Partagez | 
 

 Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Son nom est déjà un titre

avatar

• Fiche : Passez votre chemin, y'a que dalle à lire.
• Messages : 32
• Points d'Influence : 252
• Age : 27

MessageSujet: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   Mar 21 Mai - 0:26

S'il avait su qu'un membre de l'illustre famille des Walhgren se pointerait au Fabulas Onis, qui plus est dans l'intention d'organiser un événement aussi important que l'enterrement de vie de garçon du commandant en chef des armées de l'Empire, Oliver ne se serait certainement pas permis ces quelques heures à l'extérieur de son domaine et lieu de travail. Non pas qu'il aurait eu les moyens de refuser l'invitation sans offenser un excellent client, connaissance de longue date, mais il aurait pu tenter le coup. Pour l'heure, il n'est pas encore au courant.

La soirée est déjà avancée quand Oliver passe la porte du Fabula Onis. Il salue d'un hochement de tête poli deux clients qui discutent dans le hall alors que Elan, préposé à l'accueil ce soir, le défait de son manteau sans se départir de son sourire de circonstance. Oliver s'avance dans le salon principal. Installé sur des divans, plusieurs clients débattent sans se préoccuper des hôtes qui circulent avec le vin ou qui sont installés contre eux, silencieux mais attentifs. Il suit le mur pour rejoindre l'escalier, laisse passer Mabel et un sénateur qui grimpent côte à côte jusqu'aux chambres.

Lui-même ne passe pas directement à son bureau, monte plutôt au dernier étage, réservé aux précieux pensionnaires du Fabula Onis. Il passe dans les chambres, fait descendre ceux qui traînent, prend des nouvelles d'une de ses filles, malade depuis la veille au soir, qui semble aller mieux et qui a réussi à trouver le sommeil. Il faudra bien évidemment qu'elle rattrape sa soirée non travaillée. Oliver en touchera deux mots à Faustine au plus tôt. Il redescend finalement, la délieuse Ide sur les talons, qui babille sur « cette magnifique soirée ! »

Du balcon circulaire, il englobe la salle principale en contre-bas et dans sa continuité, le hall, d'un coup d’œil avant de pénétrer dans son bureau. Attiré comme un aimant, son regard remarque tout de suite Fau, au bras d'un homme, qu'il n'a aucun mal à reconnaître. D'un geste distrait, Oliver remonte ses lunettes sur son nez, comme pour s'assurer d'avoir bien vu au bras de qui la demoiselle se trouve. Il maudit alors la raison de son absence et ne quitte pas des yeux le couple alors que Ludwig Walhgren prend visiblement congé.

Il se tourne à demi vers un garçon qui passe. « Assure-toi que Mademoiselle Faustine ait connaissance de mon retour. » Et il pénètre dans son bureau. Home Sweet Home. Il laisse la porte entrebâillée et se sert tout d'abord un verre de nectar, avant de rejoindre son bureau. Un Walhgren au Fabula Onis, ce n'est pas exceptionnel. Que ce soit le cadet de la famille est plus étrange. Mais après tout... Oliver avale une gorgée de son verre et l'abandonne sur le bureau.

Il a pleinement confiance en sa chère Faustine quant à l'accueil offert au jeune Walhgren. Le voilà incapable de se pencher dans une facture, pourtant bien en vue sur son bureau, trop intrigué par la raison de la présence de ce si estimable client. Il finit son verre d'une traite et se lève pour s'en servir un second. Des rires résonnent dans le couloir et il se prend à observer la porte. « Faustine. Très chère Faustine. Quelle alléchante information vas-tu me fournir ? » Ah, sa curiosité le perdra un jour !

_________________

« Nous avons tous à l'intérieur de nous, un petit monstre à nourrir. » saddlebrown est sa couleur. Avatar ©️ Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mengyan.bbactif.com/

Macasse

avatar

• Fiche : La macasse, ce drôle d'oiseau
• Messages : 31
• Points d'Influence : 141
• Age : 24

MessageSujet: Re: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   Dim 26 Mai - 4:39

Faustine s’attarda un moment dans l’entrée du Fabula, ses yeux se promenant dans le dos du jeune Walhgren alors que la lourde porte se refermait entre eux. Elle leva une main blanche pour réarranger son impeccable chignon, acheva de calmer son esprit en ébullition et, passant à nouveau un masque imperturbable, elle s’en retourna à sa routine de la soirée. La salle principale s’était considérablement animée depuis son départ un peu plus tôt dans la soirée, mais tout semblait s’être déroulé sans encombre, et la Macasse contemplait l’œuvre de sa machine bien rôdée avec une pointe de fierté maternelle.
Elle fit un rapide tour de salle, allant s’assurer que tout allait comme convenu, s’arrêtant parfois pour aller saluer quelques clients importants dont elle avait raté l’arrivée. La plupart d’entre eux n’avaient pas remarqué son absence, mais c’était un bon présage dans la mesure où cela assurait qu’ils recevaient les meilleures des distractions. Faustine remonta les marches de l’escalier principal, une partie de son esprit se félicitant pour cette soirée rondement menée, tandis que l’autre partie était déjà perdue dans les circonvolutions techniques que l’organisation de l’enterrement de vie de garçon du frère de Ludwig allaient exiger.

Du coin de l’œil, elle vit arriver le jeune Ruben et ralentit sa course pour lui permettre de se ranger à sa hauteur. Il répondit d’un hochement de tête au sourire par lequel elle l’accueillit, et se contenta de lui murmurer la nouvelle qu’on lui avait demandé de porter. Le compte avait donc trouvé le chemin du retour. Faustine hocha doucement la tête, posant avec douceur sa main sur l’épaule du garçon pour lui intimer de reprendre sa route. La Macasse sourit. Décidément, cette soirée était placée sous le signe du timing impeccable, et cela était des plus agréables.

Reprenant sa route, flottant sur les marches dans son interminable robe gris cendré, elle orienta sa course vers le bureau du Comte, le dos bien droit, les mains posées l’une dans l’autre devant elle comme jointes par une prière inaudible. Son visage demeura fermé jusqu’à sa destination, et ce bien qu’un vague sentiment d’euphorie flottait dans sa poitrine. Elle ne savait pas si elle se réjouissait plus pour le contrat lui-même ou bien à l’idée d’annoncer à Oliver qu’elle l’avait décroché.
Sans avoir trouvé la réponse à sa question, Faustine frappa délicatement les phalanges de deux doigts contre la porte du bureau, et s’y glissa avec souplesse. Son masque professionnel se fendit d’un sourire sincère alors qu’elle repoussait le battant du bout des doigts.


« Bonsoir Oliver. »


La porte refermée, Faustine fit quelque pas en direction du bureau. À voir l’expression d’Oliver, ce dernier l’avait attendu. Le regard de la jeune femme croisa celui du comte, et ses épaules retombèrent dans un souffle. Toute sa silhouette sembla se détendre, et son visage s’éclaira légèrement. Cela ne tenait pas à grand-chose, une posture plus relâchée malgré son carcan de cuir, un sourire un peu plus sincère, une légère chaleur dans le regard, pourtant c’était comme si la Macasse s’était soudain écartée pour laisser apparaître Faustine.
C’était une vision rare, et la liste des personnes qui étaient implicitement autorisés à assister à cette transformation n’était pas très longue. Oliver était par ailleurs l’un des rares inscrits sur cette liste qui n’ait jamais connu la jeune fille de manière… disons intime. L’amitié de la Faustine, la chose véritable, pas le faux semblant sans goût ni chaleur qu’elle réservait aux affaires de ses ambitions, était une denrée rare et précieuse, et dont le comte était, à ce jour, pratiquement l’unique – et privilégié – destinataire.

Faustine se glissa tranquillement dans un des fauteuils qui faisaient face au Comte, et accepta avec une gratitude silencieuse la tasse de thé noir encore fumante qu’on lui tendait. Elle soupçonnait le compte de n’en avoir une bouilloire à portée de main uniquement pour pouvoir lui en servir lorsqu’elle le visitait, et l’idée la faisait sourire. Soufflant avec prudence pour éparpiller la vapeur parfumée qui s’élevait de son thé, elle releva les yeux vers le comte et murmura, dans un même souffle.


« J’espère que ta soirée a été douce. La mienne a été délicieuse. »


Elle ignorait si le comte était déjà au courant de la visite de marque qu’il avait involontairement manqué. Elle se sentait un peu comme une enfant prête à se vanter de sa dernière trouvaille à un camarade.


« Je crois que je me suis fait un ami. »


Faustine sourit dans son thé, prenant une gorgée avant de reprendre.


« Tu as manqué de peu un diner des plus intéressants. C’est bien dommage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Son nom est déjà un titre

avatar

• Fiche : Passez votre chemin, y'a que dalle à lire.
• Messages : 32
• Points d'Influence : 252
• Age : 27

MessageSujet: Re: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   Ven 7 Juin - 23:24

Une fois son verre terminé, le goût fruité du vin sur sa langue, Oliver quitte son fauteuil, détendu. Il ne lui faudra qu'une fraction de secondes pour que son masque ne reprenne possession de son visage, comme Faustine s’apprête à quitter le sien en pénètrant dans le bureau, si la prochaine personne à entrer n'est pas sa Maquasse. Mais pour l'heure, c'est une amie qu'il attend et elle sait déjà quel genre d'homme se cache sous le masque. Au fond du bureau, il y a une porte. Ancien cagibi à l'origine, où s'entassaient factures, livres de compte et carnets de dette, le précédent Comte l'a modifié pour son usage personnel. Il avait apparemment un peu trop l'habitude de dormir dans le sofa. De ce fait, l'actuel Oliver s'assure que la bouilloire chauffe dans ce petit espace. Bien qu'ignorant combien de temps Faustine s'est entretenue avec le jeune Walhgren, il suppose avoir le temps. Comme lui précédemment, la Masquasse fera certainement un tour d'horizon avant de le rejoindre.

Deux coups contre la porte, quelques instants plus tard, le sort de ses pensées. Il ne s'avance pas de suite vers son bureau, ne fait que se retourner vers la porte. Faustine n'a pas besoin de son accord pour entrer. Il préfère observer le retrait du masque de Faustine. C'est un phénomène dont il ne se lasse pas d'être le spectateur. « Bonsoir Oliver. » « Bonsoir ma colombe. » Oliver revient à son bureau, tend la tasse à la demoiselle et se réinstalle dans son fauteuil. Lui-même semble plus humain. Moins droit dans son fauteuil, ses lunettes sont un peu plus basses sur d'habitude sur l'arête de son nez. L'homme derrière le Comte. Il aurait du se resservir en nectar avant de se rasseoir. Tant pis.

« Délicieuse...? A ce point ? » Un sourire en coin ouvre une parenthèse sur son visage. « Et qu'as-tu bien pu faire pour que ton début de nuit mérite un tel adjectif ? » Bien évidemment, il est au courant de la venue de leur hôte de marque mais sans son coup d'oeil fortuit vers le hall, il ne l'aurait pas su. Il peut bien laisser cette victoire à sa colombe. Cela semble lui faire tellement plaisir qu'il ne peut la défaire de cette victoire. « Je crois que je me suis fait un ami. » Son sourcil gauche se lève, étonné. « Un ami ? » Ce n'est pas un terme qu'emploie facilement Faustine, et le fait que ce soit Ludwig Walhgren est d'autant plus étonnant. « Tu as manqué de peu un dîner des plus intéressants. C’est bien dommage. » « Cela l'est toujours. » Il prend une minute pour réfléchir. Il se lève et se ressert un verre de vin.

« Allons, ne me fais pas languir plus longtemps, ma colombe. Avec qui as-tu bien pu dîner pour avoir tant savouré ta soirée ? » C'est davantage la raison de la venue du Frère de l'Ordre qui l'intéresse mais chaque chose en son temps. Faustine connait son goût pour les informations. C'est quasiment une addiction. Apprendre et détenir de quoi faire tomber une tête -et ce n'est pas toujours de façon littérale que cette tête tombe...- Etait-ce une visite de courtoisie ? Il en doute, à moins que Faustine et Ludwig ne se soient déjà rencontrés par le passé. La jeune femme le lui aurait-elle dit ? Ou alors la visite du plus jeune des Walhgren a-t-elle une raison propre au Fabula Onis ? Quel genre de pêché peut bien amener Ludwig auprès des abeilles de nuit ?

_________________

« Nous avons tous à l'intérieur de nous, un petit monstre à nourrir. » saddlebrown est sa couleur. Avatar ©️ Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mengyan.bbactif.com/

Macasse

avatar

• Fiche : La macasse, ce drôle d'oiseau
• Messages : 31
• Points d'Influence : 141
• Age : 24

MessageSujet: Re: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   Dim 30 Juin - 9:15

C’était étrange, cette atmosphère de paix qui semblait avoir envahi le bureau, flottant entre les yeux neufs des deux figures à présent démasquées. La vapeur du thé s’enroulait autour du visage de Faustine alors qu’un timide éclat de chaleur reprenait son droit dans les yeux d’Oliver. Le rituel semblait calculé au millimètre, ou bien perfectionné par la force des années ; rien n’était hors de sa place. Dans le couvert de sa tasse, Faustine souriait aux commentaires du Compte. Même les mots de leurs conversations semblaient glisser les uns contre les autres avec la précision et l’aisance d’un roulement à bille.

Il y avait quelque chose de très Feng shui dans leur relation, en somme.

Fau détacha ses lèvres de la porcelaine, glissant ses doigts fins dans l’anse de la tasse. Relevant les yeux vers Oliver, elle consentit enfin à lui livrer l’information qu’il attendait.


« Figures toi que Ludwig Walhgren est venu me trouver – enfin te trouver mais tu étais en vadrouille – pour organiser l’enterrement de vie de garçon de son frère ainé. J’ai dû manger deux fois mais je pense que le contrat le valait largement. »


Au moment où les mots franchissaient ses lèvres, quelques automatismes bien huilés se mettaient en route dans son esprit d’habitudes. Il faudrait qu’elle lui laisse les nouveaux plannings, la liste des annulations, et qu’elle lui fasse un rapide compte rendu des consignes qu’elle avait déjà rassemblées. Il fallait aussi qu’elle décharge son emploi du temps de la semaine suivante au cas où – et c’était très probable vu l’enthousiasme du jeune homme – le jeune Ludwig venait à reparaître  à sa porte.
Tout cela pouvait attendre, bien sûr, du moins au moins jusqu’à la fin de leur pause en tête à tête, mais Faustine ne pouvait jamais tout à fait éteindre la Macasse quand elles partageaient le même corps, et surtout le même esprit. La jeune femme balaya doucement les impératifs pratiques de la soirée, pour les ranger dans le compartiment « à repenser après le thé », compartiment tout aussi commode que conciliant.

Elle ignora distraitement les quelques images de son deuxième diner en compagnie du jeune Walhgren, qui remontaient doucement de son hypoccampe pour venir chatouiller son attention. Confrontée à un regard interrogateur du Compte, elle consentit à livrer quelques détails sur son honorable invité.


« Ma foi un Hôte des plus sympathiques, bien que l’opulence environnante lui ait donné l’air d’un enfant perdu. J’en aurai presque eu des remords. »


Ses épaules se tendirent légèrement à cette évocation, comme à chaque fois qu’elle s’abaissait à livrer même le quart du soupçon d’une évocation de ce qui pouvait s’approcher de ses sentiments personnels. Même si c’était Oliver, la méfiance instinctive qu’elle avait intégré de force dans ses instincts les plus primaires trouvait toujours le moyen de montrer le bout de son nez. Et sans le carcan de la Macasse, ces accès de tensions étaient bien plus apparents.
Pour se changer les idées, elle s’essaya à une pointe d’humour, terrain sur lequel elle s’aventurait rarement, et jamais avec le péquin moyen.


« Il avait l’air d’user toutes ses forces à se retenir d’empoigner le mobilier pour courir le revendre et nourrir les nécessiteux. »


Son air pensif se fondit en mine amusée, alors qu’elle se payait le luxe d’un rire à sa propre blague. Il faut dire qu’elle avait, elle, de quoi l’imager, et qu’imaginer le self contrôle du jeune Walhgren semblait largement suffisant pour lui arracher un peu plus qu’un sourire sincère. Elle étouffa son émoi dans une gorgée de thé, mal à l’aise devant le son de son propre rire – c’était consternant de voir qu’elle monitorait ses communications corporelles avec une telle insistance que ses propres émotions lui devenaient parfois étrangères.

Faustine laissa le silence retomber, sirotant le fond de sa tasse en méditant sur les pours et les contres d’une relation non professionnelle avec un fils Walhgren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Son nom est déjà un titre

avatar

• Fiche : Passez votre chemin, y'a que dalle à lire.
• Messages : 32
• Points d'Influence : 252
• Age : 27

MessageSujet: Re: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   Dim 18 Aoû - 13:43

« Figures toi que Ludwig Walhgren est venu me trouver – enfin te trouver mais tu étais en vadrouille – pour organiser l’enterrement de vie de garçon de son frère ainé. J’ai dû manger deux fois mais je pense que le contrat le valait largement. » Il abandonne son verre et croise les doigts sous son menton, les coudes sur le bureau. Tiens, oui, la date du mariage approche à grands pas, de ce qu'il a entendu entre deux tentures. Oliver fronce les sourcils. Il aurait du prévoir la forte probabilité qu'un événement aussi important et mondain que l'enterrement de vie du garçon du marié se fasse ici, au Fabula Onis. C'est un oubli qui, fort heureusement, n'avait causé aucun tort aux affaires de la maison. Et ce, grâce à la Maquasse. Il se radosse à son fauteuil sans quitter Faustine des yeux. Il peut presque voir les rouages de mettre en place dans l'esprit de sa compagne.

« Il est heureux que tu aies pu accueillir le Prince Walhgren ce soir. Si j'avais eu connaissance de sa venue, je ne serais pas sorti. Mais il aurait bien moins apprécié son dîner, j'en suis certain. » Sourire amusé, clin d’œil entendu. Il sait comme Faustine peut être une délectable interlocutrice. « Quand cet événement doit-il avoir lieux ? A-t-il demandé des services qu'il faut prévoir de suite ? » Comme sa Colombe, son cerveau calcule et organise déjà.

« N'hésite pas à me confier certains clients et rendez-vous pour te ménager du temps, durant les préparations. Puisque c'est avec toi que le Prince Walhgren s'est entretenu, autant que tu restes la détentrice de ce contrat. Je reste à ta disposition pour quoique ce soit. » Un temps, un pincement de lèvres. « Tout doit être parfait. » Oliver ne doute pas des capacités de Faustine à gérer tout cela. Il a toute confiance -pas une confiance aveugle, il ne faut pas pousser, tous deux savent sur l'autre de quoi le faire plonger - en sa collaboratrice. Cependant un grain de poussière peut tout faire basculer. Et louper une telle soirée, qui réunira très certainement le gratin et les pires vices dans un objectif de débauche et de festivité, serait réduire la possibilité d'en apprendre de belles sur la société. De régner pour quelques heures sur les plus sombres désirs des plus importantes personnes d'Ishtar.

« Ma foi un Hôte des plus sympathiques, bien que l’opulence environnante lui ait donné l’air d’un enfant perdu. J’en aurai presque eu des remords. » « Des remords, toi ? » Oliver reprend son verre et avale une gorgée de vin. Il connait Ludwig Walhgren de réputation. Il n'a pas eu des masses de possibilité de le côtoyer. S'il y a bien quelques Frères de l'Ordre qui viennent se perdre au Fabula Onis, ce n'est malheureusement pas le cas du plus jeune des Walhgren. Malheureusement pour Oliver, j'entends. « Il avait l’air d’user toutes ses forces à se retenir d’empoigner le mobilier pour courir le revendre et nourrir les nécessiteux. »

Un sourire éclaire son visage devant la remarque, bien sûr, mais surtout le rire de sa Colombe. En public, ni lui ni elle ne se serait permis de rire ainsi d'un client  mais entre eux, cela n'était rien. Comme Oliver aime entendre Faustine rire. C'est un son rare, donc riche. Comme un de ces secrets que l'homme du Nord aime garder par derrière lui. Il termine son verre et repose son dos contre le haut dossier de son fauteuil. « La famille Walhgren, ici, entre nos murs. Ce mariage est une véritable aubaine. » Dans un souffle, perdu dans ses réflexions. Il relève les yeux vers Faustine.

Elle, elle sait qu'il désire autant que tout se déroule à la perfection pour la réputation du Fabula Onis, que de voir un grain de sable dérégler un instant la formidable soirée pour que d'un coup d’œil dans un trou de serrure, il puisse apprendre quelque chose. Quelque chose de sombre, de pervers, de jubilatoire... Mais la lueur s'efface comme elle est apparue. Il détourne les yeux et soupire distraitement.

_________________

« Nous avons tous à l'intérieur de nous, un petit monstre à nourrir. » saddlebrown est sa couleur. Avatar ©️ Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mengyan.bbactif.com/

Macasse

avatar

• Fiche : La macasse, ce drôle d'oiseau
• Messages : 31
• Points d'Influence : 141
• Age : 24

MessageSujet: Re: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   Dim 25 Aoû - 4:00

Faustine peinait à dissimuler derrière la porcelaine de sa tasse le sourire de renard qui naquit sur ses lèvres aux mots du compte. Elle le dévisagea longuement ; elle pouvait pratiquement voir l’enthousiasme et la jubilation luire dans les prunelles d’Oliver. Pour le commun des mortels, c’était pratiquement imperceptible, mais pour son œil entraîné de professionnelle et d’amie, Oliver aurait tout aussi bien pu se mettre à saliver comme un prédateur affamé devant une proie particulièrement appétissante que ça aurait été la même chose.


« Je suis bien forcée de l’admettre : on ne pouvait rêver meilleure opportunité. »


Bien entendu, elle ne pouvait pas lui en vouloir de se frotter figurativement ainsi les mains, elle qui avait passé la soirée entière à jubiler intérieurement. Il était vrai qu’un tel évènement ne pourrait être qu’une aubaine pour leur établissement, que ça soit pour ceux qui chercheraient à dénicher le ragot ultime – elle eut un regard pour Oliver – ou pour ceux qui désiraient simplement étendre leur influence politique. On n’avait, après tout, pas tous les jours l’occasion de montrer au – beau – monde qu’on avait les moyens d’orchestrer et de mener à bien un évènement de pareille importance.


« Dans un autre registre, et puisque tu es enfin rentré, j’avais un petit service à te demander. »


Elle reposa délicatement sa tasse vide sur le bureau, laissant son pouce glisser le long de l’anse de porcelaine, puis releva un regard piqué de malice à la rencontre de celui d’Oliver. Son autre main, tandis qu’elle parlait, s’empressa d’aller arranger une mèche de cheveux qui avait commencé à glisser sur son front ;


« Il ne reste plus grand-chose à faire pour ce soir, et… en ce qui concerne notre affaire, je te ferais porter tout ce que j’ai demain matin. Donc, hm, si tu n’as plus besoin de moi, » Sous-entendu, si tu te sens de gérer le reste de la soirée tout seul. « J’ai un rendez-vous… »



Faustine recula sa chaise, prête à se lever. Ce genre de demande, entre eux, n’étaient que pure formalité. Elle connaissait déjà la réponse d’Oliver, aussi elle ne posait la question que par pure courtoisie, et parce que sa personnalité protocolaire l’empêchait de procéder autrement. Par sa demande elle ne faisait, finalement, que l’informer de ses faits et gestes.
Quant à la nature de son rendez-vous, elle n’avait pas non plus besoin de  préciser quoi que ce soit. Le sourire satisfait qui ornait son visage en disait suffisamment sur la programmation de ses activités nocturnes…

Sur le hochement de tête entendu que lui adressa Oliver, Faustine se releva, défroissant sa robe et remettant son masque dans un même mouvement. Elle fit un dernier sourire au compte et se retira avec un discret signe de la main. Sa démarche était légèrement plus guillerette alors qu’elle trottinait dans l’ombre jusqu’à ses appartements  – et dans la mesure où on parlait quand même d’une femme capable d’exprimer, à son maximum, l’équivalent émotionnel d’une cuiller à soupe, c’était déjà un évènement rarissime.
C’était en général le signe qu’elle avait, ou allait, passer une bonne soirée, parfois même les deux, comme ce soir, pourtant, personne, à part peut-être Oliver, n’aurait été capable de s’en apercevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ce titre est indéchiffrable. [Fau <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» atik 4 éléments 196 mode cc 1/60 (titre édité)
» Recharger son titre de transport en commun avec son lapin !
» [Loi] statut juridique de la noblesse et du port de titre
» Quel titre HPS napoléonien pour débuter ?
» Voyage au bout de la nuit (titre de Céline)-paroles du Baron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: District de la Place des Trois :: Fabula Onis
-