Partagez | 
 

 Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Ven 16 Aoû - 10:53

Écorcher son âme. S'abandonner à un doux repos. Profiter de la course du temps sans devoir penser aux obligations. Se réfugier tout court hors de la paperasse et des problèmes qui écorchent l'Empire. Être marqué en absent. Oui... Pour la première fois depuis des années, Maximilien révolutionnait ses habitudes. Il prenait une singulière pause afin de préserver son corps et esprit. Le train de vie infernal qu'il s'imposait par folie, par devoir, parachevait à chaque fois la rupture de sa carcasse de chair et d'os. Pour éviter de court-circuiter tout court, sa raison lui soufflait de lever le pied.  Elle le poussait à ce qu'il aimait le moins : la Paresse et la Procrastination. Par obligation, le Grand Duc se soumettait à ces Jumelles. Il se joignait à elle pour son propre salut.  

Pour l'occasion, loin, immigré au plus profond de son bureau privé – aménagé à sa convenance et ses goûts – le pilier des Walhgren profitait de sa retraite anticipée. C'était un moment agréable qui doucement vira au cauchemar.  Quelques minutes à peine et il tournait en rond. Se perdre trop longtemps dans le laxisme le rendait fou... Un soupir bruyant s'envola de ses lèvres. Il ne changera jamais. Dans ses gênes était inscrit sa façon d'être : ne jamais se reposer, se tuer à la tâche. Il restait un Homme d'Action jusqu'à la toute fin. Tenir à sa volonté première tenait du Miracle. Son puissant psyché fomentait déjà des plans pour la sauvegarde de sa Famille.

Luttant contre l'insupportable ennui, l'Inflexible Grand Duc pris une carte de l'Empire et la déposa sur son bureau de bois d'ébène. Le bleu gris de ses yeux s'attarda sur les frontières d'Ishtar. Sur ses bords, des pastiches rouges représentaient les victoires du Chef des Armées Impériales. Ses conquêtes - fortes nombreuses - régalaient sa Joie et sa Fierté. Il était force, il était puissance. Le griffon, cette majestueuse bête le représentait bien. Dans un futur éloigné, la crainte ne le gagnerait point : la relève était assurée. Son Neveu possédait la tête et le mordant nécessaire pour un tel rôle. Il ferait marcher au pas les serpents et leur traîne d'hypocrisie.

Sur cette pensée, un sourire s'afficha sur son visage, marbrant ses traits d'un masque plus plaisant, moins ferme et sévère. Ses doigts roulèrent le précieux document et le rangèrent tout aussi efficacement.  Les mains libres, il lorgna son fauteuil baroque d’anthracite et d'argent. Ses courbes et sa ligne l’appelaient d'une irrésistible manière. Suivant son envie, il épousa de son corps le mobilier coûteux.   Le coude posé sur l'accoudoir, la paume placée sous la tête, Maximilien savourait la décoration. Chaque petite chose s'harmonisait, créait un monde à son image... Absolument rien ne le faisait tiquer...

Agréablement calme et apaisé, il se laissa aller. L'engourdissement le dévora des pieds à la tête. Morphée l'invitait en son Domaine de Rêve, pour un dîner champêtre. Les heures coulèrent sans que ne vienne le fameux réveil. Le Grand Duc se libérait d'une fatigue pesante, lourde... Conséquence de ses nuits courtes et ses couchers tardifs. Au nom du Devoir, le Pilier des Walhgren ne dormait que peu. Et cette fois là, le somme prenait des allures réparatrices.

Prisonnier de cette langueur, du doux repos, Maximilien offrait une bien étrange vision de lui à l'âme qui venait d'ouvrir la porte. Son assoupissement. D'autre part, les étoffes qui couvraient son corps : une chemise de soie pourpre et un pantalon de lin teinté d'encre. Sa robe de Régent trônait langoureusement sur un porte-manteau. Ce tissu, symbole de son rôle, semblait habituellement moulé sur son corps. Et pourtant, là, il soufrait d'abandon.

Devant un tel laissé aller, la surprise, à loisir, s'inviterait. L'Oncle représentait l'Absolu, la figure paternelle qui jamais ne flanche. Il persistait à être l'intransigeance même. Jamais il ne montrait à quiconque l'image d'un besoin primaire : le sommeil. Couché tardivement, levé au aurore, personne, au cours de ses années de Régence, pu le contempler si.. Humain. Et vulnérable de surcroît. Une scène des plus rare se déroulait présentement.

Le bruit des pas, le bruissement de tissu cassèrent la bulle où le Grand Duc s'était réfugié. Le regard perçant posé sur le diamant de la Couronne, le Pilier des Walhgren souffla à son intention.

« Ludwig, je ne m'attendais pas à ta visite si impromptue. » Le sourire dessiné aux commissures de ses lèvres s'éteignit. Le timbre repris son flot de parole, chaud et grave. « Comment s'est déroulé ton entrevue avec le Comte ?  »

Le Régal l'inondait. Sa dernière entrevue avec le plus jeune de la Fratrie datait. Cette visite surprise réchauffait son âme. Le Grand Duc dévoreraient goulûment chaque seconde qui s'écouleraient.  Pour rien au Monde, il ne les offrirait à quiconque. Que commence le pourparlers d'un Oncle et son Neveu.  

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Ven 16 Aoû - 21:35

Ludwig avait pour l'habitude de se lever tôt. Il avait toujours beaucoup de choses à faire, combien même sa famille considérait son travail comme une occupation de jeune idéaliste en manque de vraies responsabilités. Le Temple Saint Dietrich ouvrait ses portes à l'aube afin de pouvoir distribuer la nourriture du matin aux plus démunis qui affluaient à la recherche de quelque chose de chaud à boire après les nuits de la Capitale. Ces dernières pouvaient être bien froides, même en été. L’Équinoxe d'été était d'ailleurs déjà derrière eux et les nuits prenaient à nouveau le dessus sur les journées...

Bien sûr, depuis que Laurenz l'avait forcé à venir loger au Palais impérial, Ludwig se levait plus tôt encore, afin d'être à l'heure à son poste... Sans parler du fait qu'il avait d'autres obligations désormais auprès de l'Université à laquelle il devait tout.

Ainsi, rien d'étonnant qu'il soit donc prêt à entrer dans les appartements de son Oncle aux premières lueurs. Certes, Maximilien ne travaillait guère moins que lui. Sans doute plus. Et dormait encore moins. Mais s'il voulait avoir une chance de parler à son aîné, il fallait le faire au matin. Les soirées où ils pouvaient se parler seul à seul étaient rares. Très rares.

- Mon Oncle.

Un salut respectueux. Ludwig incline légèrement la tête. Il est vêtu de sa tenue simpliste et noire, celle de son ordre. Du marquis Walhgren, il n'a que l'aura apaisante qui l'entoure si souvent. Le calme protecteur, l'assurance du guérisseur.

- Je sais que l'heure aurait pu être mieux choisie. Pardonnez mon intrusion dans votre repos. - Un instant passe, le Régent a une question. Ah oui. - Il était absent, mon Oncle. Mais son bras droit a bien pris soin de notre commande. Je lui ai listé les préférences de mon frère... ainsi que celle d'éléments à éviter.

Ludwig sourit. Son frère bien-aimé était un homme difficile. Le Fabula Onis serait sans aucun doute à la hauteur de ses multiples exigences. Cependant, il serait tout de même important que le cadet soit présent pour s'occuper du chef des armées. Laurenz pouvait être infernal et oubliait que tout le monde n'était pas un militaire sous ses ordres. On ne pouvait renverser de tables lors d'une réception et crier sur toute personne à portée de vue. Et de voix.

Le guérisseur poursuivit.

- Le Fabula sera à notre disposition après mon retour de Khini Lao. Laurenz et moi-même y prendrons de courtes vacances. - Ludwig passa une main dans ses cheveux noirs. - Bien entendu, on m'a demandé de vous présenter les respects de la maison... Enfin, les usages habituels, comme vous devez vous en douter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Sam 17 Aoû - 7:13

Au repos, dans son large fauteuil, les prunelles de Maximilien semblaient dévorer son Neveu. Deux mères grises qui contemplaient les frusques qui le moulaient dans la plus grande modestie. Son visage, sur l'instant se grava dans la plus parfaite sévérité. Jamais il ne parviendrait à s'y faire. Même s'il reconnaissait la voie que le bijou de la Couronne avait pris, tolérer les hardes sur son corps Princier était une autre chose. Au fond de lui, il refréna son soupir. Il ne comptait pas gâcher ce moment par son ennui naissant. Cela serait fort déconvenue. Ludwig ne viendrait plus le voir si leurs rencontres épisodiques se soldaient par des remontrances. Une issue qu'il préfère éviter...

Son index se réfugia sur le haut de sa mâchoire. C'est dans cette pose qu'un sourire grandement amusé s'afficha sur son faciès. Il n'avait pas à s'excuser de venir ici durant son Somme. Dans ses veines coulaient le sang de son frère - et par ce fait des Walhgren. Ce détail le mettait au dessus des Humains normaux. Il manquait grandement de force de caractère à son jeune pupille. Cette regrettable constatation ne l'empêcha point de lui répondre, sur un ton des plus bienveillant.

« Tu n'as pas à te confondre en excuse ainsi, Ludwig. Qu'il s'agisse de toi ou ton frère ou de mes intimes, vous avez l'autorisation de fouler mes quartiers intimes. Même lors de mes repos. Quant aux autres, qu'ils ne tentent pas de braver l'interdit...  »  Son deuxième bras se posa sur l'accoudoir. A l'aise, il poursuivit.  « Bien. Je suis ravi de l'apprendre. J'irais les remercier incessamment sous peu. Je dois voir le Comte Oliver pour quelques détails qui ne peuvent absolument pas attendre. »

Sa discrétion vis à vis du coût faramineux pour cette soirée. L'agacement le chatouillerait si le Trésor de la Couronne l'apprenait. Il n'avait pas à s'inquiéter pour l'argent que débourserait son Oncle. Ce n'était que Pacotille. Ses richesses personnelles dépassaient l'entendement humain. D'autre part, presque jamais, son Neveu désirait quelque chose qui soit dans l'ordre de ses possibilités. Le Père des pauvres devait rester dans l'ignorance la plus plate sur ce sujet.

Comme à chaque fois, il cherchait à le protéger. Un grief pour une juste cause.. Il perdrait difficilement cette fâcheuse habitude à le materner. A moins qu'il ne lui expose sa façon de voir dans une gerbe édulcorée. Que ses convictions parviennent à graver au plus profond de son psyché le tempérament d'une flamme.

Mais la question était quand ? Quand Ludwig l'aveuglerait de sa puissance. L'étalerait sous les cendres de ses convictions. Le brûlerait dans la gueule profonde de son ressentiment ? Ce moment tardait.. Hélas. Le Grand Duc souhaiterait vraiment voir surgir un lion sous cet aspect de doux Agneau. Il l'aimait trop pour écorcher de ses doigts cette carapace cristalline. Un véritable dilemme en fait se pavanait sous ses yeux.  

Un silence pesant s'était installé. Il était temps d'éclater ce mutisme ou le plus jeune craindrait d'avoir provoqué son courroux.. Se levant de son fauteuil, l’Émissaire de l'Empereur lui tournait le dos. Son attention se portait sur le mur, plus particulièrement sur un espace vide.

« Le Khini Lao ?  Pourrez-vous ramener à votre vieil Oncle un souvenir de votre voyage ? » Du bout des doigts il caressait la surface déserte.  « Une peinture que je pourrais accrocher ici. Cela me plairait. » Un fin chuchotement qui traduisait son envie. Puis, brusquement, le Choc Électrique. Son visage se tourna dans sa direction. « Ludwig, pour venir me voir en des heures si matinales, dois-je supposer que tu as d'autres sujets que tu aimerais me dire ? Quelque chose que tu jugerais important ? »

Il le toisait de toute sa Haute Stature. Les Mains derrière le dos, il représentait la fermeté.  Par ce regard, Maximilien cherchait à le voir rugir. C'était une tentative cruelle qu'il assumait pleinement. Qu'il crie. Qu'il éclate son désir de ne plus jamais être traité comme un jeune enfant.. Et lui-même concèderait à ouvrir sa cage à oiseau.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Dim 18 Aoû - 1:20

Ludwig se contenta de hocher la tête. Il était vrai qu'ils étaient de la même famille. Avec mépris, le cadet y pensait souvent comme à la plus vieille et la plus grande Maison Marchande du monde. Mais, au final, il se sentait réchauffé par l'idée que des gens tiennent à lui et qu'il existe un endroit où on voudra toujours de lui. Bien sûr, cet endroit, comme tout le reste, empestait le luxe et l'excès. Cependant, cela n'était pas à l'ordre du jour. Chacun le savait, aucun des deux n'allait le dire tout haut.

L'argent était un sujet fâcheux, depuis quelques années. Depuis que Ludwig était devenu un membre convaincu de l'Ordre Saint Dietrich. De par sa naissance, il se permettait de repousser les limites de ce qui était acceptable de faire pour une cause caritative, telle que la leur. Après tout, personne de sensé n'irait se disputer avec des Walhgren et leur reprocher leur manque d'attention accordée au peuple. A moins d'être l'un d'eux, bien entendu.

L'Oncle se leva, toujours aussi majestueux, comme moulé exprès pour son rôle de Régent. Il semblait être né pour gouverner, à défaut de régner. Il ne portait pas le diadème impérial, bien sûr. Mais c'était bien la seule chose qui le différenciait d'un monarque. Tout le reste de sa personne était purement impérial et imposait le respect. Il parlait et Ludwig l'écouta jusqu'au bout, avant de répondre.

- Bien sûr, mon Oncle. Avez-vous une préférence quelconque quant à l'objet de cette peinture ? Un paysage provincial ? A moins qu'un portait pour veiller sur vous ?

Ludwig sourit.

Khini Lao était l'un des territoires les plus fleuris et les plus paisibles de l'Empire. Même l'effort de guerre l'épargna au cours des siècles écoulés. Ni les guerres d'unification impériale, ni celles contre la République de Solmar. Une petite contrée peuplée de gens adorables. Une vraie merveille. Si un artiste capturait la beauté de la Province ou celle de ses habitants, il pouvait être certain d'écouler l'oeuvre à un bon prix. A tous les coups.

Ah... La conversation la plus légère était derrière eux. Maximilien ne faisait pas fausse route, bien sûr. Ludwig voulait lui parler. Pour une fois, cependant, le sujet ne devrait pas déplaire à son Oncle. Le Grand-Duc n'avait aucune raison de s'opposer à ce que faisait son neveu. Il fallait juste lui demander de faire preuve de discrétion sur la question. Rien qui puisse mener à la dispute.

Pour une fois

- En effet, mon Oncle. Je tenais à vous parler, avant de quitter le Palais. J'ai... - Il soupira. - ... pris la décision d'écouter Laurenz.

Cette simple déclaration avait déjà de quoi surprendre. Même s'il arrivait que le cadet obéisse à son aîné, il était inédit qu'il vienne en faire une annonce à son Oncle. Cela revenait à donner raison aux détestables propos du militaire tyrannique et le jeune révolté qu'était Ludwig ne le faisait pas sans une bonne raison. Encore fallait-il expliquer en quoi allait-il se plier à la volonté de son frère.

- Je reprends mes études à Libris Umbra... Je pense qu'il serait bon que j'apprenne à me protéger moi-même. Vous le sauriez, assez rapidement, je n'en doute pas. Ainsi, je tiens à ce que ce soit de ma bouche. - Un léger sourire vient ponctuer la dernière réplique. - Je vous serai reconnaissant de garder mon frère dans l'ignorance. Pour l'instant. Je tiens à lui en faire la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Mar 20 Aoû - 8:25

La Politesse et le Respect restaient les principes que respectaient scrupuleusement à la lettre le trésor de la Couronne. Maximilien ne pourrait pas se plaindre sur ce sujet.  A défaut des frusques qui le couvraient – trop – modestement chaque jour, Ludwig ne salissait jamais le nom des Walhgrens par ses mots. Il savait – par principe – quant il dépassait les bornes. Et, quant il doit faire vœux de silence. Les preuves de sa bonne éducation... Ses convictions, quant à elles, parfois aux antipodes de son Statut de Prince, flirtaient parfois avec l'Insolence. Elles remettaient en doute tout le Régime Monarchique préétabli depuis des temps immémoriaux. Maximilien appréciait cette structure sociale et dépréciait qu'on la critique. C'était un mal Nécessaire pour maintenir l'Ordre. Sans ce système régnerait au sein d'Ishtar l'Anarchie la plus complète.

Mais ce sujet et la vie bancale de ses concitoyens n'étaient pas à l'ordre du jour. Ni l'un ni l'autre n'aborderait ce discours - des plus houleux -  qui à chaque fois transformait la paix en ouragan. Cette pièce transpirait une ambiance clémente où le Grand Duc perdait ses mires sur un  endroit précis.  L'index caressait la surface vide, souffrante d'un manque de décoration. A l'écoute de la réponse du Frère de l'Ordre, un sourire naquis sur le visage si souvent ferme.  Les deux options restaient plaisantes. Cependant, l'une le contentait d'avantage que l'autre. Ouvrant ses lèvres jusqu'ici closes, le Grand Duc souffla.

« Un paysage provincial serait le mieux. A défaut de pouvoir contempler de nouveau ces terres, je m'imprégnerais de son souvenir.  Les couleurs chatoyantes du Khini Lao apaiseront la quiétude de mes appartements. » Il offre tout haut ses goûts et le fait qu'il y a bien longtemps, il foula le sol de cette contrée. C'était bien avant que tombe sur lui cette importante responsabilité. Le  tumulte des yeux bleu gris posé sur le Cadet, il poursuivit. « Je ne serais pas à mon aise avec un portrait qui me regarde constamment. Puis, je laisse ce privilège à ma Famille.  »

Cette province, épargnée par les Guerres, ne manquait pas de Charme. Il le reconnaissait.  Elle offrirait à la Fratrie des moments magiques pour se retrouver loin des dissensions et cela étant, de leur Chaperon. Le temps leur appartiendrait en son intégralité. Aucun protagoniste ne froisserait leur cocon de joie.. Ou ne casserait leur sphère intime. A bien y réfléchir - et vu les récents évènements - cette absence leur était vraiment salutaire. Les frères n'eurent guère l'occasion de parlementer en paix. De fêter leur retrouvailles sans étincelles. La Voie du Père des Pauvres et le caractère enflammé de l'Aîné restaient les conséquences du choc thermique. La Guerre et la Misère. La Piété et la Force. Deux Mondes Incompatibles.  L'un arrachait la Vie. L'autre la Protégeait.

Chassant le carcan obscène de ses réflexions, Maximilien porta un intérêt plus poussé à Ludwig. Au fur et à mesure de ses paroles, la curiosité du Grand Duc s'accentua. Un sourcil se haussa. Il était fort rare que le Cadet exprime le souhait d'écouter son aîné de lui-même. Les remontrances du Chef des Armées provoquaient la guerre. Cette simple mention demandait à être étoffée. Assoiffé de suite, l'Oncle ne le cacha point, la plaine blanche de son visage exprimait clairement l'envie d'en savoir plus. Sa soif d'information fut vite étanchée. La surprise restait de taille. L'aura de pouvoir qui était sienne, marqua d'un demi temps un battement. Elle trahissait d’avantage son étonnement que son expression faciale. Jamais, il ne se serait attendu à cela. La nouvelle prenait un air de Joie.

« Tu m'en vois ravie. Je ne m'attendais pas à une telle décision de ta part. Je ne peux que t'en féliciter et t'encourager sur cette voie. » Un silence et Maximilien coupa le fil de la distance qui les séparait. Ses paumes se posèrent sur ses épaules avec fermeté et douceur. Ses mires plongées dans les lagons voisins, l'Emissaire de l'Empereur susurra à son intention. « Je suis fier de toi, Ludwig. Mais, je pense que cela, tu l'avais deviné. »

Sa haute stature respirait la bienveillance. L'aura de pouvoir l'entourait tendrement, comme une seconde peau, un vêtement qui protège du froid...La fierté se lisait au plus profond des prunelles. Cela faisait bien longtemps que l'Aîné ne l'examinait ainsi : Dignement, sans rancœur ou mépris.  Un sourire des plus sincère gravé sur ses traits. Nul mot, nul son. Juste la chaleur d'un regard.

Et.. Noblement, Maximilien se sépara de son Neveux. Il ferma le rideau qui cachait sa chambre et ce lit toujours fait. Comme si lui-même ne se moulait pas sur lui depuis longtemps. Qu'il était condamné à la solitude et que la seule barrière à sa Jalousie restait cette tenture andrinople. Il sommeillait le plus souvent ici, en solitaire tel un vieil ours sexagénaire.

Majestueusement, les mains se croisèrent derrière le dos. L'orage grisé des yeux se porta sur son vis à vis.

« Je ne dirais rien à ton aîné. Tu en as ma parole, Ludwig. S'il venait à l'apprendre, cela ne viendra pas de moi.  » Ses syllabes.. De l'or. Maximilien ne trahissait jamais ses serments. « As-tu déjà commencé ton enseignement ? Ou cela n'est pour l'instant que dans l'ordre d'une décision ?  »

Nul jugement n'était porté sur la personne du Trésor de la Couronne. Le Grand Duc le questionnait par.. curiosité.


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Frère de l'Ordre

avatar

• Fiche : Pour l'Ordre !
• Messages : 213
• Points d'Influence : 615
• Age : 27
• Protecteur : Laurenz Walhgren, en particulier... <3

MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Dim 25 Aoû - 8:17

Avec un léger sourire, Ludwig hoche à nouveau la tête. Les deux frères trouveront sans doute de quoi plaire à leur Oncle. Maximilien est un homme exigeant, cela est normal. Heureusement, au moins un des deux fils de l'Empereur a été doté d'un sens artistique. A moins qu'il ne s'agisse simplement du fait que l'un d'eux soit un être fondamentalement sensible, à l'inverse de l'autre ? Le sourire de Ludwig s'élargit, alors qu'il pense à son aîné, le militaire. Ce n'est sans doute pas ce dernier qui devra choisir le tableau pour le Régent. Aucune importance, ils iront à deux de toute façon.

Le jeune guérisseur se mord la langue, histoire de ne pas commenter les mots de son Oncle. Il aurait bien aimé avoir autant d'occasions de voir sa famille qu'un portrait qui serait accroché dans les appartements de Maximilien. Sans aucun doute ne l'aura-t-il jamais. La Famille doit rester physiquement séparée par ses obligations, ses devoirs. Et la volonté, toujours obscure, de l'Empereur. Ezhekiel IV a beau être le plus brillant esprit de son temps, il ne manque pas moins à ses fils. Le cadet souffrait de l'absence permanente de son géniteur.

Mais, pour une fois, il décida de faire l'effort de n'aborder aucun sujet risquant de détériorer la qualité de la conversation.

- Merci, mon Oncle. Je me doutais bien que vous approuverez mon choix. Après réflexion, je pense que Laurenz avait parfaitement raison et que cela sera tout autant bénéfique pour sa tranquillité que pour moi. Il en fait certainement trop mais je devrais aussi faire un effort.

Le compromis... J'apprends à me défendre, Tu cesses de surveiller mes déplacements. Cela n'allait pas être facile. Ludwig avait du mal à faire des concessions, lorsqu'il se croyait dans son bon droit. Mais il ne comptait pas avouer à son Oncle qu'il fut touché par le discours encourageant d'un esclave génomodifié qu'il trouva étrangement séduisant. Abel avait beau avoir joué un rôle primordial dans ce choix, Ludwig en ressentait la honte. Pourquoi un être qui aurait dû lui apparaître comme une répugnante victime du système se montra plus avisé que lui et plus persuasif que sa famille ?

Le marquis chassa ces pensées de son esprit et poursuivit la conversation avec le Grand-Duc.

- Je... J'ai eu droit à une première leçon. Je ne suis pas certain d'avoir été à la hauteur des attentes de mon maître. Mais je ne compte pas m'arrêter, avant qu'il puisse être fier de moi. - Ludwig se tait quelques instants, occupé par ses propres pensées. Lucilius lui a appris bien des choses et d'une façon des plus déplaisantes. Mais certainement efficace. - A ce propos, il serait judicieux pour moi de me hâter, mon Oncle. Mes devoirs m'appellent...

Avant de sortir, le cadet de la famille se tourna encore vers Maximilien. Il avait vraiment un bon jour et ne cherchait aucun affrontement avec les autres Walhgren. Il sourit, radieux.

- Merci pour tout, mon Oncle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   Mer 28 Aoû - 2:12

Cette conversation avait un goût de douceur sur sa langue. Rien n'aurait pu être aussi plaisant pour le Grand Duc que cette duveteuse rencontre qui entrait parfaitement dans les règles de l'art. Rien, pas une miette d'infortune, ne vint troubler la sérénité du Lieu. Bien au Contraire. Ludwig ne cessait de lui offrir de fabuleux cadeau : la Nouvelle.. Et sa façon de se tenir, la plus parfaite constance. Il gardait derrière le rempart de ses pensées les sujets les plus houleux. Il évitait, par cet exercice difficile, de provoquer la tempête aux premières lueurs de l'aube. Les tambours battant de la Guerre Verbale resteraient aphones et ce, jusqu'à la fin de l'entrevue.. Ils  n'écorcheront pas de leurs maux et leurs mots la Paix salutaire, qui si souvent, s’effaçait derrière Discorde. Cela en était mieux ainsi.

Maximilien ne pouvait qu'être fier du Cadet et l'en félicitait d'avantage. Et, le regard qui lui lançait n'était que bienveillance. Une onde pure de sentiment bénin à son égard le frappait de plein fouet comme une douce caresse, un arc en ciel de tendresse. Rien à voir avec les vagues cruelles qui s'abattaient lors de sa patience estropiée. Sa fureur n'avait pas besoin de paraître. Elle était endormie dans les cendres de son psyché. Le Calme la remplaçait et il comptait poursuivre son règne autant que faire se peut. L'inverse n'était pas vraiment souhaitable.

Visage des plus conciliant, doigts entrecroisés derrière le dos, l’Émissaire de l'Empereur écoutait le flot de mots. En rien, il ne venait le gâcher en le coupant trop tôt. Parfaite statue par son immobilisme, il approuvait la réfléxion intense du Père du Peuple. En effet, son aîné se donnait un mal fou pour son tendre trésor, sa sécurité.. Il veillait sur lui, quitte à l'étouffer. Son amour pour lui se cachait derrière cette façade dure - rocailleuse, féroce - et sa verve acérée. Et pourtant, il l'aimait à en mourir. La fratrie, il ne cessera jamais de jeter un oeil sur eux, de loin, comme un ilot dans la mer.

Il chassa d'un revers de la main ses fines pensées. De ses lippes, la partition de ses notes, s'envola, sonorités qui perce le silence nouveau du salon.

« Il aurait été fort déplacé de ma part d'être contre ta décision. Te voir prendre, de toi-même, l'enseignement à la Magie des Ombres est une démarche que j'attendais de toi depuis longtemps.  » Un sourire se dessina aux commissures de ses lèvres. Et le timbre grave du Grand Duc repris de plus belle. « Il en fait toujours trop en effet. Mais, c'est sa manière d'être. Je compte sur toi pour lui offrir du repos lors de votre séjour au Khini Lao. »

Ludwig semblait perdu dans le dédale de ses pensées. Par Politesse, le Pilier des Walhgrens tourna la tête sur les nombreux portraits des Siens, accrochés ci et là. Sa famille, ces diamants. Tous représentait sa force, le Centre de son Univers. Les paupières se fermèrent le temps d'un battement de Cil. Il plongeait langoureusement au coeur de ses synopsis.

Et vigoureusement, les prunelles se posèrent sur le Frère de l'Ordre. Bientôt, sur la table tomba la réponse qu'il attendait impatiemment. Le doute forgeait le Trésor de la Couronne sur ses propres capacités à maîtriser l'Art Obscur. Maximilien le comprenait, et par Sagesse, il ne taperait pas avec un Marteau sur cette pâle fissure. Cela ne ferait que créer un Choc ou exhorter à jamais son Envie d'apprendre. Issu que le Politicien éviterait.

« Ludwig, ne te laisse pas gagner par ton manque de confiance. Il te faudra du temps pour maîtriser l'art de l'Ombre. Cela en est certain.. Puis, je n'ai aucun doute sur ton potentiel. Tu mettras l'effort qu'il faut pour réussir. » La sévérité qui s'était niché sur le visage de Maximilien fondit. Un sourire bienveillant prenait sa place. « Bien. Que ta journée te soies propice, Ludwig. Ce fut un plaisir de te croiser. »

[hrp : Et voilà la clôture du topic o/. Miam. Merci pour ce bon RP <3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Exploses tes pensées dans une gerbe édulcorée. Étourdis moi par tes convictions [pv Ludwig <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pensées Philosophiques d'un Voleur...
» Une plongée dans les pensées de Garrosh
» Un Penny pour tes pensées [Ellia]
» Oh capitaine mon capitaine! Pensées phylosophiques...
» Racisme dans WOW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: District Impérial :: Palais Impérial
-