Partagez | 
 

 Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   Lun 25 Nov - 13:34

Le moelleux de ses lunes installé dans son fauteuil, Maximilien rédige les notes qu'il a perdu plus tôt. Méticuleusement, la plume se baigne dans le lagon noir de l'encre. Elle danse ensuite sur le carnet pour retranscrire les informations. Les paraphes, les syllabes, les mots tapissent, les feuilles vierges. Bientôt, une dizaine de page viennent juste d'être rédigées. Le regard perçant suit les courbes de ses mots. Les phrases, une copie parfaite de celles souillées d'eau-de-vie. L'instrument d'écriture, nettoyée, dort dorénavant dans son écrin. L'index posé sur la plaine planche de sa joue, le Grand Duc refrène l'ardeur qui lui vrille les entrailles: se rendre au Fabula Onis, Tout de suite. Il ferme ses paupières. La sérénité chasse l'impatience. Avant de pouvoir le voir face à face, l'étape la plus importante devait être réalisée : l'excuse. Cette chose, pourtant si simple, était un cap à passer. Jamais encore, un pardon ne s'envola de sa bouche.. Pourtant, il le faudra. A l'égard du Comte, il a agit comme le plus terrible des mufles. Calme, l’Émissaire de l'Empereur, s'arme de nouveau de sa plume.

Très cher Oliver,

Si je puis encore utiliser ces mots à Ton égard. Et, si tu peux le permet. Dans l'inverse, je me contenterai du strict minimum.

J'ai mal agi à Ton encontre, je le reconnais. Je t'ai blessé, en dépit de notre amitié sincère. J'ai agi comme le pire des imbéciles en salissant ce lien que nous entretenons depuis cinq ans. Je n'en éprouve aucune fierté. Tout cela, car je suis un Homme derrière le masque du Régent.

Je me suis laissé emporté, non par ma Sagesse, mais... Ma jalousie la plus brûlante. Elle a fait ses griffes en mon cœur. Elle a obscurci mon jugement. Elle est parvenu à me dévorer corps et âme. Il ne restait en moi, ce jour là, que son enfant moribond : l'aveuglement. Il prenait toute la place dans les combles de mon psyché. Il m'emprisonna dans une chimère.

Victime de ma méprise, je ne pouvais me détacher des images qu'elle me soufflait. Des illusions qui me menaient au bord d'un abîme... D'un précipice sans fond. La douleur. La colère déborda par chaque pore de ma peau. Incapable de penser ou de croire en Toi, la cruauté de mes paroles t'ont couverte d'un glas désagréable. Et j'ai fuit. Fuit tel un lâche sans même te donner une chance de m'ôter mes œillères. Ni de t'expliquer.

Et.. Tout ceci pour une raison des plus méprisables : le désir. Un désir que je chassais, refusant de m'y soumettre. Mon emploi du Temps et ma Vie chargée ne me permettait pas de me perdre dans le sentimentalisme. Ou une relation poussée. Mais, En vain. Mes efforts de le chasser furent brisés. Mon désir est là. Présent. Celui que Tu as animé en mes entrailles refuse de disparaître..

Je suis bien pitoyable. Pardonne  l'homme de passion que je suis. Celui qui devint fou d'imaginer l'être qu'il convoitait depuis une longue année, dans les bras de quelqu'un d'autre. Accepte mes excuses les plus plates...et sincères.

Le Régent Impérial,
Maximilien Walhgren.


Terminée, il la ferma. La scella de son sceau. Et, ordonna à un serviteur de mener la lettre au Fabula dans les plus brefs délais. Puis..Maximilien quitta le Palais Impérial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Son nom est déjà un titre

avatar

• Fiche : Passez votre chemin, y'a que dalle à lire.
• Messages : 32
• Points d'Influence : 252
• Age : 26

MessageSujet: Re: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   Mer 4 Déc - 1:04

Oliver dormit très mal. Sa migraine et une très vague gueule de bois lui barrèrent le front, et il se réveilla plusieurs fois avant de parvenir à dormir correctement. Ce mal de crâne le suivit jusqu'au milieu de l'après-midi, et sa disparition sonna comme une libération. Malheureusement, la lettre arrive peu avant que le Fabula Onis n'ouvre ses portes pour la nuit. Une domestique la reçoit, et la dépose dans le bureau du Comte, n'ayant guère le temps de parcourir les couloirs pour lui remettre en mains propres. Celui-ci termine son dîner dans les cuisines, désertées par les Abeilles de nuit, toutes et tous en train de se préparer. Puis la nuit commence. Pour se rattraper de la nuit précédente, Oliver déploie tout son charme, autant auprès de ses clients que de ses protégé(e)s.

Ce n'est qu'au petit matin, le lendemain, peu avant que les derniers clients ne quittent son établissement qu'Oliver retrouve le calme de son bureau. Et qu'il ouvre enfin son courrier. Qu'il tombe sur le sceau de Maximilien. Il la retourne plusieurs fois entre ses mains, la repose sur le bureau. Il prend le temps de réfléchir s'il est ou non capable, en l'état, de lire cette lettre, quelqu'en soit le contenu. Peut-être ne veut-il pas savoir ce que souhaite lui dire le Régent. D'un autre côté, cette lettre contient peut-être des demandes ou des informations pour l'enterrement de vie de garçon du prince et il vaudrait mieux qu'il en prenne note. Quoique si c'était pour l'entretenir de cela, Maximilien aurait pu envoyer cette lettre à Faustine. Oliver vérifie que le courrier lui ait bien adressé, c'est le cas. Il repousse ses lunettes du bout du doigt et décachette finalement l'enveloppe. Au fil de sa lecture, il se laisse glisser peu à peu dans son fauteuil.
Maximilien,

il n'est pas en mon pouvoir de t'empêcher de faire ce que bon te semble. Que ce soit m'ignorer pendant six mois, me briser le cœur ou me considérer comme ton "très cher" ensuite. Je ne m'attendais pas, après la scène que tu m'as offert lors de notre dernière entrevue, à recevoir une telle lettre de ta part. Il y a bien longtemps qu'un homme n'avait osé me traiter aussi mal. Que ce soit toi n'a fait que lacérer davantage encore mon âme.

J'étais si heureux de te revoir enfin, et que tu m'invites en tes quartiers. Je ne souhaite même pas te décrire l'émotion qui m'a saisi la gorge alors que tu osais enfin diminuer la distance entre nous. Cela n'a rendu la suite que plus cruelle. Tu m'as humilié, Maximilien. Par tes mots, par tes gestes et par ton départ. L'homme si fier que tu aies doit comprendre la douleur d'avoir sa fierté bafouée par un être cher.

J'accepte tes plates et sincères excuses. Mais ne considères pas que cela suffira à reconstruire ce que tu as brisé en moi, et surtout entre nous. Je nous pensais amis, je croyais que nos cinq années de relations avaient suffi à ce que tu saches lire en moi. A ce que tu comprennes la sincérité de mes sentiments envers toi. Je me suis visiblement trompé et je doute que tu puisses revenir là-dessus.

Porte-toi bien.
Oliver
Comte du Fabula Onis
Cette lettre ne parvient au Régent que trois jours après qu'il ait amorcé cette correspondance. La journée où Faustine osa jouer les entremetteuses, une journée où Oliver ne sut quoi répondre, et une dernière journée où il rédigea sa lettre et l'envoya. Le Comte se sent quelque peu ragaillardi par ce revirement de situation. Il est totalement soulagé qu'ils soient d'accord sur leurs sentiments, du moins leur désir, que furieux que le Régent ait agi ainsi à son encontre.

_________________

« Nous avons tous à l'intérieur de nous, un petit monstre à nourrir. » saddlebrown est sa couleur. Avatar ©️ Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mengyan.bbactif.com/

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Re: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   Mar 10 Déc - 9:11

Maximilien ne reçu rien le jour même ou le lendemain. Il ne dit mot. L'issue lui échappait. Comme le pardon pour soulager son âme de sa cruauté.  Son expression dévoile bien des choses. Il ferme ses paupières, une demie seconde. Le temps de soupirer. De passer sa paume sur sa tempe. De l'écarter. Le masque de glace se niche sur le visage. Et, comme il est venu, le Régent quitte le confort de son salon privé. Il ne peut demeurer ici, plus que nécessaire. Son emploi du temps dévore toujours les précieuses secondes qu'il peut obtenir pour voir sa famille. Il ne fait que les entrapercevoir. Il ignore ce que donne le fruit de l'entraînement de son neveu. Il ne sait pas non plus si le Chef des Armées Impériales pu voir son fils. Quant à son frère et sa nièce, à fortiori, leur chemin ne se sont pas croisés.

Il enchaîne séances au Sénat et correspondances importantes. Le Grand Homme n'avouera pas que régir l'Etat l'empêche de se focaliser sur la réponse d'Oliver. Il est tout à Ishtar. Sa famille. Tout le reste est oblitéré de son psyché acéré. Jusqu'au troisième jour, suite à l'envoie de sa lettre. On frappe à sa porte. L'excellence prend un longue inspiration avant d'inviter à entrer. Le domestique lui amène son courrier. Il prend l'enveloppe. Renvois le serviteur. De nouveau seul, il glisse son regard sur elle. L'expéditeur attire bien des conflits intérieurs. Il l'ouvre. Au fil de la lecture, il s'écrase dans son confortable fauteuil. Il savait qu'une excuse ne suffirait pas à laver son geste. Bien. Il s'arme de son matériel d'écriture. Silencieusement, Maximilien couche sur le papier.

Oliver,

Je me doutais que mon excuse ne laverait pas la cruauté de mon geste et mon départ précipité. A l’envoi de mon pardon sincère, je n'espérais pas qu'elle soit suffisante pour que Tu puisses ressentir le besoin immédiat de me revoir.

La culpabilité qui règne au fond de mon poitrail me fait bien comprendre que rien ne pourra effacer ma muflerie de cet instant. Je me disais ami à Ton égard. Et la seule chose dont je fus capable, après six mois de délaissement, fut de ravager ton cœur d'un coup de poignard.

Je t'ai trahi toi, l'importance que je te porte et ton espérance. De mes griffes, j'ai transformé en lambeau ce lien que nous entretenions. Je suis incapable de garder la conscience tranquille en imaginant quelles tortures s'enracinaient au fond de ton âme. Si je possédais le pouvoir de retourner en arrière, afin d'empêcher l'accalmie de trouer ton cœur, je le ferais.

Hélas, je dois donc me contenter d'attendre. D'espérer.  Ma méprise. Je ne la porterai pas sur un étendard. Elle me couvrira comme la pire de mes erreurs. Je la grave à vif sur ma chair pour la peine que je t'ai infligé. Cette douleur paraît louable face au poids de la trahison.

Je t'ai mené plus bas que terre. Et, je peux t'assurer que cette mention ne me fais pas sourire. Pour cause, l'homme fier que je suis, celui que tu supposes, sait très bien ce qu'on ressent lorsqu'on est bafoué. Malgré tout, j'ai commis cet affront sur ta personne.

Je te laisse le choix de me dicter la conduite à prendre pour que Tu puisses de nouveau me faire pleinement confiance. J'abdiquerai. Je me courberai sous ta volonté. Pour t'avoir infligé ces tourments, c'est la moindre des choses.

Un jour, peut être, parviendrons nous, à atteindre ce que tous deux aspiront.

Le Régent Impérial,
Maximilien Walhgren.


Il se lève. Et, l’Émissaire de l'Empereur ordonne qu'on l'envoie dans les meilleurs délais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Son nom est déjà un titre

avatar

• Fiche : Passez votre chemin, y'a que dalle à lire.
• Messages : 32
• Points d'Influence : 252
• Age : 26

MessageSujet: Re: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   Jeu 9 Jan - 15:45

Contrairement à la sienne, la réponse du Régent ne se fait pas attendre. Et si la lecture de cette lettre n'assombrit que davantage encore l'humeur d'Oliver -Maximilien décrit si bien la violence qu'il a eu à son égard-, il ne prend pourtant qu'un instant avant de saisir de quoi écrire. Il pèse chaque mot, hésite un instant sur ce qu'il va proposer au Régent, se décide finalement...
Maximilien,

il est heureux de remarquer que malgré les derniers événements, nous nous accordons sur ta culpabilité et ton indélicatesse. Je me demanderai longtemps ce qu'il se serait passé si j'avais fait le premier pas au lieu d'attendre que tu le fasses. Cela n'aurait pu être aussi catastrophique que cela l'a été ce fameux soir, non ? Je ne souhaite pas continuer à disséquer notre entrevue et la douleur qui en a résulté pour nous deux. Ce ne serait que nous faire davantage du tort, voire même briser ce qui est encore secourable.

J'ose te demander de me réserver cette fin de nuit que tu m'as proposé tantôt, cette nuit où ton neveu fêtera la fin de sa liberté. Si j'ai su te pardonner d'ici là, si je suis parvenu, du moins, à mettre de côté mon ego blessé, je te rejoindrai dans tes appartements, comme nous l'avions envisagé. Laisse-moi jusque là, Maximilien, pour remplir les deux plateaux de la balance ; que je sache si mon cœur toujours épris de toi fait le poids face à ma fierté d'homme. Et si tu tiens encore à réparer ce que tu as, « de tes griffes, mis en lambeau », alors tu seras là quand je me présenterai. Sinon, nous serons tous deux fixés sur la suite des événements.

Je ne te souhaite que le meilleur.
Oliver
Comte du Fabula Onis
Oui, cela conviendra. Avec les jours et les nuits chargés qui se préparent, il n'y aura que peu de temps pour penser au Régent, pour rouvrir les blessures qui cicatriseront -espérons-le du moins-. D'ici l'enterrement de vie de garçon du Prince Laurenz, le Comte saura si le saignement de son amour propre est parvenu à éteindre le trouble de son cœur et les flammes dans son ventre. Sincèrement, il espère que cela ne sera pas le cas... Maximilien n'a même pas attendre la fin de la journée avant de recevoir la réponse d'Oliver.

_________________

« Nous avons tous à l'intérieur de nous, un petit monstre à nourrir. » saddlebrown est sa couleur. Avatar ©️ Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mengyan.bbactif.com/

Régent impérial

avatar

• Messages : 214
• Points d'Influence : 188
• Age : 32
• Esclave de : Ses envies
• Protecteur : La Garde Impériale.. Et son Statut

MessageSujet: Re: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   Lun 20 Jan - 9:56

L'orage gris bleu de ses prunelles repasse sur les courbes et déliés des lignes. A force de les lire, sur ses traits s'affichent un air glacial. La mâchoire serrée, le Régent se lève. Marche quelque pas. Ne rien faire. Attendre que le trou de son cœur se colmate. Il ne lui sera pas facile de tenir jusque là. Le message suppute aussi  que tout peut se terminer. Sa méprise lui coûte cher. Comme un acide, elle digère sa chair et ronge ses os... Il ne pourra l'oublier. Le moelleux de ses lunes rejoint de nouveau le confort de son fauteuil. Il ferme ses paupières. Ses doigts malaxent ses tempes. De longues minutes s'écoulent ainsi. Puis... Maître de lui-même, Maximilien attrape une feuille. Trempe l'embout de sa plume dans la nappe obscure de l'encre. Ces quelques mots se couchent sur le papier.

Oliver,

En toute honnêteté, je ne peux te certifier clairement comment j'aurais réagi si tu avais amorcé en premier, la réconciliation.  Peut être bien. Ou peut aurais-je été prompt à la colère ou l'emportement. Je l'ignore, sur cet instant présent.  Je sais juste que Je ne peux que t'en remercier d'avoir attendu que je daigne m'excuser par moi-même. Cela fut une sage décision de ta part.  

Quant à ne plus revenir sur cette histoire, je n'en suis que plus d'accord.  A force d'enfoncer le couteau dans la plaie fraîche, elle risque de suppurer et plus rien ne pourrait être sauvé du moignon de notre amitié. Et, pour rien au monde, je ne souhaite que notre relation ne se termine ainsi, dans le rejet et la douleur.

Tu as ma parole d'homme. Lorsque tu viendras cette nuit là, je serai dans mon salon privé, assit dans mon fauteuil, à attendre ta venue. Et tout les prochaines jusqu'à ce que je ne comprenne que notre désir commun dors sous les combles et la cendre.

Sache, Oliver, que si  tu éprouves le besoin de me voir avant cette date, pour me parler, pour me gifler, me soumettre tous tes souhaits en ce qui concerne notre future relation, ne craint point de me le dire. Je ferais le déplacement. Je serais au Fabula Onis dans les heures qui suivent ta demande. Mon arrivée ne souffrira d'aucun retard.

Avec tout mon respect et mon amitié.

Le Régent Impérial,
Maximilien Walhgren.


Doucement, les mains s’affairent à nettoyer l'embout de la plume à l'aide d'un bout de chiffon. Pendant ce temps, les lignes sèchent. Après une dernière relecture, l'Excellence attrape sa chaîne collier qu'il possède autour du cou. Cet anneau, d'argent, jamais il ne fut porté par quiconque. Maximilien se décide. Il le joint à la lettre. Cet objet symbolise sa sincérité. Ce que lui évoque le Comte. L'unicité qu'il lui donnera. Et une promesse que jamais nul autre être ne se tiendra à ses côtés. Sa décision, il l'assume elle et ses conséquences futures.  Il ferme l'enveloppe. Son sceau se pose sur le rabat. Dans un bruissement d'étoffes étouffées, le Régent se lève. Il donne sa lettre à un messager. Le Comte l'aura dans la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Son nom est déjà un titre

avatar

• Fiche : Passez votre chemin, y'a que dalle à lire.
• Messages : 32
• Points d'Influence : 252
• Age : 26

MessageSujet: Re: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   Sam 25 Jan - 11:10

Oliver joue avec l'anneau, le pendentif s'agitant un peu, dans le vide. Le feu crépite dans la cheminée. Son bureau est plongé dans l'obscurité. Le jour ne va pas tarder à se lever. Faustine est partie s'assurer que chaque fille, chaque garçon quitte bien son dernier client et descend déjeuner avant un sommeil bien mérité. Une unique bougie, posée sur le bureau, jette une ombre sur le Comte. Il se décide, attrape un parchemin avant de changer d'avis de nouveau.
Maximilien,
je sais que nous avons prévenu de nous retrouver à un moment donné mais je souhaiterai te voir maintenant. Pourrais-tu me rejoindre au Fabula la nuit prochaine ? Si tu ne peux, je te laisse fixer un moment plus adéquate.
Oliver,
Comte du Fabula Onis
Oliver cachette la missive et abandonne l'anneau sur son bureau, alors qu'il quitte la pièce pour l'envoyer dans les plus brefs délais. Cela fait deux semaines, il est temps de mettre un point final à cette histoire.

_________________

« Nous avons tous à l'intérieur de nous, un petit monstre à nourrir. » saddlebrown est sa couleur. Avatar ©️ Abel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mengyan.bbactif.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rancune et Pardon s'échappent de la fange des pensées. [Oliver <3<3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Jeux signé Cat's Eyes ... pardon Capcom !
» Demande de pardon
» Prière de Pardon
» [RP] C'est par où, le Pardon ?
» j vs demande pardon :/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: Courrier
-