Partagez | 
 

 Première visite à St-Dietrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Première visite à St-Dietrich   Dim 17 Mar - 3:03

Comment était-il arrivé là déjà ? Son regard hagard passait de l'une à l'autre personne. Les gens courraient dans tout les sens sans se soucier de lui, semblait-il. Il ne reconnaissait pas les lieux, ni les visages. Son esprit embué tentait tant bien que mal de reconstituer les événements de la journée... Il était parti faire une course... Oui, ça il s'en souvenait. Il s'appelait... Abel et son Maître était Raphaël Di Angelo. Le principal semblait être là et pourtant... Quelque chose manquait.

Reprenant ses esprits, une douleur au niveau de sa jambe se fit également ressentir, tentant, semblait-il, de lui rappeler ce qui arrivait tout autour de lui. A bien regarder, il n'y avait pas que des gens courant en tout sens mais également plusieurs blessés, allongés au sol, gémissants et demandant des soins. Comme lui. Oui, voilà, il était blessé. Il était... Tombé. Sa bouche était pâteuse, son crâne l'élançait et des souvenirs lui revenaient péniblement. Il avait pris l'élévateur avec d'autres personnes. Il devait transmettre un message au Baron machin et... La machine avait... Déraillé ? Difficile à dire. Il lui semblait qu'elle s'était arrêtée très brusquement. Ils étaient tous tombés, comme des pantins. La chute avait été très dure et... Il ne se souvenait de rien d'autres. Quelqu'un avait sans doute prévenu les médecins les plus proches et on les avaient emmenés à l'hopital... ?

A bien y regarder, l'endroit ne lui disait rien. Les hommes et femmes qui s'occupaient d'eux ne ressemblaient pas à des médecins. Ils avaient des robes noires et sobres. Péniblement, il attrapa l'une des dites robes et demanda : « Ou suis-je ? » Suite à cette première question, un déluge de suivante lui vint. « Qui êtes-vous ? Puis-je partir ? Je suis sûr que je n'ai pas grand chose, peut-être vaudrait-il mieux que je m'en aille, non ?  Et savez-vous ce qui s'est passé ? Je ne me souviens pas très clairement mais en même temps, il faudrait vraiment que je parte, j'ai une course importante à faire et... ». L'homme lui fit signe de se taire et de le suivre un peu plus loin, dans une pièce individuelle. C'est à ce moment là qu'il dut se rendre à l'évidence que sa jambe allait bien plus mal que ce qu'il croyait. L'os n'était pas ressorti mais sa jambe faisait, indéniablement, un angle un peu étrange. L'homme l'aida à marcher et le fit s'asseoir sur un banc. Après ça, il s'en alla sans un mot.

Il ne se sentait pas plus avancé. Le bruit de la grande pièce avait laissé la place à un silence pesant. Il était seul, perdu. Les lieux semblaient... Spartiates. Il n'y avait aucune trace de médicaments que l'on retrouvaient généralement dans une pharmacie, aucun bandages... Se pouvait-il qu'un groupuscule est profité de l'occasion pour enlever des blessés afin de les revendre ensuite ? Non... Non... Il devenait paranoïaque. Il y avait sûrement eu beaucoup plus de victimes qu'il ne le croyait et la garde avait dû dispatché là où elle pouvait les diverses personnes, en attendant l'arrivée de vrais médecins d'Exodum. Ces pensées se perdaient dans l'élaboration des possibilités. C'était préférable à la douleur lancinante de sa jambe à laquelle il ne souhaitait pas penser. Il savait qu'on pourrait le réparer, qu'il était plus solide que la moyenne... Mais une petite crainte subsistait quand même, au fond de lui, et il préférait l'étouffer en réfléchissant à d'autres choses. Il remarqua à peine quand quelqu'un rentra dans la pièce, trop occupé à s'observer dans le petit miroir qui était posé sur la table. Ses cheveux blonds étaient en bataille, son teint... Cireux et ses vêtements étaient sales, couvert de sang par endroit. Ce n'était pas le sien. L'accident avait-il été si grave que ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Dim 17 Mar - 3:53

Une autre journée, où la technologie donna raison à Ludwig Walhgren. Elle le faisait toujours de la même façon : par sa défaillance et ses dérives. Une prière silencieuse échappa des lèvres du Frère, alors qu'on lui apportait la nouvelle de l'accident, en même temps que les premiers blessés. Un élévateur céda manifestement. Un petit. Juste vingt mètres de hauteur. Assez pour faire une bonne dizaine de morts et trois fois plus de blessés. Lorsque tout s'écroule, la chute n'est pas le seul danger. On peut très bien avoir une jambe cassée et mourir broyé par une caisse de marchandises ou les débris de l'élévateur. Sans parler de ceux qui se font piétiner par la foule en panique.

L'homme, vêtu de noir comme tous ses frères et soeurs, retroussa ses manches et consacra tout son temps à ces urgences, les autres pouvant attendre. Les personnes ayant besoin de soins permanents étaient de toute manière alitées et n'allaient pas s'enfuir. S'il fallait éviter aux nouveaux arrivants un voyage prématuré vers l'Ombre, on ne pouvait pas perdre de temps.

Rapidement, le Temple s'emplit de blessés, guérisseurs, mais aussi de gardes et d'autres accompagnateurs ou proches voulant en savoir plus. Les nouvelles allaient terriblement vite dans cette ville. Les soldats organisaient la restitution des corps trouvés, alors que certains membres de l'Ordre prononçaient quelques paroles de réconfort. Ludwig évoluait dans ce chaos apparent, conscient du fait que chacun connaissait sa tâche. La sienne était d'abord de sauver un maximum de vies, chose qu'il faisait, en même temps que ses compagnons mages du Sang. Bien sûr, le nombre de magiciens était insuffisant pour qu'on puisse s'occuper de tout le monde à la fois. Alors des priorités étaient établies et des choix douloureux faits.

Au final, deux personnes perdirent la vie, avant que toutes les victimes dans un état critique ne soient hors de danger. Finalement, il s'avéra que seuls les blessés légers demandaient encore des soins. Un des plus jeunes frères indiqua à Ludwig la présence de l'une de ces victimes dans la cellule toute proche, réquisitionnée pour son lit, en cette situation de crise. La soeur qui l'occupait habituellement n'était pas présente de toute façon.

Après avoir but un peu d'eau, Ludwig prit un gobelet et le remplit pour aller le porter à ladite victime... Qui s'avéra être un garçon dont la beauté devait être impressionnante, avant l'accident. Il avait la tête de quelqu'un qui a traversé une épreuve difficile et n'était certainement pas le premier dans ce cas dans ce bâtiment. Cela n'empêchait pas le fils de l'Empereur de lui adresser un sourire chaleureux, emplit de compassion. L'aura de Ludwig remplit la pièce en un instant alors qu'il tendait délicatement de quoi boire au jeune homme. Sa voix était douce, comme toujours.

- Bonjour, excuse-moi de t'avoir fait attendre... Tu peux m'entendre ?

Il arrivait, dans le monde d'armes et de l'industrie, que les victimes de tels accidents perdaient l'ouïe, ne fut-ce qu'à cause d'explosions ou autres fracas. Ce n'était pas le cas de ce petit blond, sale. L'odeur du sang parvint aux narines du guérisseur, mais il sut que ce n'était pas un signe de blessure. Quelqu'un à proximité de lui eut sans doute moins de chance. Une fois qu'il eut bu, Ludwig l'aida à s'allonger.

- Laisse-moi regarder, cela ne devrait pas prendre beaucoup de temps. Comment t'appelle-Tu ?

Puis vint le moment de fermer les yeux et de sentir plutôt que de voir. Le jeune marquis sentit la fracture dans la jambe du garçon, tout autant que ses traumatismes physiques. Des bleus, des coupures mineures. Un os fissuré. Il ne s'en sortait pas trop mal. Un frisson d'appréhension parcourut néanmoins le magicien lorsqu'il perçut le pourquoi de la chose : Abel n'était pas un simple garçon. De toute évidence, il était un géno. Un géno très réussi, son être ayant été que très légèrement altéré. Ludwig se surprit à ne pas le trouver moins mignon.

Il ouvrit les yeux et demanda.

- Tu n'es certainement pas en danger... Cela ne me prendra pas beaucoup de temps. Puis-je commencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Ven 22 Mar - 2:15

Il se retourne vivement pour faire face au jeune homme qui vient d'entrer. Il porte une longue robe noire, comme les autres. Il lui sourit et, sans qu'il puisse expliquer pourquoi, il se sent apaisé. Une force émane de lui. Il n'est pas normal. Enfin, pas comme tout le monde, pas comme les genos mais... Il a du mal à se l'expliquer lui-même. Il décide de rester silencieux quelques instants, écoutant distraitement les paroles de l'homme. Qui est t-il ? Son visage blanc, ses traits fins aristocratiques et ses cheveux noirs de jais ne lui disent rien... Et ses traits tranchent avec ses habits simples. Il a l'allure noble, bien qu'il semble vouloir le cacher. Lorsque le silence s'installe, Abel comprend qu'Il attend une réponse de sa part.

" Heu... Je m'appelle Abel. J.. Je vous entends. Qui êtes-vous ? Que s'est il passé ? "

Il boit sans rechigner ce qu'il lui tends et s'allonge passivement. Il se sent perdu. Obéir sans réfléchir est agréable, réconfortant. Il continue de l'observer sans trop comprendre ce qu'il fait. Il semble... Très concentré, comme s'il voyait a travers lui. Le peut-il ? Ne devrait-il pas lui dire ce qu'il a ? Où se trouve t-il ? Qui sont ces gens ? Et cette lettre qu'il devait transmettre.... Où est-elle ? Ces questionnements sont coupés. L'homme étrange a repris la parole. Il lui dit qu'il est chanceux, que ce n'est pas grave.... Comment peut-il savoir tout ça ? Il ne l'a même pas touché. Il lui adresse un regard confus.

" Comment pouvez-vous le savoir ? Vous ne m'avez pas ausculté... ? Enfin , je crois, si ? Vous allez me soigner ? Vous ne ressemblez pas à un médecin, ni même à un assistant... Heu... Enfin, je ne souhaite pas vous froisser... C'est juste que... Je ne connais pas cette endroit et... Il faut que je parte aussi. "

L'esclave se sent déphasé, son esprit semble coupé en plusieurs morceaux. D'une part, son devoir le rappel à l'ordre, lui intime de finir sa mission mais, une autre part de lui même lui dit qu'il doit prendre soin de lui-même. Son corps est cassé. A côté de tout cela, un dernier morceau, sûrement celui qui se rapproche le plus de sa vrai personnalité, est intrigué, curieux. Il veut en savoir plus sur cet homme si hors norme. Son aura l'entoure toujours et, bien qu'il ne soit pas versé dans les arts de la magie, il peut la sentir très nettement. Il ne peut pas être le seul à avoir remarqué ça... Ce n'est pas un citoyen lambda... Et pourtant, il est là, se présente à lui comme un serviteur, dans des vêtements simples... C'est dans ce genre de moment qu'il aimerait être en pleine possession de ses moyens. Cela lui aurait certainement évité de se retrouver dans une situation gênante... Comme maintenant.

" Vous...vous n'êtes pas un serviteur. Pourquoi portez-vous ces habits ? "

Qu'a t-il à cacher ? Pourquoi ce déguisement ? Malgré lui (et sa jambe), Abel s'est relevé pour mieux l'observer. Il appuie son dos contre le mur froid de la chambre. Son esprit est maintenant focalisé sur l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Ven 22 Mar - 3:21

Un beau prénom pour un garçon qui ne perdait manifestement rien en curiosité, malgré le fait que son corps soit meurtri. Quelle que soit la raison pour laquelle la science soit venue souiller son corps et son esprit, Abel n'était certainement pas une poupée dépourvue d'intelligence. D'ailleurs, ses questions, légitimes, rappelèrent au guérisseur qu'il avait oublié ses bonnes manières. Même dans un endroit comme celui-ci, en situation de crise, il fallait quand même se présenter. Ne fut-ce que pour rassurer le patient.

- Je m'appelle Ludwig. La Garde t'a amené avec les autres victimes de l'accident. Il semble que l'élévateur de la rue Horn ait cédé... Tu as de la chance d'être aussi solide, comme je l'ai dit, Tu ne risques rien, ce sera vite fini.

La surprise, généralement provoquée par la magie du Sang, se lit sur le visage et s'entend dans les questions d'Abel. Il n'est pas le premier, et ne sera sans doute pas le dernier, à questionner un Frère de l'Ordre sur ses pouvoirs. La plupart des gens y voyaient soit un don de l'Ombre, soit une superstition abjecte et dangereuse. Peu comprenaient véritablement la nature des pouvoirs magiques du Sang et il ne fallait pas s'attendre à de telles connaissances de la part d'un esclave génomodifié. Le sourire de Ludwig s'élargit, le temps de reprendre la parole et répondre aux interrogations du garçon.

- Tu es au temple principal de l'Ordre Saint Dietrich. La Garde a jugé que nous étions plus proches que tout autre hôpital, ainsi il n'y a effectivement aucun médecin ici.

Sans doute aucun ne voudrait venir jusqu'ici. Et aucun ne serait vraiment le bienvenu. Ni même à moitié aussi rapide et efficace. Les seules recherches concernant la magie du sang, menées par Exodum, se faisaient en partenariat avec Libris Umbra. L'Ordre ne voulait pas approfondir ses connaissances, déjà assez dangereuses. Et l'Université de la Vie ne connaissait aucune limite dans ses recherches...

- Si c'est mon jeune âge qui t'inquiète, ne t'en fais pas. Je suis parfaitement compétent pour te soigner. Tu auras beaucoup de mal de partir avant et je te conseille vivement de te soumettre aux soins.

Pas un serviteur ? Ah... Les vêtements. Le jeune Walhgren baissa les yeux, toujours souriant, mais soudainement pensif. Il était vrai qu'il n'était sans doute pas né pour servir qui que ce soit et que sa famille n'approuvait pas vraiment le plaisir qu'il prenait à s'agenouiller ainsi au pied du lit des malades. Il menait cette conversation avec un esclave, en restant à genoux. Bien sûr, cela venait de l'habitude que les mages avaient à se pencher sur les blessés et autres victimes installés au sol ou sur les lits de camp, ainsi que des positions de méditation qu'ils prenaient pour parfaire leur maîtrise de la magie. Des traditions héritées de l'Eglise de l'Ombre.

Il soupira.

- Nous sommes tous serviteurs. La seule chose pertinente est de savoir si cette servitude est juste et utile ? Je porte les robes de mon Ordre, car j'en fais partie et j'en suis la règle. Je suis là pour aider et pour servir, Abel. - Un peu de tristesse filtra dans son aura. - Le reste n'a aucune importance en ce moment.

Après un petit moment de silence, Ludwig se frotta lentement les mains, mobilisant l'énergie de son corps et se focalisant à nouveau sur le coeur d'Abel. Leurs rythmes cardiaques se synchronisèrent, alors que l'âme même du jeune blond était mobilisée pour participer à sa guérison. La matière organique de l'os brisé se plia à la volonté de Ludwig se ressoudant, revenant à la normale. Les hématomes se résorbèrent, alors que le sang reprenait sa place dans les veines et les artères. Les égratignures disparaissaient, chassées par des prières silencieuses. Les yeux du guérisseur roulaient en arrière... Et puis, tout s'arrêta.

Le corps d'Abel était à nouveau entier et irréprochable. Certes, le garçon était encore pâle et sale. Son être était à jamais souillé par l'intervention de quelque fou arrogant, pensant jouer au créateur. Mais l'état de santé de l'esclave était parfait. Et la douleur, la souffrance ne devaient plus être là. La mission principale de l'Ordre était donc accomplie ici. Le magicien respira plusieurs fois profondément, avant de se relever pour s'asseoir sur l'unique tabouret de la pièce. Ses forces allaient lui revenir, mais pour le moment, il était légèrement affaibli. Cela dit, Abel était la dernière victime de l'accident ayant besoin de lui. Il pouvait se permettre un peu de repos. Pour être plus utile plus tard.

- Pas de mouvements brusques aujourd'hui. Et n'hésites pas à me dire si quelque chose ne va pas... Parfois, il est difficile de discerner les traumatismes les plus minimes... Néanmoins, Tu devrais pouvoir repartir sous peu, si tel est ton souhait. Dans le cas contraire, nous pouvons certainement t'héberger une nuit...

Ludwig parla, avant de se souvenir que le garçon devait sans doute être un esclave. Par conséquent, un devoir contre nature le rappellerait bientôt auprès de son... propriétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mar 9 Juil - 10:30

Il l'écoute calmement. Il se sent déjà mieux. Au fur et à mesure qu'Il parle, ses souvenirs lui reviennent. Les images et les sensations de l'accident remontent à la surface de son esprit. Les blessés étaient sans doute nombreux. L'élévateur avait déraillé... Ou alors l'avait-on saboté ? Il se souvenait d'un bruit grinçant et d'un tremblement terrible. Al saurait ce qui s'était passé. Il était doué là-dedans. Il lui poserait la question... En revanche... Il devait faire quelque chose encore avant. Oui, Raphaël lui avait demandé de donner quelque chose à l'un de ses clients. Une lettre. Il ne l'avait plus sur lui... Il l'avait sans doute perdu lorsqu'il avait chuté. Ce n'était pas sa faute mais... Malgré tout, il se sentait mal. Il devrait s'excuser auprès de lui... Ou retrouver la missive, sur le lieu de l'accident ? L'esclave arborait une mine soucieuse, tandis que les souvenir lui revenaient.

« Merci. Je comprends mieux ce qui se passe. Je n'étais encore jamais venu ici. » Mais il en avait entendu parler. Une branche caritative de l'Eglise qui soignait quiconque se présentait chez eux. En revanche, leur magie lui était complètement inconnue. « Je me sens déjà mieux. Votre art semble très efficace. Vous pourriez sans problème travailler à Exodum, avec d'autres médecins, non ? » Question innocente. Cependant, sa curiosité n'était pas satisfaite. Qu'avait-il a caché ?

Son flots de questions s'arrêta lorsque Ludwig posa ses mains sur lui. Pendant quelques secondes, qui parurent interminables, il se sentit comme... Connecté à lui, et terriblement bien. Pas comme lorsqu’il ressentait le plaisir qu'on lui avait appris à apprécier. Il se sentait... Bien. Calme. Protégé ? Tout son corps semblait en éveil. Il ressentait avec plus de force que jamais les muscles et les os de son corps. L'os de sa jambe se mit à... Bougé ? Petit à petit, il sentait les deux parties de son tibia se ressoudés. Ses muscles déchirés se reconstituaient. Les égratignures se refermaient pour laisser une peau nette, comme au premier jour. L'expérience était nouvelle pour lui... Et très étange. Il ressentit une once de regret quand le processus fut finit et que Ludwig s'éloigna.

« Désolé si ma question vous a froissé. Je ne m'inquiétait pas de vos compétences et... Je ne tenais pas à remettre en question les règles de votre Ordre... C'est juste que... Vous semblez différent... Vous êtes différent, non ? Ou alors tous les mages de votre Ordre dégagent-ils une telle aura ? Je n'ai aucun don pour ce genre de choses et pourtant, je le sens. » Il se sentit gêné. Il ne devait pas poser tant de questions. Ça ne se faisait pas. « Désolé... Ma curiosité m'a poussé à devenir impoli. Je ferais mieux d'y aller. »

Il se leva et fit face au jeune prêtre. Sa cheville le tirait encore un peu... Mais ça irait. Il était solide. « Merci encore » Dit-il en faisant une légère révérence et son visage témoignait de sa sincérité. Il se mit à marcher vers la porte... Son manque de tact le travaillait encore. Il ne put s'empêcher de se retourner et de se remettre à parler.« Ne soyez pas triste. Je ne voulais pas ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mar 9 Juil - 20:24

S'il a une très nette sensation d'être observé, Ludwig ne peut s'empêcher de garder un petit sourire et de dévisager son patient. Abel est beau. Trop pour être réel. Il a ce quelque chose de factice que la Science lui a imposé. Ce quelque chose le rend presque éthéré. Pourtant, il est en même temps l'exemple parfait de la souillure que les scientifiques imposent à l'humanité... Le jeune guérisseur a du mal à ne s'en tenir qu'à ses principes. Il ne peut nier qu'Abel est également une réussite.

La mention d'Exodum efface son sourire de ses lèvres, mais Ludwig comprend. Après tout, son interlocuteur n'est pas vraiment maître de certaines de ses opinions et les maladresses, ça arrive. N'est-il pas le plus compréhensif de sa famille ?

- Je ne crois pas vraiment que je puisse me faire place... là-bas. Ma place est ici et notre approche du corps humain est différente.

Une sorte de mélancolie perce dans sa voix. Exodum ne voudrait pas de lui et lui, il ne voudrait pas d'Exodum. En aucun cas. Il ne viendrait là-bas que pour une seule raison : assister à la fermeture de l'Université de la Vie. Mais cela n'avait que peu de chances d'arriver.

Abel s'excuse. Il présente d'ailleurs les symptômes classiques d'une rencontre avec un Walhgren. Un fils de l'Empereur, très porté sur la magie. Parfois, il aimerait tant être un frère ordinaire, avec une aura moyenne. Mais ça, ce n'était pas pour lui non plus. En aucune façon, il ne pouvait limiter la magie qui se déversait partout autour de lui. D'ailleurs, alors qu'Abel se lève et s'en va, sa tristesse doit être palpable... Ludwig se maudit intérieurement pour ça et observe la façon dont le garçon pose les pieds. Son pas est encore peu assuré, mais il est certainement guéri. Après tout, la magie devait bien servir à cela.

Ludwig pose une main sur l'épaule de l'esclave.

- Reste allongé encore quelques minutes. Ton corps a besoin de se faire à tant de brusques changements d'état en peu de temps. Reste...

Sa voix est douce. Peut-être un peu trop, alors qu'il demande à Abel de rester pour la deuxième fois. Il n'a pas envie que l'esclave se sente supplié, ce serait ridicule. Mais il doit vraiment se reposer un peu et ne pas forcer trop vite. Même si son pauvre cerveau mutilé doit le pousser à retourner servir son maître.

- Nous n'avons pas tous cette même présence. Néanmoins, je suis loin d'être le plus puissant d'entre nous. Et je ne t'ai pas menti, je ne suis ici qu'un simple serviteur, comme tout frère de l'Ordre se doit de l'être. De même, je n'occupe aucune fonction particulière.

Sans s'en rendre compte, Ludwig laisse glisser le revers de sa main sur la joue d'Abel. La peau du blond est d'une douceur purement surnaturelle. Bien sûr, il se sait capable d'obtenir le même résultat sur n'importe quel être humain, grâce à sa seule volonté. Abel est gênant et fascinant à la fois. Le guérisseur voit en lui la preuve que la Science peut créer des choses - oui, choses - merveilleuses. Une entorse à ses croyances. D'autre part... Il est si beau...

Une question naît dans l'esprit de Ludwig et, cette fois, c'est lui qui laisse libre-cours à sa curiosité.

- As-tu... choisi ? De devenir un esclave ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mar 9 Juil - 23:34

Une aura peut-elle influencé à ce point ? Il sent bien que cette tristesse n'est pas la sienne. Bien malgré lui, sa fonction le pousse à vouloir l'aider à résoudre son problème. Il aimerait lui être utile, ne serait-ce que pour que ce sentiment s'efface. Il lui demande de rester, une seconde fois. Sa jambe semble encore fragile. Le bon sens lui dit de rester. Cependant, son devoir lui dicte de partir. Son Maître doit s'inquiéter de ne pas le voir rentrer. Quoique... Bien que Raphaël soit un maître attentionné et très sympathique, il lui arrive de ne pas voir le temps passer. La boisson aide beaucoup. Les plaisirs également. Que lui dirait-il s'il revenait en mauvais état, sur contre ordre d'un médecin ? Hum... Il ne sait pas trop. Ce n'est jamais arrivé. L'esclave réfléchit pendant quelques instants tandis que Ludwig l'oblige à se rasseoir. Que doit-il faire ? Il se surprend parfois à avoir du mal à prendre une décision simple alors qu'en d'autres occasions, il n'a aucun problème à trouver des solutions à ses problèmes... Ou a ceux de ses maîtres.

Une main le sort de sa rêverie. Le revers de la main du mage a caressé sa joue. Lui aussi, a l'air perdu dans ses pensées. Ce geste semble presque innocent, mais Abel sait l'effet qu'il fait aux Libres. C'en est presque... Naturel. Il ne s'en offusque pas. Il a été remodelé dans ce but. D'ailleurs, la question de Ludwig le surprend. Il cherche ses mots...

« Heu... He bien... Je crois bien que oui. Enfin, mes souvenirs sont un peu flous. Il me semble que je l'ai voulu. Certains disent que c'est juste un souvenir factice pour me rendre docile... Mais, au final, c'est beaucoup plus compliqué. Implanter des souvenirs, c'est dur. Les supprimer est plus simple. Je me souviens que... » Il réfléchit. De quoi se souvient-il déjà ? « Il me semble que je vivais dans la rue... Je crois que c'est ça. Je ne savais pas trop quoi faire, ni où aller. » L'explication s'arrête là. C'est dur de parler de son passé. De faire la part du vrai et des simples impressions. Il a gardé une profonde sympathie pour son Père, enfin, son créateur. Il lui posait parfois des questions, mais lui-même ne semblait pas savoir grand chose de lui avant qu'il n'arrive. En revanche, il avait pris grand soin de lui. Il avait toujours été là. Peut-être qu'un jour il le reverrait. Cette pensée lui rappela que s'ils venaient à se retrouver, ce serait sûrement dans le cas d'une 'réparation'...

« Je crois que... Vous avez raison. Je devrais peut-être resté. Je m'inquiète juste pour mon Maître. Je ne voudrais pas qu'il me crois perdu... Enlevé ou... Enfui. » Un petit silence s'installe. « L'esclavage ne vous plaît pas, n'est-ce pas ? »

Il sait que cet état de fait ne plait pas à tout le monde. Il se sent toujours obligé de les rassurer. Sa vie n'est pas plus mauvaise que celle d'un autre. Elle est peut-être même mieux, dans certains cas. Au final, à force d'observer les gens, il se rend bien compte que certains sont les esclaves des autres, même s'ils n'ont pas de mots d'obéissance. Ils ne s'en rendent pas compte, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mer 10 Juil - 8:50

- Excuse-moi, Abel. Je ne voulais pas t'offenser ni ramener des souvenirs pénibles à la surface.

Ludwig était sincère, bien sûr. Mais il avait également une autre pensée, teintée de colère : il voyait dans le cas du petit blond ce qu'il haïssait le plus. La Science, abusant de la faiblesse des gens pour les... souiller. Les esclaves n'était pas juste des prisonniers ou des travailleurs forcés. Il devenaient des choses, perdant jusqu'à leur humanité biologique. De telles créatures étaient une insulte à tout ce qui émergeait de l'Ombre. Comment concevoir qu'on pouvait retourner de telles abominations à la Création ?

Sa voix n'était qu'un murmure, adressé plutôt à lui-même qu'à son interlocuteur.

- Ce n'est pas comme ça qu'il faut aider les gens...

Il se reprend. Après tout, ce n'est pas le moment de méditer. Il le fera, une fois seul dans sa cellule, avant de retourner au Palais. Le luxe l'empêchait souvent d'atteindre un niveau de concentration qu'il considérait comme correct.

- Désires-Tu que la garde informe ton maître ? Je peux leur demander de faire passer le message ? Je crois qu'il y a encore des soldats dans le hall principal...

Si cela pouvait le calmer et le faire rester plus longtemps... Après tout, Abel devait avoir un maître riche donc, probablement, facile à trouver. De toute façon, les soldats devaient retrouver les familles des victimes et leur annoncer les décès de proches. Ah... La question que pose Abel a déjà reçu sa réponse. Au moins, au travers du comportement de Ludwig.

- Oui... Je déteste le concept d'asservissement total. Je... J'ai beaucoup de mal à supporter que l'on puisse vous infliger une telle déshumanisation.

Le cas d'Abel était troublant. Sa beauté, pas vraiment rare parmi les esclaves de qualité, était époustouflante. Il n'était certainement plus humain. Mais... se pourrait-il qu'il soit devenu plus que ça, au-delà de ce que Ludwig pouvait croire ? Cela commençait à lui sembler crédible. L'horreur. Le jeune marquis chassa cette pensée et sourit à son patient, en posant encore une main sur son épaule.

- Allonge-Toi encore un peu. Tu as subi un choc... Il vaut mieux te donner un peu de temps.

Ludwig s'assit au bord du lit aux côtés d'Abel. Sa main blanche glissa lentement sur la jambe du garçon. Il l'avait sans aucun doute bien soigné. Mais le contact de cette peau... C'était difficile à croire qu'une abomination telle qu'un esclave génomodifié puisse être aussi... Attirant. Ludwig soupira. Il aurait adoré avec la droiture et la force de son frère aîné. Cette pensée amena d'autres.

- Tout ce que je veux, au final, c'est qu'on cesse de s'opprimer autant les uns les autres... Qu'il n'y ait plus cette misère, toute cette douleur. L'Ordre ne peut y arriver seul. Si encore j'avais le soutien de ma famille... Mais le partage au sens où je l'entends n'est pas vraiment leur point fort...

Comment décrire autrement une famille qui possède tout ce qui existe ? En théorie du moins. Elle pourrait changer le monde, elle l'avait déjà fait. Mais non. Jamais dans ce sens-là. Ludwig se sentit très fatigué, quelque peu démoralisé. Ses yeux fatigués se posèrent sur Abel. La vue de l'esclave le réconfortait au moins un peu. Il inspirait la confiance. Dire du mal de sa famille n'était jamais une chose aisée. Mais certains auditeurs étaient assez discrets pour qu'on puisse leur parler librement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mer 10 Juil - 9:38

Il l'écoute. C'est quelqu'un de vraiment étrange... Il sent sa force. Son aura. Ses sentiments, malgré lui. Sa tristesse se teinte de colère. Abel ne comprend pas exactement pourquoi. Il aimerait l'aider. Vraiment.

« Oui, merci... Je veux bien. Mon maître est Raphaël Di Angelo. C'est un artiste. Il vit dans le quartier Magna, pas loin du parc des lumières. » Il se sent rassuré. Demain, il rentrerait à la maison et il s'excuserait pour la lettre... « Ne vous excusez pas. Je comprends que vous soyez curieux. Je l'ai été moi aussi. » Le choix des mots, dans la réponse de Ludwig, le surprennent. Il a déjà entendu des discours anti-esclavage, mais pas comme ça. Il ne sais pas trop quoi lui répondre. Il sait qu'il est un 'Objet' et pourtant, ses mots font mal, quelque part au fond de lui. Il suit son conseil et s'allonge sur le lit. Sa jambe se détend. Il ne s'était pas rendu compte qu'elle lui faisait encore mal. Cependant, c'est le cadet de ses soucis. Les mots du prêtre continuent de résonner dans son esprit. Il cherche une manière d'y répondre.

Le Mage s'assit à coté de lui. Il tressaille en sentant sa main se poser sur sa jambe. Cette scène lui en rappellent une dizaine d'autres. Bien sûr, il ne fait que l'ausculter... Mais Abel perçoit le regard insistant de Ludwig. Il semble... Troublé. Comme lui, au final.

« Quand vous le dites comme ça... Ça a l'air terrible. Pourtant, l'esclavage ne m'a jamais semblé si horrible. J'ai passé quelques mauvais moments... Mais si on y réfléchit bien... Tout le monde a des hauts et des bas dans sa vie. La plupart des gens doivent obéir à d'autres... Et certains sont esclaves sans même s'en rendre compte. En quoi est-ce plus terrible que de l'être officiellement ? » Il réfléchit pendant un instant. « Je comprends mieux votre point de vue mais... C'est utopique de vouloir un monde tel que vous le décrivez. Ça va à l'encontre des principes de l'Ombre, non ? Je n'en connais pas beaucoup... Mais l’Église n'a t-elle pas toujours prôné l'équilibre ? La loi du plus fort ? Sans Lumière, pas d'Ombre, c'est ça, non ? » Il attend un signe d'approbation. Sa première maîtresse lisait à voix haute des versets. « Si la misère et la douleur n'existaient plus... Comment différencier le bon du mauvais ? Hum... Mauvais exemple mais... Je veux dire. Si tous étaient égaux, la société ne fonctionnerait pas. Les gens ont besoin d'obéir à quelqu'un. Un peu comme dans un atelier. Les ouvriers suivent les ordres de l'ingénieur en chef. S'il ne le font pas... Ce serait l'anarchie et rien ne serait construit correctement. »

Les idées se bousculent dans sa tête. Il aimerait être plus clair. Inconsciemment, il se relève un peu. « Je comprends que vous vouliez plus de bonté dans ce monde... Mais vous ne devez pas espérer un retournement complet de la situation... Sinon vous continuerez à broyer du noir... Et les gens ne vous écouteront pas. » Il se maudit intérieurement. Il ne devait pas parler ainsi à un inconnu. Il le connaissait à peine et il se permettait de lui faire des leçons... Alors qu'il n'était lui-même qu'un esclave. « Désolé... Je... Je ne voulais pas dire ça. Ce n'est pas à moi de vous dire quoi faire... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mer 10 Juil - 10:35

Ludwig hoche la tête. Le maître du petit est effectivement un homme connu. Un genre de joyeux gaspilleur qui ne regarde pas vraiment son prochain, lorsqu'il est question de dépenser. Il n'a jamais fait du tort à personne et aura laissé un joli patrimoine culturel derrière lui, mais le guérisseur sait que toutes ces ressources pourraient être mieux utilisés.

- Le portait de Joanna II, la Traversée de la Mer et une partie des fresques de Libris Umbra, n'est-ce pas ? J'avoue que son travail est impressionnant.

Et voilà, encore quelqu'un d'endoctriné qui prétend que l'esclavage est dans l'ordre des choses. On ne peut lui en tenir rigueur. Il se pourrait que son avis ne soit pas vraiment le sien. Tout chez lui peut-être factice, résultat d'un lavage de cerveau sans failles. Cependant, il fallait avouer qu'Abel faisait preuve d'un esprit plus vif et intéressant que celui d'un Objet moyen. Et ce qu'il dit sur la domination n'est pas faux, au final...

La réponse de Ludwig est sèche.

- Nous pourrions néanmoins espérer qu'un Empereur éclairé et si savant pourrait vouloir user de son pouvoir pour rendre le monde meilleur. Il a tout. Pourquoi ne pas partager ?

Ah... Si Laurenz entendait ça... Les murs trembleraient sous ses cris. De l'insubordination frôlant l'hérésie. L'Inquisition mettait des gens au pain sec et à l'eau pour quelques jours pour bien moins que cela. Si le Prince-Gouverneur et commandant en chef des armées entendait son frère parler de la sorte, se confiant à un esclave qui plus est... Sa colère serait terrible. Mais, faute de son chaperon, ses paroles demeureraient largement impunies. Bah. Il les prononçait avec l'aisance de l'adolescent qui a l'habitude de critiquer le système.

- La loi du plus fort est une chose. Nous avons besoin d'ordre. De hiérarchie. Toute chose doit être organisée... Mais pourquoi une hiérarchie qui croule sous les richesse ne pourrait... Au moins éviter le gaspillage ?

La dernière partie de sa question se transforme en une supplique, prononcée presque au travers des larmes. Abel semble noter que Ludwig n'est pas particulièrement en forme en ce moment. Cela dit, la faute n'était pas à Abel. Ce dernier soulevait une question intéressante. Aveuglé par ses colère d'enfant, le guérisseur n'avait pas vu les choses sous le bon angle. La vérité commença à lui apparaître par petits bouts. Il releva la tête.

- C'est ce que Tu penses ? Merci, Abel. Je dois être plus fort. Mes larmes n'étancheront la soif de personne...

Ce que Laurenz avait dit était vrai alors. Son militaire de frère avait raison sur un point : il lui fallait devenir plus fort. Sans doute grâce à la magie des ombres, bien sûr. Mais ce serait déjà un pas vers l'avant. Vers un but qu'il lui faudra atteindre grâce à la force de ses paroles et de ses actes. Dans un tel combat la force et la détermination seraient vitales. La société ishtarienne, noble en particulier, réclamait des démonstrations de force. Et lui, on le prenait pour un faible. Un faible qu'il était effectivement, il ne fallait pas trop se mentir.

Son sourire illumina son visage.

- Merci, Abel.

Cette fois, Ludwig pose sa tête sur le torse du garçon. Il écoute son coeur battre et se détend, agréablement bercé par de nouveaux buts à atteindre. Des buts qui lui conféreront la possibilité de progresser. Comme quoi, une conversation pourtant anodine pouvait se révéler être d'un grand intérêt... Le guérisseur reste immobile, comme profitant de la chaleur d'un autre qui lui accorda du temps et de l'attention au lieu de critiquer ses convictions.

- Tu seras toujours le bienvenu ici. Si Tu en as la possibilité, reviens me voir. Je te suis reconnaissant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Mer 10 Juil - 21:46

Abel hoche la tête à l'entente de l’œuvre. Raphaël lui en a parlé. Une pièce magnifique, parait-il. Il faudrait qu'il la voit, avant de partir. Cependant, ce n'est pas le moment pour poser ce genre de question. Le jeune prêtre continue sur sa lancée. Abel sent une certaine amertume dans sa voix au moment où il commence à parler de l'Empereur. Il sait que ce n'est pas bien... Mais il n'a pas une conscience assez aiguë que pour faire la part entre le blasphème et la critique. Et puis, qui est-il pour aller dénoncer quelqu'un ? Il préfère continuer à l'écouter, même si au fond, il sait qu'il ne devrait pas parler ainsi, mais il en a besoin, de parler.... Et Abel est tout disposé a être son auditoire.

Cette histoire semble vraiment lui tenir à cœur. Au final, c'est quelqu'un de... Très empathique. Contre toute attente, il prend ses paroles avec sagesse. Il ne s'offusque pas de la manière dont il s'est adressé à lui. Au fond de lui, Abel éprouve un certain soulagement et la joie de voir un sourire se dessiner enfin sur le visage de son interlocuteur.

« D... De rien. Parfois, il suffit d'énoncer à voix haute ses problèmes pour en trouver la solution. Ne vous laissez pas abattre... » Ludwig pose sa tête contre son torse. Il se sent bien. Machinalement, sa main vient se perdre dans la chevelure du noire du mage. Plusieurs secondes s'écoule sans qu'aucun d'eux ne bougent. L'aura du jeune Prince semble être devenue... Paisible. Elle le détend. Abel continue à penser qu'il n'est pas normal. Il y a quelque chose de différent chez cette personne, mais il est incapable de préciser en quoi réside exactement cette différence... Il est puissant.... Et contagieux.  L'esclave se laisse bercer par ce flux. Il n'a pas envie de résister. « Je ne sais pas si j'aurais l'occasion de vous revoir... Je passe rarement dans ce quartier... Cependant, Maître Raphael me donne parfois des heures libres... » Peut-être se reverront-ils. Rien n'est sûr. Abel aimerait bien. Ludwig est quelqu'un... D'intriguant.  « Je suis heureux d'avoir pu vous aider. » La phrase semble un peu mécanique et pourtant, elle est sincère.

Il n'ose pas trop bouger. Il n'a pas envie de rompre le contact avec lui. Encore une anomalie... Ou un conditionnement ? Est-il normal qu'il est envie de quelque chose, lui ? Ou est-ce dans l'ordre des choses qu'il ressente le besoin d'être en contact physique... Même avec un inconnu ? Encore une question sans réponse a ranger dans un coin de son esprit. Il s'endormirait bien là.

« Comment puis-je vous appeler ? »

C'est un détail qui, malgré lui, à son importance. En général, il appelle Maître ou Monsieur machin les gens qu'il rencontre... Mais Raphaël veut qu'il l’appelle par son prénom, en sa présence. Appeler Ludwig Maître lui semblerait étrange également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   Jeu 11 Juil - 0:27

La présence attentionnée d'Abel était très apaisante pour Ludwig. Le jeune Walhgren se laissait aisément porter par ses émotions, lorsqu'il ne prenait pas le temps de se poser et de méditer, comme on le lui avait enseigné à l'Université. Malgré un esprit capable de commander à la plus dangereuse magie qui soit, le guérisseur ne pouvait tenir ses sentiments en laisse. Sans doute une tare familiale. Laurenz n'hésitait pas à exposer son point de vue à tout bout de champ. Les aînés étaient différents, comme Maximilien, mais eux, ils étaient des politiciens.

Le mage expira lentement, dans un souffle de relâchement. Abel était le dernier à ne pas avoir reçu de soins, il était donc possible que les Frères et Soeurs de l'Ordre puissent s'accorder un peu de repos. Rien ne les pressait. Puis... La conversation avec cet étrange petit garçon n'était pas désagréable. Au contraire, elle semblait plus constructive que tout ce qu'il ait pu dire avec son grand frère qu'il aimait pourtant au-delà de toute autre chose.

- Tu as raison... C'est si simple que les gens qui m'entourent n'ont pu me le conseiller. Ils étaient à la recherche de solutions autrement plus compliquées ou inadéquates. Je sais déjà ce que je vais faire pour commencer.

L'assurance montait dans le ton de Ludwig, alors que le brun n'avait aucune envie de rompre le contact apaisant du blond. Les doigts d'Abel bougeait dans ses cheveux avec une douceur et une habilité presque hypnotiques. Vu son apparence, il y avait fort à parier que c'est dans ce but justement que l'esclave avait été façonner. Abel n'avait pas sa place au fond d'un puits minier, ni même aux cuisines. Il était certainement une oeuvre d'Art, digne des plus hauts salons.

- Je ne veux pas que Tu aies de problèmes. Peut-être irais-je rendre visite à ton maître ? Si jamais j'en trouve le temps. Mes devoirs sont nombreux, il faut le reconnaître. Mais... Cela m'a fait beaucoup de bien de te parler.

Encore une fois, son aura le mettait à nu. Il transpirait la reconnaissance.
D'autre part, Ludwig n'avait aucune envie de se cacher. C'était un exercice qui lui était pénible. Il aurait tant voulu être aimé et traité avec simplicité pour ce qu'il était, par pour son nom. A ce propos, Abel posait une question qui fit sourire son interlocuteur. Le jeune prince leva légèrement la tête pour pouvoir regarder le blond.

- Ludwig. Rien d'autre. Je ne veux pas qu'il existe une différence entre nous. Les autres me traitent déjà avec assez de... De différence. Quoique je ne fasse. Mon frère trouve que je devrais me comporter... Autrement. Comme lui, sans doute. Comme quelqu'un qui est fait pour commander aux autres. Au moins Toi, rends-moi le service de me traiter en égal.

Et il enfouit sa tête avec plus d'insistance contre la peau d'Abel. Les joues de Ludwig n'avaient que peu à envier à la perfection artificielle de l'esclave. Le contact n'en était pas moins éthéré et délicieux. Il aurait tant donné pour que leur petite conversation ne s'achève jamais. Bien sûr, elle devait finir, tôt ou tard. Ludwig déposa un léger baiser juste à côté du nombril de son interlocuteur. Il n'était pas vraiment animé par le désir, combien même il devait reconnaître que cette pauvre créature était un pur délice. Ou impur, plutôt.

- Encore merci, Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Première visite à St-Dietrich   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première visite à St-Dietrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Première visite de la Citadelle de la couronne de glace le 23-12-09
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» [Vidéo] Visite guidée de AKIHABARA.
» visite de la cathédrale
» [Stratégie] ICC 10 HM, première aile.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: District Saint Dietrich :: Temple Saint Dietrich
-