. Bien que désavantagés par leur taille, ils étaient nettement plus vifs et violents que les solmarites. Sans parler de leur nombre et de leur don à tourner chaque forme de magie en avantage militaire. Les trois Universités travaillèrent main dans la main. Si les géants étaient les maîtres du combat naval, aucune force ni rempart ne pouvaient arrêter les armées de l'Empire sur la terre ferme.

Des millions sont morts.

Au final... La République instaura la paix se servant de ses générateurs pour ériger un rempart inviolable autour de leurs côtes. Ensuite, ils ont décidé de se retirer de l'Archipel Nord, l'abandonnant à l'Humanité qui y conserve toujours une garnison puissante et un gouverneur issu de la famille impériale...

Se retrouvant de nouveau seul avec lui-même, l'Empire doit faire face aux cicatrices de la guerre, finie depuis longtemps... Il n'y a plus de veuves à soutenir ni de blessures à refermer sur des corps. Les dégâts sont nettement plus subtils et plus difficiles à supprimer. L'Empire se croyait ouvert d'esprit, ne réprimant plus le progrès et acceptant des génos dans sa population libre... Cela ne suffit pas à ceux qui conservent les traces de ce qui fut consigné au sujet de la République.

Des idées dangereuses sont présentes et vient toujours quelqu'un pour les propager. Le pouvoir central et impérial n'a jamais été autant remis en question... La noblesse juge qu'elle pourrait élire son souverain, voire même un conseil de souverains... Nombre de savants rêvent du pouvoir qu'un générateur similaire à celui des solmarites pourrait conférer, aux possibilités qu'il ouvrirait. S'ajoutent à cela des esclaves voulant leur liberté, les génos s'estimant supérieurs aux humains ordinaires et d'autres individus encore moins recommandables qui voudraient juste voir le monde brûler et le pouvoir renversé. Sans oublier certains séparatistes qui opteraient bien volontiers pour plus d'autonomie accordée aux Provinces ou qui autoriseraient le Sénat à avoir le pouvoir de contrôle sur l'Empereur lui-même...

Et vous ?