Partagez | 
 

 Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi   Lun 3 Déc - 10:34

Je ne mettais pas les pieds pour la première fois de ma vie dans l'Architectura Templi mais à chaque fois, elle restait bouche bée devant l'architecture. Il faut avouer qu'il en fallait du génie à l'époque pour imaginer passer d'une maitrise basique de la terre à une maitrise plus complexe et plus artistique du verre ou encore du métal.

Il faut avouer que malgré mes petits talents - dont un grand potentiel que j'ai intérêt à développer pour être la meilleure ! -, j'étais incapable de faire de telles prouesses ! On disait que certains maitres de la terre arrivaient à soulever des masses énormes juste en tapant légèrement sur le sol du pieds ... Si je faisais ca, c'était un petit mur de la taille d'un caillou qui était érigé. Pour obtenir un mur de ma taille, il fallait que je fasse de plus larges mouvements.

Et préparer un bon fauteuil à côté parce que mine de rien cette magie était juste harassante.

Bien mon objectif premier était donc d'agir en bonne étudiante de cette université. Hum ... voilà une tâche ardue ! Donc maintenant, il fallait rentrer dans cet imposant bâtiment et rejoindre un type qui allait m'expliquer de long en large le fonctionnement.
Par contre, A l'époque comme dit, je venais accompagnée de ma mère et je n'y restais que quelques jours autrement dit, je ne connaissais rien des détails et subtilités de cette organisation.

Bien entendu, je ne connaissais pas plus le lieu où je devais me rendre. Je savais juste qu'il était dans le bâtiment ... ce qui en m'avançait en rien. Je devais donc mendier des informations à autrui ... Alalala que l'ignorance était accablante !
Alors, j'avais eu droit à un rapide plan de la part d'une personne - il avait l'air un peu farfelue certes - et je suivais plus ou moins. Par contre, franchement, il y a des fois où j'hésitais. comment dire ? Je n'aimais pas trop m'enfoncer dans des longs couloirs noirs dont la fin restaient dans le domaine de l'inconnu. Nous étions dans une Université et il en fallait pas oublier ce détail minime qui faisait toute la différence d'un couloir sombre d'une ruelle d'un couloir sombre d'une Université !

Bon bon ! Il faut avancer ! Il ne faut pas avoir peur ! Solide comme un roc !

J'avance ... Je bifurque, je salue des gens, je m'engouffre encore dans des recoins plus sombres et largement plus puants. Je crois que je me suis perdue là, définitivement. Je devrais être dans les coins où il font de la forge ou autre ... et certains n'hésitaient pas à utiliser le feu apparemment. Peut-être pour faire fonctionner des machines ? Dans tous les cas, ca puait la fumée et j'étais à deux doigts de m'étouffer. Heureusement je débouche dans un couloir plus éclairé, plus aéré ...

- J'en peux plus !


Il a dû m'arnaquer l'autre débile ! En plus maintenant, mon odeur de lavande a laissé place à une odeur de brulée et de fumée. Je détestais ça ... pitié pitié, un bon bain ! Je ne pouvais pas me présenter à des personnes de l'administration de l'Université suintant une telle odeur âcre !

Au loin, je vis une silhouette se dessiner.

- Excusez moi !

Je fonce vers elle - en gardant tout de même une attitude digne -.

- J'aurais besoin d'un guide ... Peux-tu m'aider à retrouver mon chemin ? Je me suis perdue et je pue maintenant !

Ah oui, adieu donc à la belle image de la jeune et dynamique et soigneuse future grande intellectuelle ! Et dire que j'en avais fait des efforts vestimentaires pour paraitre à la fois moderne et élégante soit une chevelure ramenée en un chignon un peu lâche avec deux trois bijoux décoratifs, une chemise, une veste d'un cuir brun-gris et un pantalon dans les mêmes tons. Le tout terminé par des bottes solides mais bien décorées à la main par des artisans et des lunettes énormes sur la tête en guise d'accessoires extra farfelue.
Revenir en haut Aller en bas

Intellectuelle

avatar

• Fiche : Une fiole dans chaque main
• Messages : 63
• Points d'Influence : 137
• Age : 26
• Esclave de : Ses expériences

MessageSujet: Re: Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi   Jeu 6 Déc - 10:31

Mon expérience s'éternisait. Je commençais à me lasser de mes petits bouts de métal et des mixtures que j'étalais dessus. J'étais plongée en pleine mélancolie, un fait assez rare chez moi. Je broyais du noir sans comprendre pourquoi. Cet état m'agaçait. Je tournais en rond pour me changer les idées. Peine perdue. Je n'avais pas le cœur à continuer l'expérience commandée par les magisters. Pas tout de suite. Je leur avais livré une "synthèse en cours d'expérience" qui présentait les résultats préliminaires de mon travail : ils y avaient à peine jeté un œil en me demandant pourquoi on ne retrouvait pas la qualité de ce rapport dans tous mes autres travaux. Je n'ai pas répondu. C'était plus avisé que de leur dire la vérité. A savoir, que je falsifiais mes résultats. Je ne tiens pas à ce que les magisters prennent connaissance de mon véritable niveau. Je suis incapable de l'évaluer avec exactitude mais après avoir côtoyé plusieurs membres de l'université lors d'expériences, j'ai pu remarquer un certain décalage selon les thématiques abordées.

Je n'ai pourtant pas l'impression de beaucoup travailler. Je vais à mon rythme, je me perds dans des expériences captivantes mais ô combien inutiles. C'est étrange.

Mais je ne reste jamais longtemps sur cette étrangeté de mon existence. Je préfère reléguer cette question au placard : il y a des choses plus passionnantes qui m'attendent.

Cette mélancolie ne me quitte pas. Et cela m’exaspère ! Je tourne en rond. J'ouvre mon placard, je secoue mes fioles. Je referme mon placard. Je change d'avis, je l'ouvre de nouveau. Finalement je sors de mon bureau avec deux fioles à la main. L'une contient un acide obtenu à partir de racines macérées ; l'autre fiole est remplie d'une huile essentielle de grains de bigaradier. Une substance aux propriétés apaisantes. Quelle ironie alors que je suis plus tendue qu'un arc !

Je n'aime pas avoir les mains vides.

Je ferme la porte de mon bureau à double tour et je fourre la petite clef au fond de la poche de ma robe. Il y a toujours des sachets d'herbe non conventionnelle dans mes tiroirs. Ils sont verrouillés eux aussi mais il vaut mieux prévenir que guérir. Un cas exceptionnel. La politique de l'Architectura Templi sur l'ingestion de substances hallucinogènes n'est pas claire. Le problème ne provient pas des plantes en elles-même mais des effets néfastes qu'elles ont sur l'être humain. Les meilleurs exemples se trouvent à l'Exodum. Souiller l'image de son université par un comportement défiant toute raison c'est vraiment particulier. Les mœurs ne sont pas souples pour tout le monde. Le domaine de l'herboristerie est traditionnellement réservé à La Première Université. Mais je suis là. Membre à temps plein de l'Architectura Templi. Moi et mes herbes. Moi et ma notion distordue du temps.

Cela dit je ne suis peut-être pas destinée à être membre du Temple encore longtemps : j'ai recraché deux fois plus de sang que d'habitude ce matin. Je ne veux pas aller voir un médecin car qui dit médecin qui aussi Exodum. Hors de question qu'ils posent leurs sales pattes sur moi.

Je fronce les sourcils en plein milieu du couloir. Mes fioles se balancent dangereusement au creux de mes mains.

J'entends une porte qui claque. C'est le petit escalier dérobé qui mène au sous-sol. Une bonne idée que j'adopte immédiatement. Moi aussi, je m'engouffre dans le raccourci, moi aussi je fais claquer la porte. Elle est lourde, les gongs sont abimés.

Je n'ai pas eu l'occasion de visiter cette partie du Temple. Il y a des endroits que je connais comme ma poche et d'autres qui ont cette charmante odeur de nouveauté. Il fait sombre, un éclat rougeoyant perce de temps en temps. Une odeur de suie. Des couloirs à en perdre la raison. Je reste dans l'allée principale, celle que l'on pourrait qualifier de plus éclairée et de moins étouffante.

Une paire de lunettes me fonce dessus. Nous évitons la collision de justesse, je lève précipitamment le bras pour ne rien renverser des fioles. Les manches amples de ma robe carmin accompagnent mon mouvement. Je dois avoir l'air d'un épouvantail distingué...

J'attends que mon interlocutrice s’écarte de quelques pas pour baisser à nouveau les bras dans une position plus conventionnelle.

« En tant que guide de bibliothèque je peux faire l'affaire. Attendez. Vous souhaitez vraiment visiter le sous-sol ? C'est fascinant. »

Comme je regrette de ne pas avoir mon carnet ! J'observe la jeune femme d'un air curieusement poli. Nous ne nous sommes même pas saluées mais ce n'est pas un problème pour moi. Je ne suis pas intégrée dans le grand monde, il n'y a que le résultat d'une expérience qui me tient à cœur. Hormis l'intérêt de l'expérience elle-même.

« Pour remonter ce n'est pas compliqué. Il suffit d'aller tout droit sur vingt mètres puis de faire trois pas sur la gauche, de pivoter le pied droit à cinquante degrés pour choisir le bon corridor et il ne reste plus qu'à monter. »

Par l'Ombre, d'où est-ce que je tiens cette explication tordue ?! J'ai tout à coup l'impression d'en savoir beaucoup plus que prévu à propos de ces sous-sols...

_________________
Disponibilités: seulement le week-end.



GALERIEBLOGPAGE FACEBOOKDEVIANTART

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi   Sam 22 Déc - 3:53

Anaya avait donc demandé l'aide à une jeune femme. La première impression d'Anaya n'était pas des plus flatteurs. Elle ne voyait là qu'une fille des temps passés avec sa tenue élégante et bouffante aux manches amples qui ne semblaient pas savoir qu'il existait des sacs ou des paniers de nos jours pour porter toutes ces fioles en sécurité.

La déclaration de cette dame étrange la perturba légèrement. Elle se déclarait guide de bibliothèque, c'était quoi comme fonction ce machin-là ? La bibliothèque est grande - elle en a un très bon souvenir - certes, mais a-t-on besoin d'un guide pour se déplacer d'étagère en étagère ? Se perdait-on donc souvent ?

- Ah ... euh ... sauf qu'on est pas à la bibliothèque ici. Enfin bref ! Ce n'est pas le plus important ! Je ne veux pas visiter les sous sols pour le moment, une autre peut-être mais là, Je dois juste remonter et retrouver un sorte de magistrat pour parler de mon intégration à l'université et, si je ne m'y rends pas vite, je vais être en retard. OR ! Je déteste être en retard !

Elle parlait d'un débit rapide avec de grands gestes comme pour illustrer chacun de ses propos. Pour remonter, elle indique le haut, pour le magistrat, elle fait des gestes larges pour marquer la position hiérarchique supérieure de cet homme ou encore pour insister sur le besoin de rapidité, elle faisait des gestes brusques et très vifs.

La dame comprit et lui fit une explication très précise qui surprit pas mal Anaya. Est-ce-qu'elle risquait de devenir une carte ambulante comme cette femme ? Est-ce-qu'elle allait juste trainer dans l'université toute sa vie et ne rien voir de l'extérieure ? Oui, parce qu'elle avait l'impression d'avoir une asociale solitaire en face d'elle qui ne sortait jamais et qui comptait chacun de ses pas dans ces rares lieux où elle mettait le pied.

- Donc .... 20 mètres puis 3 pas à gauche et pivoter à 50 degré avec le pied droit. Okay ! Merci !

A ces mots, elle effectue les 20 mètres, les 3 pas et bloque sur cette historie de pivotement. Tiens, fallait-il pivoter à gauche ou à droite ? Devant ce doute, elle rebrousse son chemin et fonce à nouveau vers la dame étrange.

- En fait, quand il faut pivoter ... c'est à droite ou à gauche ?


Impatiente, elle jetait un coup d'oeil sur sa montre. Il lui restait dix minutes en tout et pour tout avant son rendez-vous. Dix minutes seulement ... Il fallait aller vite. Il fallait se montrer efficace.

- Ecoutez, je vous aide à tenir vos fioles et vous me guider en moins de dix minutes à cet endroit.


Elle lui tendit un bout de papier où tous les renseignements étaient indiqués - nom prénom et l'emplacement du bureau du magistrat, sauf qu'il n'y avait pas de plan-.

- Dites moi que c'est possible ! Pitié !

Elle fit un signe, comme si elle priait, pour implorer l'indulgence de cette personne. Il fallait vraiment que quelqu'un accepte d'accorder un peu de son temps à Anaya.

- Vous allez m'aider n'est-ce-pas et ne pas me laisser seule ? Bien évidemment ! Allez, donnez-moi une partie de ces fioles-là, histoire que je vous allège, histoire qu'on aille plus vite ! De toute façon l'union fait la force ! Le saviez-vous ?

Sans attendre encore une fois, elle prit quelques fioles de cette femme et se mit à côté, à son niveau. Un sourire finit par apparaître sur ses lèvres. Naïvement, elle pensait que cette femme allait être aussi enthousiaste qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas

Intellectuelle

avatar

• Fiche : Une fiole dans chaque main
• Messages : 63
• Points d'Influence : 137
• Age : 26
• Esclave de : Ses expériences

MessageSujet: Re: Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi   Jeu 27 Déc - 10:24

Me prenait-elle pour une dégénérée au point de ne pas savoir que nous nous trouvions dans les sous-sols de l'Architectura Templi et non dans une vaste et magnifique bibliothèque ? Les bibliothèques sont facilement reconnaissables grâce à leur odeur. Vu la douce fragrance de souffre, de plomb et de renfermement qui flottait ici, il n'y avait aucune chance de confondre l'endroit avec une majestueuse bibliothèque !

« Ce souci de la ponctualité est admirable, je vous en félicite. »

Je passais sous silence le fait que j'arrivais souvent en retard. La jeune femme me prenait déjà pour une illuminée. Je ne tenais pas à en rajouter une couche. Son débit de paroles était affolant. Fuyait-elle quelque chose ? Avait-elle peur de la pénombre de ces sous-sols ? Ah non bien sûr. Elle l'avait dit : elle était pressée. Je ne savais si c'était une bonne chose de la part d'un membre de l'Architectura Templi. Certaines expériences exigeaient un certain doigté et un très haut degré de patience. Une petite erreur et tout explosait.

La jeune femme me remercia pour mon explication simple et concise, je l'observais s'éloigner d'un air poli. Je me demandais si elle allait parvenir à s'échapper de cette fournaise. Il fait sombre, les pierres se ressemblent toutes et nous n'avons pas la même pointure elle et moi. Invariablement, elle revient sur ses pas. Une chance qu'elle ne se soit pas perdue en route.

« Mon explication n'était pas très claire » m'enquis-je d'un ton inquiet ?

Elle était vraiment pressée. Elle m'arracha pratiquement l'une de mes fioles des mains – malheureuse, et les précautions élémentaires ! - et me fourra un petit papier entre les doigts. Je le dépliais avec patience car pour ce genre de trivialités il était impossible de me voir passionnée ou exaltée. Je déchiffrais le nom et le bureau d'un coup d'oeil.

« Ah, c'est donc là que vous voulez aller ! Mais c'est à l'autre bout du Temple... Et c'est un magister très à cheval sur ses rendez-vous. Cela va être dur... Êtes-vous prête à transpirer ? Je vais vous aider. Venez. »

Je ne pouvais raisonnablement pas laisser cette nouvelle dans le labyrinthe du sous-sol. Et puis je n'avais pas vraiment le choix : elle m'avait délesté de ma seconde fiole.

« Attention ! L'une des deux contient un produit très toxique, l'autre un relaxant... Et maintenant vous les avez mélangés, je ne sais plus laquelle contient quoi. »

Je lui repris poliment ce qui m'appartenait avec un vague sourire d'excuse. Elle n'était même pas membre de l'université, le règlement stipulait bien qu'il fallait éviter à tout prix de blesser un civil.

« Oui, je connais le proverbe mademoiselle... mademoiselle ? »

Je fis un petit geste de la main et commençais à marcher d'un pas cadencé jusqu'à la sortie. Tout droit sur vingt mètres, trois pas sur la gauche, pivoter à droite et monter.

Nous montions.

Sortir des sous-sols n'allait pas être le plus compliqué. Ce qui allait se passer à l'air libre était une autre paire de manches...

« Mais vous savez, je suis souvent toute seule! »

Ma phrase fut avalée par un vacarme effrayant. J'ouvris grand les yeux, comprenant ce qui allait arriver avant même que cela ne se produise.

Quelqu'un s'entraînait à la magie de la Terre là haut. Et ce quelqu'un avait eu la bonne idée de provoquer un éboulement juste dans notre petit couloir. Nous étions si proches de la sortie... Le sol trembla sous nos pieds. Je plaquais instinctivement mon interlocutrice contre le mur. Cela ne dura que quelques secondes et il y avait pas beaucoup de dégats à déclarer.

Il y avait juste une fissure en plein milieu du couloir. Une énorme fissure qu'il nous était impossible de franchir. A quelques pas de la porte.

J'avais serré à n'en plus finir l'une de mes fioles dans la panique. Elle explosa dans ma main, les morceaux de verre chatoyant comme de la poussière d'étoile. Je récoltais quelques coupures et un liquide tiède se déversa sur ma main. J'observais le phénomène avec curiosité. Je venais de briser quelle fiole ? Celle de l'acide toxique ou la décoction calmante ? Une douce odeur se répandit dans notre couloir.

C'était la décoction relaxante.

« Et bien et bien. Ils vont envoyer un Mage de la Terre pour réparer les dégâts. A moins que vous n'en soyez capable ? Sinon, il y a d'autres sorties. »

_________________
Disponibilités: seulement le week-end.



GALERIEBLOGPAGE FACEBOOKDEVIANTART

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une sourie brune qui courait dans l'Architectura Templi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jour 3 : Une sourie verte qui courrait dans l'herbe...
» Racisme dans WOW
» [RESOLUE]Importer des images dans Little Big Planet
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: District des Avancées :: Architectura Templi
-