Partagez | 
 

 In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Mar 26 Nov - 5:16

J'ai fait ces six derniers mois ce que je fais d'habitude : gagner de l'argent malhonnêtement, malmener physiquement des personnes, me faire tirer dessus, greffer une main mécanique, bref, faire chier le monde. Donc aujourd'hui c'est relâche et je vais au restaurant bouffer comme un porc de la bouffe qui pourrait nourrir des familles entières. Des trucs ridicules comme des œufs de poisson ou des ailerons de requin. Un délire comme ça. Ça me paraît toujours indécent ce gaspillage de bouffe, j'ai une légère tendance boulimique quand je vois des conneries pareilles. J'ai un collègue criminel qui appelle ça « la peur de manquer » - ils ont souvent des conversations sur les failles de l'esprit humain en fait. Quand t'étais une merde sur le plan social et que tu as soudain accès à l'argent facile, t'abuses des bonnes choses parce que tu sais combien ça manque quand c'est pas là.

Donc j'arrive dans le restau, tout ça, très chic. Ça se voit parce qu'il y a des sculptures de bestioles bizarres partout dans les poutres du toit et une fontaine ornementale au milieu du truc. Une fontaine avec carpes koï et structure en bambou qui bouge toute seule, s'il vous plaît. Y a plein de saloperie orientales aux fonctions indéterminées, sans doute des meubles. L'observateur averti discernera peut être les tables et les chaises dans ce merdier. Et un connard vient me dire qu'ils ont pas de table de libre. Nan désolé ce soir j'ai décidé que je mangerai avec des carpes koï dans le décor, ma volonté est inébranlable. Je zappe le gars et je vais m'asseoir en face d'une bourge toute jeune. Me basant toujours sur le préjugé que les jeunes bourges sont fragiles et facilement impressionnables, je lui dit :

- Ouais je m'installe là, y a plus de place et t'es toute seule. M'adressant au serveur. Mais non, ça la dérange pas... protestations. mais ça la dérange pas, je te dis, écoute un peu. Ce connard met en doute ma qualité de gentleman, sans doute parce que j'ai un tatouage sur la figure et que je tutoies tout le monde. J'ai pas trop une tête à pouvoir payer l'addition, en fait. Mais non je sors pas, j'ai de la thune tu crois quoi. Mais c'est fou ça. Viens on demande à la demoiselle si ça la gêne que je m'installe là.

Je me tourne vers la fille. Elle est jolie, mais elle a l'air malade, toute pâle et toute maigre comme ça.

- Ca te gêne si je me mets là mademoiselle ? Je viens juste manger hein, pas tout détruire ou je sais pas quoi. Y a plus de place.

Je hausse des épaules. Je vois pas pourquoi elle voudrait pas de ma gueule en face d'elle. Puis vu l'heure elle doit pas attendre quelqu'un, il est déjà tard quand même. Je m'allume une clope, parce que fumer à table c'est quand même le plaisir des rois. Avec fumer aux toilettes. A la maison où je vis maintenant je peux cendrer dans le lavabo en étant assis sur la cuvette, ça serait con de pas en profiter. Mais bref. J'ai envie de petits machins noyés dans leurs sauces là. De beignets de trucs. De poissons exotiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Mar 26 Nov - 9:36

Alessa avait passé une soirée assez étrange finalement. Elle qui avait prévu de simplement dîner avec son frère elle était servie... elle avait laissé Ludwig après s'être changée et avoir bu un thé en sa compagnie, puis elle avait bouquiné un bon moment avant de se rendre compte qu'elle était à la bourre pour retrouver son frère. Elle l'avait finalement rejoint, rouge et essoufflée pour avoir couru tout le long du chemin. Son frère avait (évidemment) levé les yeux au ciel et avait (évidemment) profité du trajet jusqu'au restaurant pour la sermonner sur son apparence et sur son retard. Il faut dire que, même si elle avait fait un (petit) effort en se changeant et en brossant ses cheveux, elle avait l'air poussiéreuse et froissée. D'accord, noble et plutôt aisée, mais elle était loin de ce qu'on pouvait attendre de l'une des seules princesse de l'Empire pouvant pratiquement discuter d'égale à égal avec un membre de la famille Impériale... vraiment loin. Mais son frère était habitué, la jeune fille passait le plus clair de son temps enfouie sous une tonne de poussière et de vieux livres à demi rongés par les bestioles et par le temps qui passe... et c'était pire depuis qu'elle était arrivée dans le "centre" pour étudier de manière officielle... enfin tant pis. Elle le regardait toujours avec un grand sourire désarmant et ses jolis yeux brillants... qui aurait pu résister à ça ? En tout cas, ni lui, ni ses frères, et encore moins leur père. Ils l'aiment beaucoup trop pour ça... et c'est d'ailleurs comme ça qu'elle mit fin à son discours ce soir là...

- S'il te plais, je ne te vois pas assez souvent pour avoir envie de t'entendre me critiquer tout le temps, pourquoi tu ne me parle pas plutôt de toi, de Père et de nos autres frères ? Vous me manquez tellement fort tu sais !


Son frère s'était tut, toute la sévérité de son visage avait fondu en une petite fraction de seconde et, faisant fit de toutes les convenances et règles d'étiquette, avait fait le tour de la table pour serrer sa petite soeur dans ses bras en lui caressant les cheveux et en se répandant en plates excuses. Alessa avait adressé un petit signe de victoire au serveur qui les regardait d'un air amusé puis l'avait repoussé doucement. Les amuses-gueule, l'entrée et le début du plat s'était très bien déroulés, elle avait passé un agréable moment, vraiment. Les nouvelles de chez elle étaient bonnes et rafraichissantes et sa province (sa famille s'obstinait à appeler ça une province et non un district) lui manquait, c'était revigorant. Malheureusement, son frère dû s’éclipser. Il avait beaucoup de travail à faire et ne pouvait se permettre de tout laisser en plan trop longtemps. Elle lui sourit et fit comme si de rien n'était, mais elle était tout de même assez déçue, considérant qu'il aurait pu faire une exception pour ce soir là quand même... mais elle n'eut pas le temps de le détester parce qu'un homme étrange se laissa tombée sur la chaise fraichement laissée vide par son frère. Il s'engueule un moment avec le serveur sous le regard médusé de la princesse puis se tourne vers elle.


"- Ça te gêne si je me mets là mademoiselle ? Je viens juste manger hein, pas tout détruire ou je sais pas quoi. Y a plus de place."

Elle le dévisagea quelques secondes sans répondre, s'attardant sur son tatouage, puis échangea un regard avec le serveur... et éclata de rire. Le type avait l'air tellement mal à l'aise, on aurait dit qu'il avait envie de se cacher dans un trou pour le reste de ses jours. Il trépignait presque, était tout rouge et suait comme un boeuf. Ça n'allait pas du tout avec l'ambiance du restaurant, et encore moins avec son costume. Essuyant une larme sur sa joue elle sourit.

- Non, ça ne me dérange pas que tu te "mette" là, fais toi plaisir. Celui qui avait ta place avant n'a pas touché à son plat, tu peux le prendre.

Elle adressa un signe au serveur.

- Donnez lui le vin que mon cher compagnon précédent avait commander je vous prie, autant que vous ne l'ayez pas ouvert pour rien. Et servez m'en un verre en passant.

Elle lorgna un moment la cigarette de l'amusant intru.

- Je peux essayer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 28 Nov - 3:18

La jeune fille a pas l'air effrayée du tout. Elle rit. Je m'y attendais pas. Pour moi les jeunes filles toutes seules au restaurant ça fait pas les malignes quand un gadjot inconnu vient les tutoyer. C'est bizarre. Elle est peut être aussi sûre d'elle pour une raison que je ne connais pas. C'est peut être une meuf de la haute, ou une magicienne, ou une guerrière – quoiqu'elle a pas l'air d'avoir la musculature pour. Bien sûr, je fais automatiquement un topo sur la baisabilité du sujet, même si a priori le contexte s'y prête pas, question d'habitude. Un peu trop maigre pour le dérangement, mais un très joli visage. Elle me propose de prendre le plat du mec qui était là avant moi. Soi disant qu'il y a pas touché. Mais c'est vrai que j'ai la dalle et que ça m'évite d'attendre. Je gagne même dans le processus un verre de vin. Vu les prix du restau et la gueule des gens qui viennent manger là, ça doit être du bon pinard. J'ai pas vraiment le savoir pour apprécier pleinement l'expérience, mais ça se fait pas de refuser du bon vin, même quand on est pas un grand amateur d'alcool. Je fais donc signe au serveur d'aller s'occuper de ses affaires.
La gamine veut tirer sur ma sèche « pour essayer ». J'ai pas l'habitude de faire face à ce genre de demande, dans ma partie les gens fument depuis qu'ils ont l'âge de tenir une clope. J'allume quand même une cigarette à la jeune fille, rien que pour elle. C'est relou de prêter sa clope, après t'as plus ta dose et c'est tout chiant. :

Tiens, une entière. T'as plus qu'à tout fumer pour pas gaspiller.

Moi je tire sur la mienne avec l'avidité de l'expérimenté, en répandant de la cendre partout. Une fois mon apéro fini, je pourrais bouffer. La jeune fille a l'air d'humeur à me tenir compagnie, pour des raisons connues d'elle seule. Et putain, quand elle fume elle envoie même pas la fumée dans ses poumons ! Elle la garde dans la bouche sans l'avaler, j'ai jamais vu ça. J'ai jamais vu de fumeur débutant non plus. C'est un spectacle plutôt rare pour un dealer de drogues dures.

- Nan mais faut avaler la fumée... aspire de l'air juste après, là, maintenant, voilà... comme ça ouais. Tousse pas ça gâche le goût.

Quant à moi je renifle ce que je vais manger. Ça ressemble à du poulet bizarre, avec une sauce sucrée étrange, et un accompagnement. Sans doute des légumes. Rien n'est sûr. Les riches peuvent faire absolument n'importe quoi avec de la nourriture. Je me suis vu moi même manger des saloperies hors de prix juste parce que j'en avais les moyens. Tout est possible. Le verre de pinard arrive, j'ai fini ma clope – ça me prend pas très longtemps quand je suis bien motivé – j'ai plus qu'à lancer mon hôtesse et dévorer ce que j'ai sous le nez.

- Et c'est qui le goujat qui t'as planté au milieu de la bouffe comme ça ?

Je m'attends à une histoire dépassant complètement mes capacités en matière de relations humaines. Genre une engueulade de couple. Forcément pour un proxénète ça tient du mysticisme ce genre de connerie. Mais l'exotisme des fois c'est frais aussi. J'attaque la bouffe. C'est pas mauvais mais j'aurais du mal à dire ce que je suis en train de manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 28 Nov - 3:41

Bon... alors la première vraie latte il n'y a que ceux qui connaissent qui peuvent comprendre. Pour les autres je vais faire une description rapide, on a pas besoin d'y passer une plombe non plus...

Alessa eut brusquement l'impression que quelqu'un, ou quelque chose, avait décidé de lui brûler les poumons de l'intérieur, vraiment pas agréable. Elle les cracha un bon moment, ne culpabilisant même pas d'avoir "gâché" le gout, essaya encore une ou deux fois... et tendit la clope à un serveur. Sachant qui elle était, il n'osa pas refuser et ça comme excuse pour se faire une petite pause près de la réserve, derrière le restaurant.

Le vin était bon... d'après son frère, il "pouvait", elle demanda à ce qu'on leur apporte la bouteille, l'intrus installé en face d'elle semblait pouvoir en consommer beaucoup en peu de temps. Elle grignota un peu son canard laqué (oui Éros, c'est ça que tu bouffe) avec le riz aux légumes sautés (ça aussi) tout en détaillant son nouvel interlocuteur.

Il avait l'air de sortir d'allez savoir où et ses manières montraient aussi clairement son statut social que s'il l'avait tatoué à côté du dessin peu réussi qu'il avait sur le visage. Au moins ne risquait-elle pas de s'ennuyer jusqu'à la fin du repas. Et puis c'était intéressant de côtoyer les pires sphères de la société de temps en temps.


"- Et c'est qui le goujat qui t'as planté au milieu de la bouffe comme ça ?"


La princesse Nocturnae sourit, se disant que c'était un terme à la fois exagéré et criant de vérité pou décrire son frère chéri.


- L'un de mes grands-frères. il avait quelque chose de plus urgent que mon repas à régler. Tant pis pour lui, j'ai demandé à ce que la note soit mise sur son compte de toute façon... tu peux prendre tout ce que tu veux, tout ce que tu peux et même plus encore, ça lui fera les pieds. On ne délaisse pas sa mignonne petite soeur comme ça pour un oui ou pour un nom. On ne sait jamais, un type étrange avec des tatouages pourrait venir la faire fumer !

C'était si "peuple" de fumer dans un restaurant... son frère l'aurait probablement forcée à réciter deux où trois livres traitant des bonnes manières s'il l'avait vue faire. Mais il n'était pas là, tant pis pour lui, tant mieux pour elle, et bien fait, Na.

Oui... Alessa pouvait se montrer très gamine quand elle en voulait à ses frères. Elle avait presque envie de retirer ses chaussures et de s'attacher les cheveux en une vulgaire queue de cheval, juste pour l'emmerder... mais il n'était pas là pour la voir, aucun intérêt dans ce cas à choquer davantage ces pauvres serveurs qui semblaient prêts à se transformer en gardes du corps à n'importe quel moment pour avoir l'immense honneur de se faire tabasser au nom de l'une des plus grandes familles de la haute noblesse de l'Empire.


- Et sinon, tu fais quoi ? Pas là maintenant je veux dire... dans la vie, dans les rues, ici ce soir... enfin tout ce qui pourrait intéresser une pauvre jeune fille sans défenses à qui quelqu'un comme toi vient tenir compagnie sans prévenir.

Elle lui sourit d'un air amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 28 Nov - 6:01

La demoiselle a été abandonnée par son grand frère au restaurant parce qu'il a du travail. C'est trop mignon. Elle parle de moi comme d'un type louche, mais n'a pas l'air effrayée du tout. Les serveurs par contre... ils nous regardent comme si on allait exploser d'une seconde à l'autre. Je trouve ça bizarre. C'est bon, je lui ai pas sauté dessus, je l'ai pas dévalisé, ni violé, ils ont pas un boulot à faire ces cons là ? Des fois j'en fixe un en mâchant ma viande, il détourne le regard d'un air gêné. Quoi ? C'est leur cousine ou quoi ? OK j'ai un tatouage et des cicatrices suspectes au visage, mais j'ai pas l'air d'un gueux non plus. Je suis propre déjà, un point pour moi. Et j'ai des bottes qui valent la peau des couilles. Je vais pas attaquer la dame au milieu du restau comme un sagouin. Au milieu des bois, la nuit, je dis pas, mais pas maintenant. Ça serait vraiment une raison trop conne de me faire choper par la Garde. Un peu de bon sens. J'imagine pas que la fille soit de très haute naissance évidemment.

- Oui bah c'est qu'une clope. Il paraît que c'est bon pour la digestion, tout ça.

Comme si c'était mon soucis prioritaire. J'oublie pas de temps en temps de boire une gorgée de vin sans faire la grimace, mais contrairement à ce que pense mademoiselle, je mets du temps à finir mon verre. Je fais cliqueter mes doigts mécaniques sur la table, pour m'entraîner à les bouger comme je veux – j'ai un peu tendance à m'envoyer ma main droite tout seul dans la figure - et puis parce que c'est un bruit agaçant. La jeune fille me demande ce que je fais dans la vie.

- Ben... je suis marchand. Sourire de dément pour la défier de mettre en doute mes paroles. Sinon j'aime les longues promenades sur la plage, le jardinage et les petits animaux. M'adressant au serveur venu apporter la bouteille de vin, qui tire la tronche : Hé, lève pas les yeux au ciel toi, c'est vrai quoi. C'est pas ma faute si la mer est loin. Et t'arrêtes d'écouter les conversations ou j'reviens te parler à la fin de ton service, dehors. Nan mais c'est vrai quoi, ça pèse sur le système à la longue ces mecs qui me regardent comme si j'étais en train de chier sur la table. Le gars se casse quand même, mais j'espère qu'il va pas aller faire un scandale après ce que je lui ai dis. Je suis tout seul et sans arme. Hé, j'étais juste venu bouffer à la base. Du coup j'en reviens à la demoiselle. Et toi tu fais quoi dans la vie ? Mariage arrangé, viol conjugal, broderie, les gosses, tout ça ?

Parce que je suis quelqu'un de vachement raffiné des fois. Et de toute façon je sais pas ce que ça glande de ses journées, une nana de la haute. Je suppose que ça se résout à épouser un connard trop vieux qui préférerait baiser des esclaves tranquille sans faire une cérémonie pour. Et à faire des gosses. Faut bien que quelqu'un le fasse. En tout cas, même si la vie c'est de la merde tout ça, la viande au machin est pas dégueu. Faut juste s'habituer au sucre. J'utilise le vin pour me chasser le goût qui à la longue devient écœurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 28 Nov - 10:38

Alessa eut toutes les peines du monde à s'empêcher d'éclater de rire quand il lui annonça être un marchand. Marchand... non mais restons sérieux deux minutes, il avait autant l'air d'être un honnête marchand, qu'elle donnait l'impression d'être une vulgaire gueuse crevant la dalle sous un pont. Elle réussi royalement à continuer de le regarder d'un air grave, essayant d'imaginer ce que pouvait bien donner une promenade sur la plage au bord de la mer, ce l'impression que cela devait faire de voir cet homme en train de jardiner où de cultiver des betteraves et des salades. Le pauvre serveur auquel il s'adressa sembla friser la crise cardiaque. Il ne pensait visiblement pas que l'homme l'avait vu lever les yeux aux ciel, la scène arracha un sourire amusé mais elle ne fit pas de commentaire. Le pauvre serveur s'en sortait déjà assez mal comme ça, si la Princesse Nocturnae en avait rajouté une couche il se serait probablement pendu avant la fin de la nuit, pensant sa réputation détruite à tout jamais ! Pauvre homme...

"Et toi tu fais quoi dans la vie ? Mariage arrangé, viol conjugal, broderie, les gosses, tout ça ?"

Elle sourit. Décidément ce type ne mâchait pas ses mots et avait le chic pour l'amuser.

- Mon père n'a pas prévu de mariage arrangé pour le moment, mais même s'il le faisait j'aurais mon mot à dire. Il ne peut pas résister à mes talents d'actrice, et une petite larme et une lèvre tremblotante suffisent pour que je finisse par obtenir ce que je veux... il a de la chance que je ne veuille pas grand chose. Pour le viol conjugal je n'ai pas encore eu l'immense plaisir de faire cette expérience, n'était malheureusement par mariée, pour une raison évidente vu que l'on vient d'en parler... Pour la broderie, je dois t'avouer que je n'ai jamais, et je dis bien "jamais", rien connu d'aussi chiant que ça... jamais. Je n'ai pas d'enfants et ne suis pas pressée d'en faire.

Elle repoussa ses cheveux qui lui chatouillaient le nez et adressa un regard navré au serveur qui semblait terriblement choquée de l'avoir entendue prononcer le mot "chiant".

- En fait je suis étudiante à Libris Umbra.


Normalement, entendre qu'une princesse, précieuse qui plus est de part son rang, n'était qu'une simple étudiante dans une université où des sujets plutôt étranges et glauques étaient souvent abordés, choquait. Mais le type en face d'elle devait la prendre pour une petite bourgeoise toute banale à cause de la tenue presque "peuple" qu'elle portait... et cela l'arrangeait bien. Les comportements changeaient devant les rares familles qui pouvaient presque tutoyer l'Empereur, et elle n'aimait cela que dans les hautes sphères, quand de nobles familles se prenant pour les personnes les plus importantes de l'Empire venaient leur lécher les pieds à la moindre apparition.


- Tu n'auras qu'à passer me voir à l'occasion... entre deux honnêtes ventes bien sûr, si tu as le temps, je ne voudrais surtout pas contrarier tes clients... En plus tu connaitras le chemin par coeur vu que tu vas me raccompagner après le repas.

Elle lui adressa un adorable sourire à demi innocent, à demi amusé, faisant semblant d'ignorer la pâleur cadavérique qui venait de se peindre sur le visage d'un serveur qui passait malencontreusement par là et l'avait entendue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Ven 29 Nov - 7:24

La jeune noble sourit en me répondant. C'est joli comme tout, j'ai pas l'habitude. Surtout quand je parle de viol. Elle imagine pas que ça puisse lui arriver un jour.

- T'as de la chance d'avoir un père influençable.

Et elle continue de parler avec le même détachement de l'éventualité d'un mariage arrangé, de la broderie, tout ça. Ça me fait sourire. Elle a beaucoup de répartie pour une gamine c'est très amusant.   Et son assurance s'explique assez vite : c'est une magicienne. Une étudiante de l'université la plus tarée de la Capitale. Là où des malades dangereux étudient des textes écrits par des gars morts il y a des siècles, un truc inimaginable. Il paraît qu'ils bouffent des clodo – du moins, c'est ce que les clodo disent  - et qu'ils baisent des morts là dedans. Mais personne sait rien, pas dans les bas fonds en tout cas. Ceux qu'on voit éventuellement c'est les membres de l'Ordre Saint Dietrich, qui sont certes gentils, mais très bizarres aussi. Ils jurent de vivre dans la pauvreté exprès. Complètement perchés. Du coup mon sourire se fige un peu et je ne peux pas m'empêcher d'écarquiller les yeux : j'viens de mettre les pieds dans un truc dont j'ignore tout. Mes projets d'agression éventuelle à la sortie du restau disparaissent immédiatement. Y a rien à faire contre la magie, elle fait mourir. Tout le monde sait ça. Mais j'suis pas obligé de montrer que ça me fout les foies, alors je laisse couler.
La demoiselle embraye sur son désir de me voir dans son université de timbré. Le serveur à coté manque de mourir sur le coup, vu sa tête. Je lui jette machinalement un regard noir, mais rien n'a l'air de décider ces types à foutre le camp. Putain. Je me demande ce qui motive ces types à surveiller la gamine comme ça. C'est pas l'Impératrice non plus, est ce que ça vaut bien le coup de me taper sur le système pour la protéger ? C'est qu'une gamine de la petite noblesse qui fait ses études dans une vieille université religieuse. Ça va pas leur attirer le mauvais œil si elle crève quoi.

- Moi ? Que j'te raccompagne ? Les serveurs en train de nous espionner vont se chier dessus si je fais ça. Puis c'est pas très bon pour la santé des gens comme moi d'aller dans ce genre de District. Celui de Magna, des Avancés, de la Place des Trois, et le District Impérial évidemment. Je sais pas pourquoi là bas la Garde me regarde pas sympa. Et mon propriétaire habitait dans un manoir pas très très loin du Palais. Mais bon, OK, ce soir après le repas je te raccompagne là bas si tu veux. Pour le goût du risque. Hey mine de rien, en mangeant et en avalant le pinard comme un médicament, j'en ai quand même avalé quatre ou cinq verres. Bon score. On m'a dit qu'un mec pouvait pas être bourré avec du vin, que c'est pas du vrai alcool comme l'eau-de-vie ou le Whisky, et effectivement j'ai juste un peu chaud et l'impression d'être dans du coton. Sinon rien. Une fois le canard laqué disparu de la surface de la terre, je me rallume une cigarette Hey, du coup c'est vrai qu'à Libris Umbra ils bouffent des clodo ?

Je fais signe au serveur de venir. Je veux commander mon dessert, maintenant. Si je vais au restau sans avoir une saloperie pleine de sucre et de crème, c'est que j'ai loupé mon coup, merde. J'ai dû attendre huit ans d'existence pour manger un gâteau, j'vais plus laisser passer d'occasion. J'ai plus le temps.

- Hey Machin, tu m'apportes une charlotte aux fraises ? … Bah ouais, pour le dessert... Bah je sais pas si elle en veut moi, t'en apportes une entière et on se démerde avec. Une grosse. Va nous falloir de la masse si on veut avoir du bide comme toi. T'as mangé toute ta famille ou quoi ? Et je ricane bêtement pendant que le serveur s'en va d'un air indigné après m'avoir conseillé de me mettre la tête dans l'eau froide, va savoir pourquoi. Oui c'était très bête mais je suis plus que lassé de voir ces cons là nous tourner autour comme des mères poules. Bon j'reviens j'vais pisser.

Je me lève faire ce que je viens de dire, le décor tremble un peu mais j'y fais pas trop gaffe, je mets ça sur le compte de la viande bizarre noyée dans le sucre. Ça doit m'attaquer les yeux. Pendant que je me lave les mains je me regarde dans le miroir, sans me trouver une tête plus spéciale que d'habitude. Je comprends pas. Je retourne m'asseoir avec la demoiselle, et m'allume une autre cigarette, vu que j'ai balancé la précédente dans le trou des chiottes. Le vin a presque bon goût, c'est vrai qu'il y a plein d'arômes étranges et profonds là dedans, une fois qu'on s'est remis de l'amertume et du goût fort de l'alcool.

- Mais tu sais pourquoi ils nous matent comme ça les serveurs ? J'ai détruit un truc sans faire exprès ou quoi ? J'ai l'habitude qu'on me mate chelou, mais pas à ce point là quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Ven 29 Nov - 10:17

La jeune fille ouvrit de grands yeux ronds quand il lui demanda si les membre de Libris Umbra dégustaient des gens des rues... passé le choc initial, elle éclata de rire. Elle rit tellement qu'elle ne pu pas répondre tout de suite... pas très classe d'ailleurs de se gondoler comme ça pour une fille de son rang mais tant pis. De toute façon elle avait déjà programmé le faux évanouissement de beaucoup de nobles femmes qui entendraient parler de ses fréquentations et de son "chiant" prononcé un peu plus tôt, alors à ce stade, tant pis. Et puis justement, à quoi bon avoir le rang le plus élevé de la plus haute sphère de la noblesse (à l’exception de la famille impériale bien entendu) si on ne peut pas faire ce qu'on veut ? Elle ne serait jamais déshéritée de toute façon, ni répudiée... elle était la dernière femelle de la lignée. Alors oui bon, une femelle ne transmet pas le nom, mais pond des jolis petits enfants et se marie avec un type dont le nom est plutôt pas mal non plus, de préférence aussi influant que le sien, voir plus... mais elle allait devoir se montrer moins difficile, sinon elle serait obligée d'épouser un Walhgren... mais bon quand même, il faudrait que son futur nom aie bien de la gueule quoi.

- En fait on mange surtout des légumes ces derniers temps, je crois que le chef est à court de sous-pourvus socialement parlant...


Elle éclata à nouveau de rire et, essuyant ses larmes sur sa manche telle une paysanne, fit pâlir la grosse bourgeoise de la table d'en face.

- On mange comme n'importe qui... qui t'as mis une idée aussi ridicule dans la tête ? Comme si le cannibalisme était à la mode. Tu me fais rire ! Je t'aime bien du coup. Promis je ne te ferais pas mijoter...


Nouvelle session d'éclats de rires... évidemment... Elle finit par se calmer, mais cela recommença quand il envoya chier le pauvre gros serveur. Plus que la plaisanterie de son compagnon de table, ce fut l'expression de dignité blessée du serveur qui déclencha son hilarité... à nouveau... décidément, son frère allait s'en mordre les doigts. Il la laissait toute seule en pensant qu'elle allait rentrer comme une gentille petite fille, et il entendrait dés le lendemain des rumeurs affreuses sur les manières de la Princesse Nocturnae et ses manières déplorables... bien fait.

Finalement, quand il revint des toilettes, elle s'était calmée, et picorait gentiment de la charlotte aux fraises dans une petite assiette posée devant elle tout en sirotant la tisane qu'elle avait commandée. Elle leva les yeux vers lui quand il arriva et lui adressa un sourire.


- La charlotte est délicieuse, très bon choix.

"- Mais tu sais pourquoi ils nous matent comme ça les serveurs ? J'ai détruit un truc sans faire exprès ou quoi ? J'ai l'habitude qu'on me mate chelou, mais pas à ce point là quand même. "

Alessa cessa de sourire et eut l'air ennuyée. Elle baissa les yeux sur sa charlotte et poussa un soupir. Là elle ne pouvait plus vraiment "oublier" de donner son nom. Elle fusilla les serveurs du regard... ces derniers s'empressèrent de reculer de quelques pas en se répandant en excuses rien qu'avec les yeux, n'osant pas indisposer davantage la demoiselle avec leurs voix...


- Ils ont peur de mon nom, il ont peur des foudres de mon père... ils ont peur qu'il m'arrive quelque chose dans leur restaurant de petite renommée... ils ont peur de devoir fermer. Les gens comme eux ont peur de beaucoup de choses tu sais, ils passent leur vie à cotoyer et à servir des gens qui peuvent les faire dégringoler de leurs petits échelons sociaux à la vitesse d'un gros vent... alors forcément, quand une fille portant un nom qui résonne plus comme un cyclone que comme un simple vent, ils mouillent leurs langes.


Elle poussa un autre soupir de frustration.

- Je suis Alessa Nocturnae, Princesse de Semini. Les seuls qui ont un statut plus élevé que le mien sont les membres de la famille impériale. J'imagine que ça peut t'expliquer tout ça du coup non ?


Elle se pencha vers lui avec un sourire amusé et un air de conspiratrice.

- Mais tu me raccompagne quand même à Libris Umbra. J'ai envie de voir leurs têtes quand on partira ensembles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Lun 2 Déc - 6:08

Plus je lui raconte de conneries, plus la gamine rigole. Y a rien qui semble pouvoir la déstabiliser. Ou alors elle rigole nerveusement pour pas me contrarier, mais ça y ressemble pas trop. C'est un mystère pour moi ce qui peut passer par la tête des filles de toute façon. J'ai pas tellement l'occasion d'en rencontrer au dehors du boulot ou dans un contexte sexuel. Genre parler avec et savoir ce qu'elles aiment dans la vie, tout ça. Il y en a qui le font, mais ça ferait tapette si je me mettais à prendre la dînette avec des nanas sans les troncher. Là ça va y a personne que je connais, et en plus cette meuf c'est pas seulement une meuf, c'est une magicienne qui rigole quand je parle de viol conjugal. Excuse du peu.

Bah, Libris Umbra c'est mystérieux pour les gens, alors ils racontent des trucs... normal quoi. Et les histoires c'est mieux avec des gars qui meurent et des sorciers diaboliques. Lire des bouquins pendant dix ans pour faire un pauvre filament d'ombre pendant le solstice, excuse moi mais c'est un peu chiant.

Et je retourne à la charlotte aux fraises. Heureusement, quand elle me dit son nom j'avais pas la bouche pleine parce que sinon j'aurais dégueulassé toute la table en recrachant. J'arrive à garder ma dignité, mais j'ai quand même une tête de lapin pris dans les phares d'une voiture pendant quelques secondes, avec la cuillère à mi-chemin de ma bouche. Le comportement raisonnable serait de dire « excusez moi Princesse » et de se tirer à toutes jambes. Faut pas traîner avec une gonzesse de ce rang là quand on a l'air louche, ça attire les problèmes. Mais ma fierté s'en remettrait pas. J'ai quand même une violente érection à cause du flip et d'une vision-flash dans ma tête où je tronche une Princesse potentiellement future Impératrice comme la dernière des putes, mais c'est ma façon de gérer le choc. Ça fait quand même moins con que de se mettre à pleurer, et tant que je reste assis ça devrait pas être un problème. Faudrait que je mange la charlotte plus lentement pour me laisser le temps de me remettre de mes émotions, voilà. Je me frotte le visage de ma main organique pour reprendre mes esprits.

- Ouaiiiis... mais si je me balade dans la rue avec toi, vu ma gueule la Garde va s'exciter, et j'ai pas trop envie de la faire triquer, moi, la Garde. Ça explique des trucs en tout cas.

La trouille des serveurs, l'espionnage, la gueule des autres clients, l'assurance de la demoiselle que je suis pas là pour lui faire du mal... heureusement ça me coupe pas l’appétit, et le pinard passe de mieux en mieux. Nocturnae, c'est un nom connu, c'est sûr, même de moi. J'en ai déjà vu un chez feu mon propriétaire, mais pas elle évidemment, elle devait être gamine à l'époque et c'était pas vraiment une ambiance faite pour des gosses, mais peut être un de ses oncles ou un cousin éloigné. J'arrive pas à me souvenir si il m'est passé dessus. Ça ferait un drôle de lien entre nous.

- Et donc tu te fais un genre de safari chez les gueux ou un truc comme ça ? Puis pourquoi aller se faire chier à Libris Umbra du coup ?

Du coup j'ai l'impression d'être assis en face d'un truc qui existe pas, une apparition. Peut être que j'hallucine, mais le délire me paraît trop tordu pour venir de moi. Je vois pas quelle grave détresse mentale me pousserait à imaginer que je mange une charlotte aux fraises avec la Princesse de Sémini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Mar 3 Déc - 3:40

La "grande" princesse Nocturnae, celle dont le nom suffisait à faire frémir les plus téméraires, eut un mal fou à se retenir d'éclater de rire devant la tête de pucelle effarouchée que lui offrit son interlocuteur quand il découvrit comment elle se nommait. Une sorte de fou rire incontrôlable lutta longtemps pour s'imposer à elle, mais elle ne s'autorisa qu'un large sourire amusé et un gloussement dissimulé en toux polie. Elle ignorait ce qui se tramait entre les jambes de cet homme pour la simple et bonne raison que la table et la nappe faisaient très bien leur travail, mais elle aurait compris rapidement si elle l'avait vu. Elle avait longuement étudié le phénomène de l'érection dans des livres histoire de ne pas être prise totalement au dépourvu la nuit de ses noces quand elle ferait la connaissance de ce que ses frères appelaient un "gourdin" où un "Paupaul", où encore une "puissante arme de destruction massive. Après tout on ne sait jamais, c'était peut-être dangereux ! Autant être au courant à l'avance histoire de ne pas se blesser bêtement le moment venu.

- Ne t'en fais pas pour les gardes, un seul regard de ma part et ils te laisseront tranquille, même au retour. Mon nom reste utile pour pas mal de choses tu sais, si tu leur dis que c'est la Princesse Nocturnae qui t'envoie ils te laisseront passer sans te poser de questions... mais évite de te servir de mon nom si tu te retrouve embarqué dans des histoires louches, je sais que tu es un honnête commerçant et tout (cette blague... elle n'était pas aussi naïve quand même, ce type avait surement déjà volé quelque chose dans sa vie... après tout, il faisait partie du peuple ! Ces gens là n'étaient que rarement recommandables) mais on ne sait jamais... et ça m'ennuierait de devoir demander à ce que quelqu'un t'élimine pour avoir tenté de salir le nom de ma famille...

Ben oui, pourquoi aurait-elle voulu sa mort prématurée ? Il avait sauvé sa soirée et la faisait rire. L'un dans l'autre il ne devait pas être si mauvais que ça, non ? Et puis grâce à lui elle ne ferait pas de mauvaise rencontre en rentrant. Imaginez une seconde qu'elle soit tombé sur un criminel en puissance en retournant à Libris Umbra, cela aurait pu rapidement se transformer en désastre sans nom !

- De toute façon le sujet est clos, tu me raccompagne, c'est tout. T'as pas envie qu'un homme de peu de vertu me renverse contre un mur sale dans une ruelle mal odorante quand même non ? Ça serait dommage... et puis ça enlèverait tout le plaisir à mon futur mari de me violer à loisir avec l'autorisation de mon père... non vraiment se serait un gros gâchis...


Elle sirota tranquillement son verre de vin, en appréciant le bouquet raffiné, puis lui sourit doucement.


- Je ne sais pas ce qu'est un safari mais je doute d'être venue pour ça, me mêler aux... gueux, comme tu les appelle, ne fait pas forcément partie de mes passions. Je ne saurais même pas comment me comporter avec eux... je ne suis pas vraiment habituée à côtoyer le peuple tu sais, chez moi, même les domestiques sont issus de grandes et nobles familles. Seuls les domestiques au statut le moins élevé viennes des familles de petite noblesse... et je ne parle pas avec eux, je n'en ai pas l'occasion, en général ils travaillent aux écuries où en cuisine.


Elle reposa délicatement son verre.


- Bref. Dans tous les cas je ne suis pas venue ici pour ça... disons que si je suis étudiante, je repousse la date d'un potentiel mariage arrangé avec une excuse valable, et que cela m'évite d'avoir à faire des enfants tout de suite. Et Libris Umbra valait bien une autre université non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Sam 7 Déc - 23:43

Elle est gentille la petite, mais je crois pas qu'elle soit assez importante pour que juste prononcer son nom fasse s'envoler tous les problèmes. Les gardes ne me croiront pas de bonne foi. Mais la petite a l'air bien pénétrée de sa propre importance, c'est mignon. Pendant un court instant de suis écrasé de jalousie face à cet optimisme béat propre aux gamins trop riches. Que la vie leur réserve le meilleur, tout ça. Je dis pas qu'on va tous mourir dans la misère, mais on va tous bien en chier. Tous.
Une Nocturnae putain...

- T'es mignonne princesse mais je crois pas que la Garde va me croire sympa juste parce que je dis ton nom. Et je préfère pas avoir de lien avec la haute noblesse, c'est mauvais pour la santé et tu t'fais parler comme à un animal par des morveuses de la moitié de ton âge.

Je lui dis pas que je trafique, elle me parle comme si elle pouvait mettre fin à ma vie instantanément. Ça m'énerve, et l'alcool m'aide pas à rationnaliser le truc. Forcément que ça m'énerve. Une petite merdeuse de la moitié de mon âge qui vient me dire qu'elle fait ce qu'elle veut de ma vie. Putain de noble. J'ai la moutarde qui monte au nez. Mais non je la frappe pas, évidemment. Disons que la petite joute verbale je la prends un peu plus au sérieux et je réponds un peu sèchement :

- Parle pas de moi comme si tu pouvais mettre fin à mes jours instantanément, ça fait gamine trop gâtée, c'est malhabile.

Elle me parle toujours de la raccompagner dans son université plein de pédés là, et tu sais quoi ? Je crois que je vais le faire, même si c'est une sale gamine, parce qu'elle est marrante – l'alcool rend lunatique. Comment résister à un argument comme « ça gâcherait à mon futur mari le plaisir de me violer » de toute façon ? Puis c'est la première fois qu'une femme me demande de protéger sa virginité. Mais je tâte quand même le terrain – si jamais j'en ai plus rien à foutre de sa vertu, en chemin, et que mon érection passe pas :

- Bah t'as pas de super pouvoirs magiques pour te protéger toute seule ? Puis pourquoi j'voudrais me balader avec une meuf qui veut me buter, hein.

Elle me parle ensuite de comment c'est tellement une meuf de la haute qu'elle parle qu'à des domestiques d'une classe supérieure. Je suppose qu'elle a des esclaves quand même, mais il me serait un peu douloureux d'aborder le sujet. Putain de pinard. Je commence à intégrer consciemment que j'ai trop bu, sinon mes propres pensées me heurterait pas comme ça. Les contours des objets sont un peu flou aussi. J'arrive pas à me sentir détacher de tout. Ça fait donc comme ça l'alcool.

- Chépa... t'aurais pu partir loin, en voyage ou je sais pas. Faire le tour de l'Empire à la nage, par exemple. Puis j'croyais que ça aimait bien ça les meufs, se marier et faire des gosses. C'est mieux que faire la pute en tout cas.

Je hausse des épaules et je reprends du pinard. Foutu pour foutu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 2 Jan - 7:45

- Et comment je le saurais ? J'ai jamais été une putain moi. Et même si j'aime tenter de nouvelles choses je ne suis pas certaine que j'en passerais par là. Me faire tripoter par des types pour deux petites pièces ça ne fait pas partie des choses que je souhaite découvrir. Du moins pas pour le moment... Et puis je SUIS une gamine trop gâtée, j'ai été élevée dans un luxe presque aussi pimpant que celui qu'on peut trouver au Palais Impérial alors c'est normal que je sois aussi sûre de moi et de l'effet que peut produire mon nom, tout comme c'est normal que je pense pouvoir disposer de ta vie comme je veux. C'est peut-être faux, je n'en sais rien et à vrai dire je m'en fiche un peu... mais je le crois parce que j'ai été élevée comme ça et que ça m'amuse. Autant profiter de mon éducation pourrie pour énerver les gens non ? Sinon je ne vois pas vraiment à quoi ça pourrait bien me servir... à part l'argent et le pouvoir bien sûr. Mais bon, ça c'est livré en lot avec le nom et la naissance. Et puis comme ça j'ai le droit d'être malhabile de temps en temps justement.

Elle repoussa son assiette... le dessert avait beau être bon, il y avait au moins quelques grammes de sucre en trop, et quelques autres grammes de beurre en moins, et c'était plus qu'elle ne pouvait manger pour un dessert d'une qualité aussi discutable. Elle fit un geste impérieux de la main et un serveur apparu à ses côtés comme par magie.

- Je souhaite m'en aller à présent. Veuillez mettre tout cela sur la note de mon très cher frère, même ce que Monsieur a consommé.


Elle avait dit ça en désignant Éros. L'emploi du terme de "monsieur" sembla choquer le serveur, mais il préféra ne pas faire le moindre commentaire.

- Cous allez également faire porter une part de ce somptueux dessert à mon frère afin qu'il puisse lui aussi profiter pleinement de la merveilleuse soirée que je viens de passer en compagnie de la cuisine parfaite que produit votre chef. Veuillez le féliciter de ma part je vous prie, je n'ai guère le temps de le faire moi même, j'imagine que vous comprenez.

Sans attendre de réponse elle se redressa et lui adressa un regard sombre... il n'avait pas reculé la chaise assez vite et elle avait fait du bruit. C'était détestable.


- Veuillez également organiser mon départ imminent, je n'ai pas envie d'attendre dans le froid que quelqu'un daigne m'apporter mon manteau, c'est évident. Monsieur va me raccompagner... et ça n'est pas la peine de faire cette tête mon cher, votre expression de flétan bouilli ne vous va pas du tout et ça n'est vraiment pas professionnel...


Elle leva les yeux vers Éros.


- Alors... on y va ?

Sans attendre de réponse, elle se détourna pendant qu'un autre serviteur faisait apparaitre son manteau autour de ses épaules et allait ouvrir les portes assez vitre pour qu'elle n'ai même pas besoin de s'arrêter avant de sortir. Bien entendu, l'ensemble des serveurs adressaient à Éros des regards meurtriers, mais ils ne pouvaient rien dire à cet homme étrange et probablement très dangereux qui allait se retrouver seul, dehors, avec la Princesse Nocturnae. La jeune fille, elle, trouvait la situation très amusante. Les regards outrés des bourgeois et noblions présents la ravissaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Sam 4 Jan - 13:49

- Féchier.

C'est la seule remarque pertinente que je puisse faire sur le monologue « petite fille trop gâtée ». Ça synthétise bien ma pensée, mais la littérature en prend un coup dans l'aile. Putain d'alcool. J'ai pas l'habitude de boire. Pourquoi j'ai fait ça ? C'était complètement con. Maintenant j'ai le décor qui danse devant mes yeux, trop chaud, et je me sens motivé pour absolument n'importe quoi. Et en colère. Ce n'est pas dans mes habitudes. Si je devais m'énerver a chaque fois qu'un merdeux a plus de pouvoir que moi, je m'en sortirais pas. Les nobles. Le meilleur service qu'on puisse se rendre c'est tirer une balle dans son sens de la justice, en plein entre les deux yeux. Sans ça tout ce merdier devient insupportable. Je le commerce d'êtres humains et d'autres trucs dégueulasses comme ça, si j'étais à la place de la gamine je cultiverai aussi mon complexe de supériorité. Et pourtant, ça m'énerve tellement. Je me masse la tempe.
La gamine parle de son frère au serveur, j'écoute pas trop, je m'en fous. Elle veut lui envoyer une part du gâteau, une forme de bouderie féminine particulièrement débile. On se lève. Bien que j'ai déjà fumé comme un pompier au cours du repas, je me rallume une clope en sortant. Je devrais avoir mal à la gorge, mais l'alcool me réchauffe agréablement tout l'intérieur. Il s'est bu tout seul, ce vin. Le froid me saisit et réveille les douleurs dans ma jambe. Je me suis pris une balle dedans y a pas si longtemps que ça. Ça améliore pas mon humeur.

Des mecs sortent peu après nous du restaurant. Je suppose que ça arrange personne si je bute la Princesse, et surtout pas les employés du lieu qui l'ont laissé repartir toute seule avec un mec bizarre. Putain, comment j'me sens saoulé là. Ils sont pas discret en plus, sans doute pour que je m'énerve vite et qu'ils aient un prétexte pour me faire dégager. Ils ont envoyé que deux gars en plus, j'trouve ça vexant... mais c'est vrai que je bats pas deux gars à la bagarre de toute façon. Putain de cerveau, laisse moi réfléchir. Bah, faut les semer... mais pourquoi faut les semer ? Je compte rien faire à la demoiselle hein ? Question de fierté. J'peux pas laisser deux baltringues me traquer comme ça. Faut ruser.

- Y a deux gonzes derrière nous qui croient pas que tu peux choisir toute seul qui te raccompagne, princesse. J'sais pas si t'as remarqué. Si tu veux je nous fais passer par un bâtiment pas loin qui a une sortie au premier étage, sur une rue au dessus. Petite pause dramatique. Ou alors tu peux leur gueuler dessus pour les faire dégager. Mais j'tiens à préciser que le bâtiment en question est un bordel, et que ça va les rendre complètement fou d'angoisse.

J'essaye de titiller à la fois son orgueil et son envie de faire chier le monde. Parce que si elle y réfléchit deux secondes, c'est pas vraiment l'idée du siècle de rester toute seule avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Dim 5 Jan - 21:57

Son guide semblait avoir repéré deux gêneurs derrière eux. La jeune fille eut envie de se retourner pour voir ça de ses propres yeux, mais ça aurait été remarqué, elle n’avait jamais vraiment eu besoin d’être très discrète dans sa vie et ignorait donc comment s’y prendre. Au final, il proposa de les semer dans… attention tenez vous bien ça va très vite… un bordel. Il n’en fallait pas plus pour attiser la curiosité de la princesse, elle n’avait encore jamais mis les pieds dans un établissement de ce genre et, même si elle n’avait pas forcément rêvé toute sa vie de découvrir à quoi cela pouvait bien ressemblait, ça l’intéressait quand même. Son visage se fendit d’un large sourire de petite fille à qui on propose son poids en bonbon et pressa le pas…
 
- Oh oui , quelle idée agréable !
 
Elle tourna son jeune visage vers celui de l’homme étrange qui donnait à sa soirée des allures particulièrement aventureuses.
 
- Je n’ai jamais posé le moindre orteil dans un bordel, mais j’imagine que tu t’en doutais. Je suis certaine que ça va être une expérience extrêmement enrichissante… enfin… au moins amusante en tout cas. Je donnerais cher pour voir les visages de ces deux gêneurs quand il me verrons pénétrer dans cet établissement.
 
Le bâtiment de ce type le plus proche était une sorte de gros hôtel particulier qui, d’un point de vue totalement novice, donnait simplement l’impression d’appartenir à une personne dotée d’un sens de la mode et de l'esthétique très personnel. L'architecture pourtant classique de l'édifice assez ancien avait été rehaussé de nombreuses « touches personnelles » qu'aucun architecte digne de ce nom n'aurait jamais osé revendiquer de peur de ne se faire bannir à tout jamais de l'Ordre du Bon Goût, du moins si un tel ordre existait réellement. Alessa contempla un moment la décoration extérieure, les joues rougies par l'excitation et l'impression de regarder quelque chose d'interdit et de décalé. Elle était comme une fillette à qui l'on a toujours défendu de lire un roman sur la chevalerie à cause de la violence et des scènes sans équivoques que l'on pouvait y trouver, et qui en lit tout de même un en secret pour la première fois.

- C' est assez... disons particulier n'est ce pas ? Je veux dire... au moins il est clair, dés le premier coup d'oeil, que nous n'allons pas pénétrer dans un établissement respectable et de haut standing où la délicatesse et les valeurs morales des jeunes filles de bonnes familles vont être respectées et dirigées tout en douceur.

Elle sourit, visiblement très amusée par ce qui allait suivre, même si une pointe d'appréhension pouvait se lire au fond de son regard.

- Eh bien allons-y, ne faisons pas attendre nos amis dans le froid mon cher, donnons leur de quoi se réchauffer pendant que nous nous enfuirons de l'autre côté...

Elle se rapprocha tout de même de lui. Après tout on ne sait jamais... une prostituée pouvait très bien lui sauter dessus pour lui faire des choses étranges, où un noble ivrogne pourrait croire que sa pureté était à vendre... allez savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 16 Jan - 7:17

La jeune fille accueille mon idée avec joie. C'est comme voir un agneau aller chez le boucher en dansant. Je souris de plaisir anticipé. Elle est vraiment conne. Mais faut faire gaffe et pas se griller tout seul. Je l'accompagne au bordel en gentleman, sans faire de merde et tout. Les mecs nous suivent toujours, et je donnerais cher pour voir leur gueule pendant que j'ouvre la porte d'un lupanar à mademoiselle. Je la guide très vite vers l'étage sans lui laisser le temps d'examiner trop longtemps le décor en carton-pâte ; que la plupart des nanas ont l'air soit très malade, soit très défoncées, que ça sent très fort le sexe et les corps pas lavés. Et c'est pas encore le pire de ce qu'on peut trouver en la matière. On est à la limite des beaux quartiers, alors les papier-peints et les meufs sont pas trop dégueulasses. Un peu quand même.

- T'inquiète personne te fera rien.

Au bout d'un couloir au premier étage, une réserve, avec une porte sur l'extérieur. Une rue surélevée par rapport à celle que l'on vient de quitter. Y a du dénivelé dans le coin. Beaucoup d'entrepôts et d'industries aussi, tous désert à cette heure. Il est tard, et nous sommes dans des petites ruelles dégueulasses et complètement vides. Je crois que je vais pleurer de joie.

- Suis moi !

L'alcool me motive pour tracter la demoiselle plus vigoureusement vers un coin tranquille. J'avais pas prémédité le truc ; on peut pas préméditer des opportunités pareilles. J'aurais jamais pu prévoir que cette idiote irait là où je lui dirais d'aller. Je suis toujours remonté à cause de l'alcool, et je vais enfin pouvoir défouler mon trop plein d'énergie. La jolie demoiselle me regarde avec de grands yeux humides, j'ai jamais niqué une nana aussi propre que celle là. Je la regarde comme un mort de faim, tendu, les yeux écarquillés, en respirant un peu trop vite pour l'effort physique déployé. Elle est belle.

Et là je la pousse de toute mes forces sur le mur derrière elle, pour qu'elle se cogne et remue pas trop. Elle est taillée format oisillon, mais quand même, faut être prudent. Avant qu'elle ait eu le temps de se remettre de ses émotions je la balance par terre. Je lui tombe dessus pour l'empêcher de bouger, et je tiens ses poignets de ma main mécanique, qui peut pas servir à grand chose d'autre en la circonstance. Là, un point pour elle : elle porte des fringues très galère à manipuler d'une main. Je trifouille comme un con en tirant partout pour voir si quelque chose part. Il y en a, des couches de tissus. A force de tirer comme un malade dans tous les sens, j'arrive à accéder à des zones intéressantes avec mes doigts. Je lui lèche la gorge avec ma bave qui sent fort l'alcool, c'est sympa parce que c'est complètement sale. Une noble putain ! Je prends un peu de recul sur la scène en levant la tête, en continuant de peser de tout mon poids sur elle. J'veux bien montrer que je peux la regarder dans les yeux, j'en ai rien à péter de sa détresse. Je tiens beaucoup à ma qualité de gros connard.

- T'aurais peut être dû faire confiance aux mecs du restau nan ?

Je sais pas encore si je vais faire une très grosse connerie ou non ; il serait peut être plus malin d'en rester là. Mais le poids de l'éducation et tout... j'suis vraiment fait pour baiser des nobles. Je la pince de ma main libre pour appuyer mes propos. Elle aurait clairement pas dû suivre un mec avec un tatouage moche sur la figure qui fait des blagues sur le viol, clairement pas du tout. Rouler par terre a pas réussi à sa robe et à ses cheveux. Je la regarde en souriant, parce que moi je passe un bon moment là.

- Ou alors t'espérais que ça se produise hein ?

Je dis de la merde, je m'estime pas aussi attractif pour la gent féminine que ça, mais je réfléchis pas avec mon cerveau actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Intellectuelle

avatar

• Fiche : La Descendante
• Messages : 56
• Points d'Influence : 230
• Age : 30
• Esclave de : Son rang
• Protecteur : Son nom de famille

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Sam 18 Jan - 1:46

Une maison de passe... en pleine nuit... et même pas une maison des beaux quartiers en plus. Niveau "découverte de l'environnement du petit peuple" c'était quand même du haut niveau ! Alessa était à la fois contente, intriguée, curieuse et pleine d'appréhension... après tout on ne sait jamais hein, les gens du peuple pouvaient parfois se montrer imprévisibles...

Et ce fut totalement incroyable. Glauque, bizarre, effrayant, malodorant... les prostituées avaient l'air d'être à ramasser avec une petite cuillère et avaient grandement besoin de recevoir des soins vraiment sérieux, et leurs clients avaient des airs lubriques et des regards gourmands absolument immondes... Alessa était à la fois choquée et secouée, elle n'aurais jamais imaginé que cela puisse ressembler à ça. Les types qui les suivaient avaient déjà disparu dans la foule, et Éros l'entrainait rapidement derrière lui, et elle appréciait la rapidité avec laquelle il la trainait presque derrière lui. Elle ne sut jamais comment ils avaient fini par atterrir dans une petite ruelle presque aussi glauque que l'établissement qu'ils venaient de quitter, mais dépourvue de populace peu ragoutante au moins. Il continuait de l'entrainer derrière lui mais elle réussi à prendre le temps de respirer profondément l'air frais qui calmait la brûlure de ses joues... jamais elle n'avait rougit comme ça... jamais elle n'avait eu à contempler la scène qu'elle avait vue quelques instants auparavant... tout cela était vraiment... flou. Flou et douloureux... à cause de sa rencontre extrêmement brutale et inattendue avec un mur...

Incapable de faire le point, la jeune fille essaye de lutter contre les murs de coton qui essayent de l'engloutir complètement. Elle a l'impression de nager dedans sans pour autant réussir à bouger les bras. Elle en avait contre elle, autour d'elle, dans les yeux, les oreilles et la bouche. Elle ne pouvait ni crier pour qu'Éros vienne l'aider, ni écouter, histoire de voir si il avait fait demi-tour pour l'aider, pour l'arracher à ce mur de coton tueur qui essayait de l'avaler toute entière.

Au bout d'un moment qui lui sembla être une éternité, un peu de coton se décala et la laissa regarder autour d'elle... elle avait comme un poids sur l'estomac... Éros... Qu'est ce qu'il pouvait bien fabriquer "sur" elle ? Elle était réellement étonnée. Elle voulu le repousser... mais ses bras étaient bloqués. Surement encore ce maudit coton... ah non, la fausse main d'Éros... mais pourquoi la tenait-il ainsi ? Et qu'est ce que... des... DES DOIGTS ? SUR SA PEAU ? La jeune fille secoua la tête et refit lentement le point...


- Mmh ?


Incapable de parler, elle soupira et se tortilla sous l'homme qui l'écrasait de son pois, histoire de lui faire comprendre qu'elle n'appréciait pas vraiment qu'il soit allongé sur elle... ni qu'il lèche sa gorge (immonde, elle avait eu un long frisson de dégout qui avait commencé en bas de ses reins pour se finir au niveau du haut de son crâne... c'était affreux). Et au final il la regarda dans les yeux. Elle s'apprêtait à lui sourire vu qu'il semblait avoir enfin enfin compris qu'elle ne voulait pas de lui à cet endroit précis... mais il lui parla... et sa première phrase lui fit froncer les sourcils. Pourquoi lui disait-il ça ? Après tout il n'avait pas l'air non plus d'apprécier les fameux "types du restaurant" non ? Mais sa seconde phrase fit "tilt"... par l'Ombre... il comptait la violer.

Les yeux de la jeune fille s'ouvrirent en grand et une expression à la fois choquée et horrifiée se peignit sur son visage. Elle pensa un moment à se mettre à pleurer, mais ça n'était pas digne d'une femme de son rang. Elle se força alors à adopter une attitude plus adaptée à sa classe sociale et adressa à Éros un regard plein de dégout, ajoutant à l'effet une petite grimace écœurée, comme si son simple contact la rendait malade. Elle faisait de son mieux pour masquer la terreur qui grimpait lentement en elle, et était assez fière du résultat.


- Que je l'espérais ?

Elle éclata d'un rire qui sonna presque vrai.


- Oui, j'espère que tu plaisante... comment aurais-je pu, ne serait-ce qu'un minuscule petit instant, que tes mains immondes entrent en contact avec ma peau ? Quelle idée repoussante mon cher... tu devrais en rester là, vraiment...

Oui, vraiment... qu'il la laisse partir ! Elle ne saignait pas, lui non plus... elle ne pouvait rien faire. Et même s'il y avait eu du sang ça aurait été compliqué, difficile et sans doutes pas faisable... même pas sûr qu'elle aurait pensé à se servir de sa magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Criminel

avatar

• Fiche : Cette fiche donne le cancer.
• Messages : 124
• Points d'Influence : 240
• Age : 25
• Esclave de : FREEDOM SALES ENCULES ! FREEEEDOOOOM !
• Protecteur : Kris Dorn.

MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   Jeu 23 Jan - 3:36

Je fixe encore un instant la princesse dans les yeux, avant que d'autres affaires plus urgentes absorbent totalement mon attention. Elle fait celle qui contrôle, mais le teint légèrement verdâtre de son visage dit tout le contraire. Elle trouve encore le moyen de faire de longues phrases alors que je suis en train de tirer sur ses sous vêtements d'une main. Elle est mignonne. Moi non plus j'aimerais pas être à sa place, le dos sur le sol froid à me faire tripoter par un vieux dégueulasse. Connerie de fringue de noble. Ça serait déjà fini si j'avais pas les doigts pris dans un nœud. J'ai du mal à respirer à cause de l'excitation, mon regard se perd un peu, j'ai l'air d'un taré. C'est dans ce genre de moment que je me sens le plus en accord avec moi même, rapport à mon utilité de base. Du sexe sale et bizarre, sans y mettre de sentiments. Avec une noble en plus ! Des fois, j'avoue, je me regarde vivre et je me demande ce que je suis en train de foutre, mais là y a aucun doute possible. Une princesse. Bordel de dieu. J'ai envie de me mettre à genoux pour remercier l'ironie cosmique, mais juste après ça. Je suis pour l'instant tendu vers un unique objectif, ça me prend tous les neurones disponibles et c'est merveilleux. Surtout que j'ai enfin réussi à déballer la marchandise, alors je déballe la mienne.

En faits objectifs, ça a duré moins de cinq minutes et ça a ressemblé à un chien qui se branle sur un coussin, petits gémissements compris. A peu près ce niveau de grâce en tout cas. Peut être que j'ai foutu une droite en cours de route, dans l'enthousiasme du moment. Je me laisse lourdement tomber sur ma victime. C'est la partie que j'aime le moins, la petite mort. Trop sonné pour bouger immédiatement, et le-dit coussin est tout en crispation et en rejet. C'est sûr que je mérite pas de câlin. Je remets mon futal tombé jusqu'à mes chevilles parce qu'il fait froid quand même. J'ai même pas enlevé mon blouson du coup. Pas besoin. Et maintenant que j'ai bien écouté le chatte en chaleur qui est en moi, j'me rends compte de ce que j'ai fait. Oh putain de bordel de merde.

- On va jamais me croire quand je vais le raconter.

Je sais pas à qui je raconte ça, parce que la princesse est sans doute pas d'humeur à faire la conversation. Je me remets debout et j'allume une cigarette bien méritée. Dans la confusion du moment je lui en jette une, et le briquet suit. Maintenant, j'irais bien dormir.

- T'inquiète y aura pas de gosse, je tire à blanc. Je sais pas, à sa place j'aimerais bien connaître ce genre d'information. C'était une chouette soirée, j'vais aller me pieuter maintenant, salut.

Du coup je repars tout seul. C'était... super étrange. Une princesse putain. Ma bite a tellement gagné en prestige. Mais en même temps... c'était peut être une pure idée de merde comme on en fait plus. Donc je me refais toute l'histoire dans ma tête où je me déresponsabilise totalement. Si les nobles voulaient pas se faire baiser, il fallait pas inventer les putes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]   

Revenir en haut Aller en bas
 

In praise of Gilgamesh ! [PV Alysse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gilgamesh The greatest swordman ever
» CDA Gilgamesh, saison 3, recherche de peintre Eldars
» Yojimbo
» Vos premières impressions...
» Contes et légendes sous forme théatrale humouristique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: District Tchï :: Salons de thé et restaurants
-