Partagez | 
 

 Détendez-vous, c'est un ordre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mar 20 Nov - 10:40

Il attend. La journée a à peine commencé, l'air est frais et doux. Le soleil pointe légèrement au travers des nuages. Abel profite du silence qui règne dans la rue. C'est le matin mais l'homme avec qui il va passer la journée n'est pas du genre lève tard... Il n'est pas tellement du genre à dormir tout court, d'ailleurs. Il a dû s'habiller rapidement pour être là juste un poil en avance.

L'Ordre du jour ? divertir Al Van Koriolis, l'aider à se détendre et lui faire voir autre chose que son atelier. Cela fait déjà quelques temps qu'il le connaît maintenant. C'est un homme très occupé qui ne se laisse jamais un temps de répit, sauf si on l'y pousse. En dehors de son travail, il n'est pas trop du genre à prendre des initiatives ou à mener la danse. Il est plutôt... Perdu. Du coup, ça change Abel de l'habitude. La plupart des Maîtres qu'il a dû servir savaient exactement ce qu'ils voulaient. D'ailleurs, ils ne supportaient pas que lui, pauvre esclave insignifiant, puisse ne serait-ce qu'avoir une idée. Cela signifiait qu'il pensait un peu trop à leur goût et ils estimaient que c'était dangereux.

À bien y réfléchir, ils n'avaient peut-être pas tort. Cependant, ni Raphaël Di Angelo, ni Al van Koriolis ne s'en soucie. Tant mieux. Il se sent plus léger ainsi.

Bref, il a donc décidé, lui-même, d'inviter le Magister aux bains. Il en a déjà entendu parler mais il n'a pas pu y aller. Il paraît que ça détend particulièrement et que c'est très agréable. Cela changera les idées au Maître Van Koriolis. Après, il aura les idées plus claires pour son travail. Enfin, le Maître en question ne le sait pas encore mais il se fera un plaisir de le convaincre. À force, il est devenu une source de conseil pour le chercheur. C'est plutôt étrange que quelqu'un comme lui doive le conseiller ou lui apprendre des choses... Parfois, Abel croit qu'il a tellement voué sa vie à faire des machines qu'il en a oublié d'apprendre tout le reste.

Perdu dans ses pensées, appuyé contre le mur de planche claire de l'établissement, il ne voit pas tout de suite qu'Al est arrivé. Dès qu'il lève les yeux du sol et l'aperçoit enfin, il lui sourit. C'est presque un réflexe. Bien qu'il apprécie Al, la plupart des gestes et des expressions de courtoisie qu'il a sont... Mécaniques. Avec aisance, il se rapproche de lui et le salue.

« Bonjour, Maître Al. Je suis heureux que vous soyez venu. Vous allez voir, ce sera une matinée très agréable. Les vertus des bains chauffant sont indiscutables. » Il glisse sa main dans la sienne « Suivez-moi, c'est par là. Maître Raphaël a déjà réglé la note. Il tenait à vous offrir cette journée de détente ».

Il y a fort à parier qu'il sera déçu que Raphaël ne soit pas là. Il l'est toujours, un peu, semble t-il. Abel suppose qu'il ne peut pas le remplacer. Il pourra être gentil, agréable et baiser avec lui autant qu'il le souhaite, ça ne remplace pas un ami, ni un véritable amant. Au plus, il est une sorte de lot de consolation très joli. Ça ne le dérange pas. Il s'inquiète plutôt pour Al van Koriolis. Il ne tient pas à le blesser.

Enfin, quoiqu'il en soit, ce n'est pas l'ordre du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mar 20 Nov - 11:08

Maître... Drôle de titre. Al avait l'habitude, bien sûr. Les usages voulaient que même les gens plus puissants que lui s'adressent à lui de la sorte, par respect pour ses connaissances. Un titre comme un autre, comme tout autre appellation d'un métier précis. L'ingénieur n'en était pas plus fier qu'un fabriquant de pain se faisant appeler "boulanger". Après tout, la langue n'était qu'un système de sons et de symboles auxquels on a attribué des significations...

Cela dit, aujourd'hui encore, il allait se faire appeler de la sorte par quelqu'un qui appelait ainsi son propriétaire et, par extension, son ami et amant. Abel... Un garçon magnifique, curieux, serviable, gentil, dévoué. Le jeune van Koriolis en appréciait la compagnie. Il l'appréciait beaucoup. Le connaissant par coeur, Raphaël choisit l'esclave pour satisfaire à tous les critères indispensables pour cela. Al ne se rendit pas compte qu'Abel était plus sien qu'à son ami. Mais pourtant, le petit blond semblait avoir été conçu pour lui. Débrouillard, beau, à l'esprit curieux, à l'aise en présence de gens... doté de pieds sublimes. Le peintre, son maître, lui demandait même de se vernir les ongles des pieds, parfois, ce qui laissait l'ingénieur sans défense. Allez comprendre les préférences des scientifiques détachés du monde réel.

Al, habillé sans grand soin de ses vêtements de travail mais dépourvu de ses outils, entra dans le hall d'accueil des bains du District Tchï. Abel lui y avait donné rendez-vous... Certes, l'ingénieur connaissait l'endroit, mais ne percevait pas l'intérêt de venir se laver en commun. Après tout, ne pouvaient-ils pas le faire sous la douche de ses appartements ? L'eau y était chaude et les produits de bain garantissaient un nettoyage adéquat. L'aspect pratique lui échappait, mais il était venu.

- Sous le ciel et sous le soleil, Abel...

C'était bien ça la formule ? Al hésita à quelques pas de l'esclave, se perdant dans ses pensées. Ah, qu'importe. Il constata, certes, que Raphaël n'était pas là. Il sourit néanmoins à l'esclave d'un sourire maladroit, mais sincère. Abel était un bon garçon. Di Angelo n'en avait pas besoin très souvent, alors le géno passait du temps à Architectura Templi à faire la conversation à Al ou à lui offrir ses charmes. Lui, et son maître, étaient les seules personnes pouvant se le permettre, tout autre intrus dans l'atelier van Koriolis était moins bien accueilli.

L'expression du rouquin se transforma en moue boudeuse, caractéristique du personnage, lorsqu'il entendit que Raphaël avait pensé à payer à l'avance... Al n'appréciait pas vraiment que son ami, fortuné, dépense autant d'argent pour lui. Certes, l'ingénieur noyait la majeure partie de ses revenus dans son projet personnel... Mais il avait le sentiment que c'était à lui, et à lui seul, de le faire. Raphaël n'avait pas le droit de donner de lui donner de l'argent de la sorte. Alors, il lui faisait des cadeaux dans ce genre. Le regard, gêné, du roux fuit vers le côté, quelque part au sol. Il n'allait pas râler longtemps, mais il soupira quand même, faisant comprendre sa gêne et son mécontentement.

- Je ne comprends pas pourquoi nous devrions nous laver et faire payer Raphaël... Ne puis-je pas me laver chez moi ?

La seule fois, où il était venu ici, il y était venu seul. Aucune détente, douze minutes de présence, montre en main. Al se lava, décréta qu'il n'y avait rien d'intéressant et partit, une fois bien rhabillé. C'est donc les mains dans les poches, et encore mécontent, qu'il suivit l'esclave. Après tout, c'est bien le blond qui s'y connaissait mieux en bizarreries sociales. Peut-être était-ce indispensable pour un quelconque signe d'amitié ?

Ils se dévêtirent, avant de prendre place dans un bassin à l'écart, caché par un lourd rideau. Bien sûr, Raphaël n'a pas hésité à mettre quelques pièces en plus dans l'affaire... Al secoua la tête, assis comme un enfant dans une classe de cours. Attentif aux explications qu'on allait lui fournir de ce plaisir et de cette détente dont il ignorait apparemment l'existence.

- Dis-moi, Abel. Est-ce que Raphaël va bien ?

Demanda-t-il car la santé et le bien-être de son ami l'intéressaient vraiment. Il allait toujours bien, à en croire les réponses habituelles de l'esclave (et les siennes aussi). Mais bien des paramètres pouvaient changer entre chaque prise de nouvelles ce qui impliquait la nécessitait de la question. Il fallait la poser. Puis, c'était aussi le genre de choses que les amis font...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mar 20 Nov - 11:57

Al était mal à l'aise, comme à son habitude. Il avait toujours du mal à percevoir en quoi le simple plaisir des choses pouvait être une fin en soi. Il était donc de son devoir de lui dévoiler le pourquoi des choses, de lui montrer la complexité des interactions sociales et du plaisir, même lorsque la complexité n'existait pas. C'était un mal nécessaire car van Koriolis avait la fâcheuse tendance à prendre tout au premier degré.

Traînant les pieds derrière lui, il remarqua sa gène lorsqu'il fit mention du payement... Il n'aurait peut-être pas dû le dire... Quoique, cela aurait pu être plus embarrassant si c'est un employé qui l'avait noté. Tout en se dirigeant vers les vestiaires, il prit le temps de lui répondre, avec calme.

« Il y a une différence entre prendre un bain pour se laver et prendre un bain pour se détendre. On peut faire les deux ensemble mais, au vu de ce que vous me dites, vous n'avez jamais pris le temps de vivre la seconde option. Vous verrez que cela n'aura pas été une perte de temps, Maître Al. »

Il lui sourit à nouveau, tout en commençant à se déshabiller. C'est vite fait. Il plie ses vêtements et le range dans le petit casier prévu à cet effet avant de suivre son Maître informel dans le bain qui leur a été réservé, à l'écart. Il plonge dans l'eau avec délectation. Ses muscles se détendent et il s'assit alors face à Koriolis. Leurs jambes se touchent, dans ce petit bassin.

« Pour ce qui est du payement... Je suppose que Maître Raphaël ne tenait pas à vous faire payer ma place, ni à vous obliger à payer pour quelque chose qui vous semble inutile aux premiers abords. »

Il arbore un air boudeur qui est plus là pour la forme que par réel mauvaise humeur. Abel le suppose, en tout cas. Se laissant aller, il pose sa main blanche sur le genou du Magister et pose son regard sur lui. Il lui pose une question, histoire d'engager la conversation. Ça, c'est bien.

« Raphaël va bien. Il a reçu de nouvelles commandes, dont une pour le gouverneur de Gells. Une grande pièce. Je pressent de longue nuit blanche en perspective pour lui. J'aimerais pouvoir l'aider mais je crains de ne pas avoir la fibre artistique. Il a tenu à me faire essayer mais je n'ai vraiment pas l'oeil pour les perspectives. » Il rit, un peu, tout en continuant à observer van Koriolis.

« Est-ce que vous sentez la chaleur qui détend vos muscles ? L'eau qui vient soutenir votre corps?Si ce n'est pas le cas, relâchez la pression. Laissez-vous aller. Nous n'avons pas de rendez-vous urgent... Nous avons tout notre temps... Et on ne vas pas se laver tout de suite. Ce n'est pas une priorité. »

Tout en parlant, ses mains glissent sur les pieds du Maître et les massent doucement. Il attend une réaction de sa part, avant de décider de la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mar 20 Nov - 18:50

Comment le petit blond faisait-il pour parler autant ? C'en était presque incroyable. En plus, quand il énonçait une idée, elle sonnait toujours si juste. Al savait très bien dire la vérité, l'exposer clairement et rapidement. Abel avait le don de convaincre. D'ailleurs sa justification du fait que cette matinée se passe aux frais de son ami passa assez bien. L'ingénieur pencha brièvement la tête sur le côté, avant de répondre, persuadé du bien-fondé de l'idée du peintre.

- Oui... Je suppose que c'est parce que Tu es son esclave.

Al en parlait toujours sans aucune gêne. La condition d'Abel était évidente, inutile de la cacher ou de prétendre que les choses étaient autres que ce qu'elles n'étaient. D'autant plus que van Koriolis ne s'en formalisait pas. Certains maîtres (même informels) pouvaient vouloir rabaisser un esclave à tout prix. Lui, se laissait porter, appréciant sa présence et ses paroles. Même s'il avait haussé les épaules, continuant de croire que le bain ne servait qu'à entretenir son hygiène corporelle et rien d'autre...

L'imagination, riche mais limitée à certains domaines seulement, d'Al l'empêcha de rire avec Abel. Il ne trouva rien de drôle au manque de talent de son interlocuteur. Cela arrivait, tout le monde ne pouvait pas tout faire. C'était évident. D'ailleurs, il se demanda pourquoi Raphaël avait acquis un esclave qui n'avait pas de talent... Peut-être devait-il juste l'assister ? Oui, cela semblait être une explication valable.

Il lui fallut reconnaître que les promesses d'Abel n'étaient pas sans fondement. L'esclave, installé en face de lui, rendait le bain très agréable. S'asseoir dans l'eau et ne rien faire sembla être une perte de temps impardonnable pour le jeune Magister. Il regarda autour de lui, comme à la recherche de quelqu'un qui viendrait se moquer de lui et de son manque d'activité. On aurait pu penser aussi qu'il cherchait du regard une machine à réparer ou quelque chose d'autre à faire pour se rendre utile. Une pensée lui traversa l'esprit, sur la rentabilisation de ce temps et, sans s'en rendre vraiment compte, il l'a laissa s'échapper de ses lèvres.

- J'aurais dû prendre un livre avec moi.

Ca, ça aurait de suite rendu les choses plus valables. Mais il ne put développer, ni râler plus longtemps. Abel lui répondit, il hocha la tête. Le travail était une excuse qui marchait à tout coup avec lui, lui-même l'utilisant sans cesse. Avoir beaucoup de travail était une bonne chose, même si Raphaël allait tout faire à la dernière minute, comme toujours. Al se détendit, se répétant que le nettoyage n'était pas une priorité. Il se laissa aller définitivement, au moment où Abel attaqua son point faible. Le Magister le laissa se masser les pieds et se détendit vraiment, petit à petit, laissa échapper un soupir d'aise involontaire. Rien à faire, cette partie du corps était si sensible chez lui.

Al glissa sa main dans l'eau pour caresser l'un des pieds doux de l'esclave. Un esclave qui, comme dit plus haut, fut choisi pour lui plaire : ses pieds étaient délicieux et leur simple contact rendait l'ingénieur quasi-euphorique. Ou en tout cas lui faisait oublier son travail. Abel le savait et s'en servait régulièrement, venant chez lui en sandales ou se déchaussant simplement à l'entrée de son atelier. Raphaël était un vil manipulateur et n'hésita pas à prévenir son serviteur, avant même sa toute première visite chez van Koriolis. Al s'appuya un peu plus contre le bord et se relâcha davantage, sans interrompre le contact avec Abel.

- C'est bien... Je suis content que Raphaël travaille. Mhmmm... Continue, Abel.

Al vit ses lunettes se recouvrir de buée et ferma les yeux, profitant de l'instant. Néanmoins, il restait aux aguets d'un évènement quelconque qui pourrait le ramener vers sa réalité faite de lois physiques et de nécessités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mer 21 Nov - 11:00

Petit à petit, le Magister se détendit, se laissant aller. Il ne le sentait pas encore entièrement convaincu mais ils étaient sur la bonne voie. Il pouvait toujours arguer que ce qui le détendait, c'était le massage et non pas le bain. Il fallait qu'il comprenne que pour mieux réfléchir, il devait réussir à se détendre et à libérer son esprit, par moment.

« Si vous aviez pris un livre, vous ne pourriez pas discuter avec moi... Et puis, il risquerait de s’abîmer avec l'eau ou les vapeurs chaudes. Ce serait dommage de gâcher l'un de vos précieux ouvrages. »

Il délaisse les pieds de van Koriolis et le regarde avec plus d'attention. Malgré son air sérieux et gêné, on peut dire qu'il a un certain charme. Ses traits ne sont pas désagréables mes sa conversation purement théorique et pratique laisse de marbre. Il pourrait certainement s'attirer quelques partisans, s'il prenait le temps d'apprendre à être plus détendu. Il découvrirait vite que le temps passé à s'amuser ou à discuter de manière « futile » peut, en vérité, s’avérer utile. Lui ne le sait que trop bien. On l'a déjà utilisé par le passé à ce genre de fins. Il sait comment ce monde fonctionne. Raphaël ne l'a jamais dit explicitement mais... Abel suppose qu'il voudrait que Al se fasse des connaissances, qu'il ait plus de chance avec ses demandes de subsides. Bien entendu, simplement l'aider à financer son projet ne peut pas suffire. Van Koriolis ne l'accepterait jamais. Donc, soit il doit apprendre, soit c'est lui, Abel, qui doit l'aider. Ca le botte. De toute façon, il n'a rien de mieux à faire de sa vie. Il n'a pas de famille, ni avenir particulier... Autant aider son Maître, non ?

« Vous savez... Mon Maître Raphaël aime beaucoup ce genre de détente. C'est pour ça qu'il l'a proposé. J'ose donc supposer que lorsqu'il sera plus libre, il serait certainement heureux de pouvoir se détendre... Et si il peut le faire avec un Ami, ce sera encore mieux. Vous pourriez l'inviter ici. Cela vous permettrait de lui renvoyer l'élévateur et de passer du temps ensemble. »

Il laisse ses paroles en suspens, pour leur laisser le temps de bien s'imprégner dans l'esprit du Magister, qu'il puisse suivre son cheminement de pensée.

« Cependant, pour se faire, il faudrait que vous puissiez apprécier vous-même les plaisirs d'un bain chaud, en compagnie d'un ami proche. Je n'en suis pas exactement un mais, je peux vous montrer ce que je sais et ce que l'on peut faire, autre que seulement se laver. Cela vous intéresse t-il ? »

Après ce flot de parole, il se laisse glisser un peu plus dans l'eau, prenant encore un peu plus de place dans le bassin. L'eau le recouvre presque entièrement. Il a l'impression d'être dans un cocon. Les muscles de son visage se détendent pour laisser place à une expression béate. Ça lui rappelle presque Exodum. Mhmm... Étrange comme pensée. Est-ce qu'Exodum était doux et agréable ? Il lui semble que non... Et oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mer 21 Nov - 11:48

Rien à dire : Abel savait parler. Mieux encore, il savait parler à Al van Koriolis. Ses remarques, ô combien techniques, concernant un livre ici, semblait parfaitement fondée. L'esprit pratique du Magister travailla brièvement dessus et conclut qu'il s'agissait là de facteurs importants. Un livre pouvait très bien s'abîmer ici. Le binoclard hocha la tête, inconscient, depuis toujours, du fait que ses traits pouvaient être agréables à voir. Raphaël lui disait qu'il devrait le peindre, un jour, mais il prenait ça plutôt pour un gentil mensonge, destiné à faire plaisir. Il semblerait finalement que non... Enfin, il ne s'en préoccupait pas.

Ensuite, vient une explication de ce que le Magister avait tendance d'appeler "un stratagème social". Ou quelque chose comme ça. Abel lui expliquait, en fait, comment se comporter pour faire plaisir, bien que cela ne coule pas de source. Interrogé, il ne dirait pas qu'il faut rendre, pièce de cuivre pour pièce de cuivre, ce que l'on reçoit des amis. Mais il faut préserver un équilibre, faire quelque chose pour eux. Al ne s'en sortait qu'au lit, éventuellement. Dans la vie de tous les jours, c'était la maladresse incarnée, animée par de la bonne volonté ou des reproches enfantins. Encore une fois, Raphaël le trouvait mignon, lorsqu'il râlait.

- Je vois... C'est vrai que j'aimerai lui faire plaisir.

Non, Abel n'était pas exactement un ami. Mais il comptait parmi les rares personnes pouvant venir déranger le Magister à n'importe quel moment. Il l'appréciait et il était très aimable avec lui. Il ressemblait fort à Raphaël, sous certains points de vue. Beau, à l'aise, blond,... Leurs avis étaient souvent similaires. Et il ne se moquait jamais du travail de l'ingénieur, comme le faisaient souvent ses collègues. Il le soutenait. Pour cela, le bel esclave avait toute la reconnaissance du jeune scientifique timide.

Curieux, Al fronça les sourcils et enleva ses lunettes pour les poser à côté de lui, sur le bord du bain. Désormais, il voyait très flou à longue distance. Ca tombait bien, le rideau l'empêchait de voir quoique ce soit d'éloigné.

- Donc, maintenant, nous restons assis ici, sans rien faire d'autre que parler ?

C'était toujours une façon, inconsciente, de relancer la conversation. Demander que faire, entraînait toujours des explications. Raphaël riait souvent et le prenait sous le bras, avant de lui expliquer. Abel était moins exubérant, mais non moins utile pour les questions d'ordre social. L'esclave semblait prendre son pied, dans l'eau chaude, ne laissant voir distinctement que sa tête. Et, en parlant de pieds, Al continuer à masser le sien, sans vraiment y faire attention. Il s'en délectait, laissant son fétichisme conduire ses mains. Sa bouche n'allait pas se joindre de suite aux réjouissances. Sous l'eau, l'intérêt était moindre.

Une constatation, ridicule vue de l'extérieur, franchit les lèvres du Magister.

- Tu es beau, Abel. - S'en suivit rapidement une question, tombée de nulle part, dans la tête du roux. - Crois-Tu qu'inviter Raphaël au restaurant serait aussi une bonne idée ? Ce n'est pas trop inutile ?

Encore une fois, même si les restaurateurs préparaient d'excellents plats, Al ne comprenait pas toujours ce genre de plaisirs. Manger, il le fallait pour vivre, comme il fallait mettre du charbon dans une fournaise pour qu'elle brûle. Mais sortir et payer bien cher sa nourriture, juste parce que l'on vous la sert à table ? A Architectura Templi, un Magister mangeait gratuitement. Et ce n'était pas mauvais... Alors pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Jeu 22 Nov - 3:17

Encore une fois, le Magister l'avait rejoint dans son idée. Il avait réussi à cerner assez vite la manière dont il fonctionnait et ainsi la manière par laquelle il fallait s'adresser à lui et argumenter. S'en tenir à des faits, du matériel et du technique. Les arguments basés sur les sentiments et le plaisir passaient beaucoup plus difficilement. Il était pourtant tout à fait apte à en ressentir et a en donner, comme en cet instant, alors qu'il lui massait les pieds. Sa première question le fit sourire.

"Nous pouvons discuter de tout et de rien, comme nous aurions une discussion dans votre atelier, sauf que nous sommes dans un endroit beaucoup plus agréable et plus intime. Par exemple, vous n'inviterez pas une simple connaissance ici, encore moins pour parler de banalités. C'est plutôt le genre d'endroit ou on vient avec un Ami, un amant ou bien un futur collaborateur." Il soupire et se rapproche, afin de s'assoir à côté de lui. " Bien sur, vous pouvez faire plus que parler, tout comme vous pouvez faire plus que dormir dans un lit. Certains nobles sont très friands de ce genre d'endroit pour faire plus ample connaissance avec leurs pairs."

Il joint le geste à la parole et pose sa main sur sa cuisse avec indolence. Son geste s'arrête la, cependant, surpris par la remarque du Magister. On lui avait souvent dit mais ces mots sonnaient creux depuis longtemps. Malgré tout, il sourit encore une fois a la remarque de van Koriolis. Il ne peut pas savoir... Et cette remarque est sans nul doute sincère. Il aime bien cet homme. Il est très différent des gens qu'il a eut l'habitude de côtoyer. Cependant, Abel ne s'appesantit pas sur le sujet, Koriolis a une autre question, plutôt judicieuse.

"Oui, c'est une très bonne idée. Il n'y a rien de mieux que pouvoir savourer un bon repas avec une ou des personnes que l'on apprécie. Il y a une grande quantité de restaurant dans la capitale, vous aurez l'embarras du choix. Cependant, je ne pourrais pas vous conseiller, je ne suis pas à la capitale depuis assez longtemps que pour bien les connaître. "

L'ingénieur reste songeur quant à l'idée qu'il vient lui même d'énoncer.

"Encore une fois, tout comme on peut prendre un bain pour le simple plaisir, on peut également manger dans ce but. Se nourrir est primordial mais vous verrez vite qu'il y a de grandes différences de qualités d'un restaurateur à l'autre.... Il y a forcément des choses que vous préférez manger que d'autres, non ?"

Sa main est toujours posée sur sa cuisse. Il attend une réponse. À l'idée qu'il va sûrement initier ce Maître au plaisir du bain à deux, il sent une nouvelle chaleur monter en lui. Du désir. Il n'a pas l'intention de lui sauter dessus sans prévenir. Il reste un esclave, mais il n'attend qu'une invitation pour le faire. Au final, certains gestes seront bien plus parlant qu'une poignée de mots pauvres en signification. Extérieurement, le blond à l'air presque calme et détendu, presque.

(Désole s'il y a des fautes, j'ai écrit via la tablette ._.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Jeu 22 Nov - 8:56

- Aha.

Al hocha la tête, signifiant qu'il comprenait. En effet, exposés aussi clairement, les mécanismes de fonctionnement de la société étaient plus clairs. Il se demanda seulement si son atelier n'était pas agréable pour Abel, mais il finit par s'avouer qu'effectivement, le bain était très agréable. Et certainement plus chaud. Le métal froid de l'espace de travail ne s'échauffait que parfois, lorsque certains conduits cuivrés véhiculaient de l'eau chaude ou de la vapeur sous pression, venus des tréfonds de l'Université pour alimenter l'un ou l'autre circuit.

Les pieds de l'esclave échappent à la portée des mains du Magister, alors que le blond s'installe à ses côtés. Le roux regrette cette absence, bien sûr, mais écoute attentivement la suite des explications. Ainsi... Il ne fallait pas inviter n'importe qui ici... A l'avenir, Al se dit qu'il lui faudrait poser la question, avant de faire une bêtise. Hum... Le fait que les nobles aiment l'endroit ne l'étonnait guère. Ils étaient les détenteurs des plus grandes réserves de temps libre consacré à l’oisiveté de tout l'Empire. Abel a bien précisé qu'ils aimaient venir ici entre eux, avec leurs pairs...

- Donc, je ne devrais pas inviter de noble ici ?

Magister ou non, Al n'en était pas plus qu'un roturier très bien éduqué et un magicien puissant. Il posait des questions, voulant apprendre, comprendre et découvrir. En conséquence, il voulait aussi éviter les bourdes qui lui arrivaient encore trop souvent à son goût. La main d'Abel sur sa cuisse le pousse à baisser les yeux et à tourner la tête dans le sens opposé. Sans être un étranger des choses charnelles (vous pensez bien que Raphaël s'est chargé de cela il y a longtemps), il n'en demeurait pas moins maladroit et quelque peu prude, dans ses hésitations à adopter tel ou tel comportement, vis à vis du plaisir physique. Son membre parla pour lui, trahissant un début d'érection. Enfin, la curiosité d'abord.

- Oui... Je crois que je devrais aller tester un échantillon de restaurants pour choisir celui qui me convient le mieux. Tu viendrais avec moi pour m'aider à choisir ce qui plairait à Raphaël ?

Ce serait une bonne idée d'aller avec Abel au restaurant. Si Al avait effectivement ses aliments préférés, il pensait surtout à travailler et prenait mieux soin de ses tuyaux et câbles que de son système digestif ou de ses papilles gustatives. Il posa, lui aussi, sa main sur la cuisse d'Abel et se pencha vers lui, le regardant timidement dans les yeux. Même sans ses lunettes, il voyait très bien les traits de l'esclave, perfectionnés par les scientifiques d'Exodum qui prirent soin de chaque détail de sa petite, et délicieuse, personne.

Il l'embrassa, longuement, laissant leurs langues se caresser, dans un baiser intuitif. Ces choses ne pouvaient rien avoir de mécanique, de prévisible, de sûr. Mais cela ne gênait pas Al, à partir du moment où il cessait d'y penser et qu'il se laissait aller. Humain, malgré son caractère, lui aussi pouvait s'abandonner au plaisir.

- Abel, Tu veux bien me masser le dos ?

Le géno, doté d'ongles relativement longs pour un homme, était le seul capable à produire des sensations aussi relaxantes dans les muscles toujours tendus de l'ingénieur. Ce dernier passait la majeure partie de son temps penché, crispé, stressé, concentré. Il n'avait que peu d'occasions pour se détendre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Sam 24 Nov - 1:40

La première question de Al le pris un peu au dépourvu. Il réfléchit un instant avant de répondre, cherchant ses mots et fouillant ses souvenirs. Il en oublie presque son désir. Il ne veut pas se tromper, la honte se répercuterait sur van Koriolis et cela irait à l'encontre des ordres données par Raphaël. Après quelques instants, il répond enfin, passant sa main dans ses cheveux presque blanc.

« Vu votre statut de Magister... Si vous vous faites un ami noble, vous pourriez. Les nobles aiment être entourés de gens intéressant, intelligent, beau et/ou influent. On peut dire que vous réunissez ce genre de qualité, cela est donc faisable. La seule chose qui vous manque, c'est de la confiance. Vous avez tendance à rabaisser vos propres mérites, c'est dommage. »

Oui, s'il y a bien une chose que ce magister ne sait pas faire, c'est se mettre en valeur. Il possède de nombreuses qualités, quoi qu'il en pense mais les rabaisse lui-même, faisant passer ses recherches pour des broutilles ou ses capacités intellectuelles comme d'une normalité affligeante dont serait pourvu toute personne normale. Les nobles n’hésitent pas à faire étalage de la moindre de leur prouesse, alors pourquoi Al van Koriolis ne se le permettrait pas un peu ?

À sa demande, pour les restaurants, il répondit par l'affirmative. Il n'avait pas vraiment besoin de son accord. Ce qu'il voulait, il le ferait tout simplement. Cependant, il ne le fit par remarquer. Van Koriolis ne le traitait pas exactement comme un esclave et il n'allait pas le pousser dans cette voie, cette situation lui plaisait. Ses pensées s'arrêtèrent là. Al venait de l'embrasser.

Instinctivement, il répondit au baiser, ses mains se posant fermement sur les hanches de l'ingénieur. Il le plaqua un peu plus contre son propre corps, voulant prolonger le baiser. Il avait envie de lui, pas de doute. Si ça ne tenait qu'à lui, il se passerait certainement de massage... Cependant, ce n'est pas l'attitude à adopter. Il planta son regard dans celui de van Koriolis et laissa un petit blanc s'installer, avant de répondre.

« Bien sûr... Je vais faire ça. Retournez-vous. »

Il se glisse derrière lui et son souffle vient caresser la nuque du Maître. Il se contente de poser ses mains sur son dos et commence à lui masser les épaules, ses doigts décrivant de petits cercles. Il sent qu'il se détend au fur et à mesure de ses mouvements. Abel en profite pour se placer un peu plus confortablement derrière van Koriolis et, par la même occasion, se colle un peu plus contre lui. Ses mains blanches glissent vers l'avant et se posent sur le ventre de l'ingénieur. Il ne va pas plus loin, il préfère qu'il lui demande.

«Vous désirez être encore massé, Maître van Koriolis ? »

Sa tête est posée sur son épaule, ses jambes sont mêlées aux siennes, laissant ses pieds à porté de main. Il est certain qu'il peut sentir son érection pointé dans son dos. Il reste cependant... Maître de lui-même. Ce ne serait pas le cas si on ne l'avait pas conditionné à être aussi obéissant. Malgré tout, il doute que le Magister lui demande encore un massage. En même temps, c'était le but de la manœuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Sam 24 Nov - 10:52

Al se contenta de secouer la tête, levant les yeux au ciel. Abel lui parlait, encore, de sa condition de roturier-Magister. L'ingénieur avait beaucoup de mal avec les règles informelles régissant la société. S'il se savait à l'abri de toute autre autorité que celle du Collège d'Architectura Templi, ce qui le plaçait à côté de certains d'autres citoyens, il ne se considérait pas comme l'égal d'un noble... Cela dit, il savait aussi que les aristocrates adoraient inviter des scientifiques ou des artistes pour les divertir. Encore une fois, le roux n'aimait pas ces principes que personne n'a jamais pris la peine de mettre par écrit.

Difficile à s'y retrouver, savoir ce qui est bon... Avec qui être amis et devant qui s'incliner. Qui regarder de haut ? Al ne regardait personne de haut. Au mieux, il ignorait les gens. S'il n'avait rien à dire, il ne disait rien. Là non plus, il ne dit rien. Il se contente d'obéir à la demande d'Abel et se retourne, baissant la tête pour découvrir sa nuque et le reste de son dos aux mains expertes de l'esclave. Le blond fait danser ses doigts sur sa peau, détendant ses muscles. Le travail, toujours le travail. Pas le temps de se détendre. Sans Abel, Al van Koriolis aurait sans doute souvent des courbatures et autres torticolis. Heureusement, son ami, Raphaël Di Angelo a pensé à tout... Al ne se doutait pas qu'on puisse acheter un esclave pour qu'il serve quelqu'un d'autre. Alors, il a dû poser la question rituelle de toutes leurs rencontres.

- Et Raphaël, n'a-t-il pas besoin de Toi, maintenant ? Enfin, j'imagine que s'il nous a réservé ce bain...

Al baissa la tête, pensif. Oui, la question n'avait que peu de sens. Si Abel était là, c'est que Raphaël n'avait pas besoin de ses services. A vrai dire, le Magister trouvait que son ami n'avait que peu besoin de son serviteur... Enfin, Raphaël avait beaucoup de serviteurs, domestiques et autres valets. Al s'interrogeait parfois sur le pourquoi d'un achat extravagant. Cela dit... Raphaël faisait beaucoup de choses plus qu'inutiles, pour son simple plaisir, pour ses caprices de grand enfant. Alors l'ingénieur finissait par penser à autre chose...

Surtout qu'Abel était en train d'en prendre très bien soin... Il avait été conçu à Exodum pour plaire, pour divertir. Même si la Science de l'Université de la Vie avait un degré de fiabilité assez réduit, aux yeux de l'extérieur, il fallait avouer que le blond était... parfait. Al n'était pas entièrement conscient de la manipulation qui se passait là, dans son dos. Littéralement. Abel attisait son désire qui s'enflammait entre ses mains (et ses pieds) comme traité au lance-flammes. Le rouquin soupirait et gémissait doucement, murmurant parfois le prénom de son interlocuteur. Ses mains reviennent jouer avec les pieds d'Abel, alors que les mains de l'esclave jouaient de son corps, plus pâle et plus frêle. Le plaisir grandissant ne pouvait conduire qu'à une seule réponse, prévisible, et prévue d'avance.

- N... Non, Abel. Je veux...

Sa voix meurt dans sa bouche, étouffée par un nouveau baiser que l'ingénieur initie encore une fois. Dans l'eau, leurs corps glissent aisément, l'un contre l'autre. Al finit donc se désintéresser des pieds d'Abel (et à ses ongles vernis, caprice de Raphaël et excitation de son ami). Il les préférait parfaitement secs, la texture de la peau de ses plantes étant un délice fascinant. Mais il put donc se tourner aisément vers Abel. Il se blottit contre lui, glissant sa langue dans le cou du blond. Il finit par le mordiller, savant pertinemment qu'il le trouverait agréable. Al retenait tout ce qu'on lui apprenait, dans sa volonté maladroite de s'améliorer. Quelques légères morsures et caresses plus tard, Al répondit correctement :

- Non, Abel... Je te veux, Toi. Viens... Je veux que nous ayons du plaisir tous les deux... Maintenant.

Oui, c'est de cette façon qu'Al van Koriolis parlait de sexe. Et il était certain qu'Abel allait le comprendre sans mal. Il le faisait toujours. Le garçon savait toujours ce qu'il fallait faire, que dire, à qui et à quel moment. Raphaël l'avait si bien choisi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Dim 25 Nov - 9:48

La question, presque rituelle, est enfin posée. Al van Koriolis le questionne toujours à propos de ce point. Bien sûr que Raphaël n'a pas besoin de lui.... Enfin, pas comme on aurait besoin d'un esclave , habituellement. L'artiste n'a ni besoin de faveurs sexuelles (il sait très bien amener qui il veut dans son lit), ni de sa force physique. A la rigueur, il aime bien sa conversation. Mais l'unique raison pour laquelle il l'a acheté... C'est pour faire plaisir à son ami, l'ingénieur. Pour le protéger de la haute société et de ses règles si informelles. Parce que van Koriolis ne peut pas réussir son entreprise s'il ne devient pas plus populaire. Sans alliés, il finira par échouer comme ses ancêtres. Ce n'est pas le talent qui lui manque, loin de là. C'est quelqu'un de brillant, mais pas en société. Ainsi donc, Abel prépare sa réponse, laissant se dessiner sur son visage ce même air contrit que d'habitude, même si Al est incapable de le voir pour le moment.

« Non, pas tellement. Je pense qu'il a besoin de calme. Il a besoin de réfléchir avant de se lancer sur la toile... Et je ne le suis d'aucune aide pour ça. Je suppose qu'il s'est dit que je vous serais plus utile qu'à lui, pour cette journée. »

Il est presque certain que le roux a à peine entendu sa réponse... Son esprit est déjà bien plus afféré à d'autres choses, comme ses pieds qu'il s'empresse de toucher à nouveau. Placé comme l'est Abel, il peut aisément admirer tout le spectacle et entendre le moindre gémissement du libre. Son sexe pointe légèrement hors de l'eau. La supplique de van Koriolis est un délice à ses oreilles.

Malgré son propre désir, il a décidé de prendre son temps. Sa main remonte lentement jusqu'à sa gorge et l'oblige à relever la tête tandis qu'il mordille son oreille, lui soufflant quelques mots.

« Bien sûr, Maitre van Koriolis... Si tel est votre désir. »

Ou le mien. Ou le nôtre. Ça n'a plus tellement d'importance maintenant. Abel va se faire une joie de lui montrer qu'un bain peut-être terriblement agréable. Bien plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. Avec fermeté, il oblige van Koriolis à prendre appui sur le rebord du bassin. Il a très envie de le prendre, là, maintenant. Leur corps sont pressés l'un contre l'autre. Il fait chaud, trop chaud. Sans plus penser à rien d'autre qu'à lui même, il le pénètre. Son cœur cogne dans sa poitrine, sa main vient chercher un appui sur le rebord glissant tandis que l'autre caresse le corps de son Maitre. Combien de fois s'est-il trouvé dans cette position, à la place de van Koriolis ? Il ne sait plus... Mais ça n'a plus d'importance. Pas pour le moment.

Il perd la notion du temps si bien que lorsqu'il a enfin fini, et qu'il se retire, il ne pourrait dire combien de temps ils ont pris. Il se sent... Bien. Il aimerait savoir si c'est une vraie sensation ou simplement le conditionnement qui le pousse à ce constat. Difficile à dire. Parfois, il se sent maitre de sa propre vie... Il se sent presque libre... Et puis, il sent que quelque chose cloche. Extérieurement, il arbore une mine soucieuse, les yeux dans le vague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Lun 26 Nov - 3:34

C'était compréhensible. Raphaël était un créateur, au même titre que de nombreux scientifiques. Et eux aussi avaient besoin de se concentrer, dans la solitude, et penser à leurs oeuvres, méditer la suite de la marche à suivre. Al pouvait comprendre cela, ainsi, cette explication était convaincante pour lui.

D'ailleurs, il n'était pas difficile, en ce moment, de le convaincre de quoique ce soit. Il se laissait volontiers aller aux mains expertes d'Abel qui l'avait si vite et si habilement poussé vers les plaisirs de la chair, irrésistibles. Même l'ingénieur, ô combien pragmatique, devait laisser libre cours aux désirs de ses hormones, sans avoir d'autres explication que le plaisir à ses actes. Aucun but utilitaire à la chose (cela entraînait des interrogations philosophiques importantes chez Al), mais des tonnes de plaisir pur à la clef. Comment était-ce possible que cela se fasse ? Bien sûr, le roux comprenait l'importance de la reproduction... Mais aucune chance qu'Abel le féconde, combien même il puisse y passer toute la journée. Alors pourquoi ? Probablement, et le Magister était très enclin à le croire en ce moment, l'esclave avait raison : il fallait profiter et se détendre de temps à autre...

Al le comprenait très bien... Ne parlait-il pas souvent à ses collègues de l'importance de détendre leurs pieds par un massage ? Si. Enfin... Toutes ses pensées se bousculèrent dans son esprit à une vitesse folle pour finir par en sortir, avec les gémissements de plaisir que le petit blond lui arracha sans aucune gêne. Abel n'était probablement jamais gêné et Al l'admirait pour cela. Il soupirait son nom, se mordant les lèvres et s'appuyant contre la pierre qui finissait par lui faire mal. Il allait avoir une belle ligne imprimée sur sa poitrine pâle, parsemée de quelques poils et, surtout, taches de rousseur. Abel était en lui et accélérait, ses coups de bassin lui procurant un plaisir aveuglant. Sa vision devint trouble, alors qu'il plongeait une main dans l'eau pour se faire plaisir. Résultat des courses : en dépit de la douleur infligée par le bord du bassin et l'Acte lui-même, Al van Koriolis jouit un rien après son amant.

Le souffle court, rougit par la chaleur ambiante et par leur activité, il se laissa glisser dans le bassin, restant tout contre l'esclave. Il était fatigué, mais bien. Détendu. Tout allait bien... Il serait bientôt prêt à aller retourner. Mais avant... Après avoir récupéré son rythme ordinaire de respiration, Al murmura :

- Merci, Abel...

Les fruits de leur jouissance flottaient dans l'eau. Quoi qu'en en dise, c'était prévisible, après tout rien ne disparaît mystérieusement, sans aller quelque part. Dans ce cas, il s'agissait de petits... nuages laiteux. Al fronça les sourcils, avant de donner quelques coups brusques sous la surface de l'eau. Les courants ainsi provoqués poussèrent le sperme à se diriger vers le filtre, où il fut happé par la tuyauterie des bassins.

Ils restèrent ainsi un temps indéterminé. L'eau, circulant en permanence dans le complexe réseau des bains, restait invariablement chaude et agréable. Les rides apparaissaient sur la peau des mains d'Al. Il était bien, au chaud... Prêt à s'endormir. Mais il lutta pour ne pas le faire, se disant que ce n'était pas un lieu conçu pour cela et qu'il lui fallait rester avec Abel... Ils étaient venus à deux, ce serait impoli de s'endormir comme ça. Un sujet de conversation devrait être trouvé. Al avait très envie de montrer qu'il était reconnaissant pour tout ça... Qu'il l'appréciait. Après tout, on lui avait clairement expliqué qu'il fallait parler avec les gens qu'on aimait. Mais c'était difficile. Alors il fallait trouver... Assez vite.

- Dis, Abel... Ne devrions-nous pas manger quelque chose ? Si je me souviens bien, on pouvait nous apporter des plats au bords du bain... Tu veux bien aller voir ça ?

De un, Al n'a pas mangé depuis... Un temps fou. Souvent, il oubliait ou jugeait cela comme une perte de temps. Mais Abel avait dit que c'était bien de manger avec quelqu'un. De deux... Abel n'apprécierait probablement pas qu'Al y aille à sa place : c'était lui, l'esclave. Alors c'était à lui d'y aller. Chacun avait son rôle, chacun devait faire quelque chose de bien précis... Mais c'était difficile à savoir. Avant toute chose, Al l'embrassa encore une fois et lui caressa la joue. La douceur de cette peau, améliorée par Exodum, était surprenante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Dim 9 Déc - 22:53

À la demande du Magister, il reprit ses esprits. Ça ne servait à rien de repenser à tout ça. À rien du tout. Il ne pouvait plus rien faire pour, de toute façon, alors autant oublier. Oublier, c'était une très bonne méthode pour rester sain d'esprit. Répondant par l'affirmative à Al, il sortit du bain, enfila une serviette autour de sa taille et s'enfonça dans un couloir exiguë, a la recherche d'un serviteur. Ils ne devaient pas être très professionnels. Ils auraient du se trouver à portée de voix, au moins.

Il finit par déboucher sur une pièce plus large avec un comptoir. Une femme se trouvait devant. À la vue de ses vêtements et de ses traits typiques du Khini-Lao, elle était sûrement de la maison.

"Hum, excusez moi. Nous sommes dans le bassin numéro 3, celui pour deux. Nous voudrions quelques encas. Je n'ai trouvé personne pour nous servir."


Il ne pouvait réprimer un sourire gêné. Ce n'était pas dans ses habitudes de commander des libres, même s'ils étaient des serviteurs. Il supposait que là encore, il devait être question de conditionnement... Ou alors, était ce venu avec l'habitude ? Difficile a dire mais en tout cas, il n'envisagea même pas qu'il pouvait être question de son caractère naturel, voila bien longtemps qu'il n'était plus le produit de la nature. La Dame lui adressa quelques mots d'excuses qui le mirent encore plus mal a l'aise avant de lui assurer qu'on leur apporterait quelques mets dans un instant. Alors qu'il s'apprêtait a repartir, il remarqua le regard appuyé de la jeune femme. Elle l'observait. Ça, c'était déjà plus habituel. Il se détendît et pris son temps pour partir. Beaucoup de gens l'observait, certains en coin, discrètement, d'autres de manière on ne peut plus directe, le déshabillant du regard. Cela ne le dérangeait plus. Il s'y était fait.

Une fois de retour au bassin, il sourit à Al et l'informa que des encas arrivaient. Il reposa sa serviette sur le côté et s'immergea a nouveau, s'asseyant à côté du Magister, coude à coude. La chaleur de l'eau lui avait manqué. Très vite, un jeune garçon arriva avec un petit plateau qu'il posa près d'eux avant de s'en aller. Reposait sur celui-ci diverses choses que l'on pouvait manger d'une bouchée, comme de petits biscuits salés, des mini-gâteaux ainsi que quelques fruits. Il n'avait rien précisé, ils leur avaient donc apporté un assortiment.

" A vous de choisir. Je ne crois pas qu'il y en ait un de mauvais. Ce sont des friandises."

Il s'était senti obliger de préciser. Il était quasiment certain que Al n'en mangeait jamais. Ce n'était pas trop son genre... En revanche, s'était celui de Raphaël qui raffolait de ce genre de mets. Il arrivait qu'il ne se nourrisse que de ce genre de chose pendant des jours, lorsqu'il avait beaucoup de travail. Il attendit patiemment que Al choisisse avant de lui même prendre un petit gâteau aux tons clairs qui, selon ses souvenirs, avaient un goût acidulé.

" Si vous n'avez pas aimé le premier, tentez votre chance avec un autre. Il y a des goûts très différents de l'un a l'autre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Lun 10 Déc - 5:42

Le blond fut rapidement de retour. Sa présence avait manqué à Al d'une façon qu'il n'arrivait pas à saisir. Les sentiments humaines étaient difficiles et illogiques. Il associa ce petit manque au plaisir qu'il avait à toucher l'esclave, à sentir ses caresses. C'était sans doute là toute l'affaire. Mais il était certainement bien plus simple d'écouter le doux ronronnement des machines, écouter leur chant régulier et rythmé par des sifflements de vapeur.

- Aha... D'accord.

A propos de vapeur, l'ingénieur s'abandonna à la chaleur de l'eau, le temps que leur nourriture ne parvienne jusqu'à eux. Il se surprit à épier les pieds du garçon qui vint leur apporter le plateau... Sans doute l'enfant de l'un des employés, ou un gamin cherchant à se faire un peu d'argent... En tout cas, bien qu'encore trop jeune pour participer à un quelconque plaisir, il allait sans doute avoir des pieds très agréables à masser, d'ici quelques années.

Il commença par des raisins, juteux et bien sucrés. Cela, bien entendu, il connaissait. Pour ce qui était des pâtisseries... Oui, Raphaël s'y connaissait. Il fréquentait aussi un tas de gens, se rendait à des soirées... Au moins une fête par nuit. Alors autant vous dire qu'il avait l'habitude de la cuisine variée et raffinée. En général, les Magisters s'assuraient de la qualité de leur nourriture et mangeaient mieux que certains nobles... Mais notre rouquin aimait surtout manger vite et ne pas avoir faim pendant le plus de temps possible. Alors, il découvrait. Un petit gâteau, couronné d'une fraise, arriva à la hauteur de ses yeux et il l'examina attentivement avant d'y goûter. Sucré. Fruité. Agréable. Bien qu'inutile.

- Ca a bon goût.

Al s'installa plus confortablement dans le bassin, ne laissant dépasser de l'eau chaude que sa tête. Les pointes de ces cheveux, en bataille et coupés avec peu de soin, trempaient dans l'eau. Un bel esclave, un bain, des pâtisseries à portée de main et un titre respectable. A vingt-huit ans, plus d'un citoyen vendrait sans doute son bras gauche contre une situation pareille. De son côté, l'ingénieur restait peu satisfait de la façon dont allaient les choses. Son invention n'avançait pas pendant qu'il se prélassait, même si Abel et Raphaël disaient qu'il faut se détendre pour avoir de meilleures idées... Ma perte de temps était plus facile à quantifier que les idées hypothétiques qui viendraient peut-être et à condition que...

Il soupira d'aise.

- Ce n'est pas désagréable de vivre comme ça. Je comprends pourquoi certaines personnes ne font rien d'autre de leur vie... Mais je ne voudrais pas perdre toute la journée ici, Abel. Une fois que nous aurons mangé, je voudrais qu'on retourne à l'Université. Je n'ai pas encore fait grand-chose aujourd'hui.

Et le travail passait avant tout... Sauf peut-être Raphaël et son esclave qui savaient comment venir distraire le Magister de ses occupations et l'entraîner vers des plaisirs divers. Il ne leur en voulait pas et savait qu'ils faisaient ce qui semblait être le mieux pour lui... Mais il ne fallait jamais abuser : il devait travailler son bonheur reposait sur son travail et son projet principal : sa machine volante.

- Enfin, si Tu veux, je suppose que Tu pourrais rester ici. Si Raphaël a déjà payé, autant que Tu en profites au maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/

Âme perdue

avatar

• Fiche : http://imperium-ishtar.forumactif.com/t22-abel-je-parle-trop-disent-ils#65
• Messages : 199
• Points d'Influence : 599
• Age : 27
• Esclave de : Raphaël Angelo

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Lun 10 Déc - 9:32

Le Magister se détendait... Voilà qui était bien. Leurs épaules étaient côte à côte et ce rapprochement, le contact de leur peau, lui plaisait. Son regard coula sur le corps de Koriolis. Son désir ne demandait qu'à grandir à nouveau. Était-ce encore le conditionnement qui parlait ? Il préféra chasser cette énième question de son esprit. Ça ne servait vraiment à rien de se poser ce genre de questions... Et puis, Al souhaitait rentrer. C'était logique. Ils avaient déjà fait un pas en avant mais il ne fallait pas s'attendre à ce qu'il oublie son travail pour autant. Sa raison de vivre, en quelques sorte...Et ce n'était pas le but, de toute façon. Il était uniquement là pour l'aider. Son unique ordre permanent. Aider van Koriolis.

« Je comprends que vous souhaitiez partir... J'espère que cette heure de détente vous a plu.... Et que vous trouverez de nouvelles idées pour votre machine. Je ne voudrais pas non plus vous freiner dans votre travail... Et je ne pense pas que Raphaël non plus. Il souhaite seulement votre bien... Et trop travailler, ce n'est pas constructif, contrairement à ce que vous croyez. » Avait-il été trop franc avec lui ? Trop tard, de toute manière. Il ne pouvait pas rattraper ses paroles. « Non, je ne vais pas rester ici tout seul. Ça n'a aucun intérêt. Cependant, si vous avez besoin de moi pour quelques choses, je suis à votre disposition. »

Il se voyait très mal rester dans ce bain, seul, pendant toute une journée. Il n'avait pas l'habitude de ne rien faire, même si l'activité devait consister à se prélasser à coté d'un noble oisif. Il se leva donc, proposant sa main au Magister pour l'aider à se relever sans glisser. Là encore, le voir nu, face à lui, lui donna envie de serrer son corps contre le sien et de le prendre. La tête baissée, il lui tendit une serviette pour qu'il puisse couvrir sa nudité et fit rapidement de même avec la sienne. Si van Koriolis n'avait rien à lui demander, il retournerait tout de suite chez Raphaël. Peut-être serait-il rentré, peut-être même serait-il encore réveillé et il pourrait alors soulager son désir ailleurs. Entendre son mot d'obéissance lui ferait peut-être même du bien. Cela faisait longtemps et Raphaël l'utilisait rarement.

« Bien. Si vous n'avez pas besoin de moi, je vais retourner à la maison... A moins que vous ayez une course pour moi. Je suis ravi d'avoir passé cette matinée avec vous. J'espère qu'elle vous a été... Agréable, bien que chronophage. »

Il était dans le petit vestiaire à présent, quasiment rhabillé. Avant de partir ou même d'avoir obtenu une réponse, il se permit de l'embrasser. Manière comme une autre de lui dire au revoir. Il remit ses chaussures et sa tunique claire. Qu'allait-il bien pouvoir faire de sa journée si van Koriolis n'avait pas besoin de son aide aujourd'hui ? Abel espera vivement que Raphaël soit à la maison, et non pas en train de dormir dans une ruelle, puant l'alcool et l'opium.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperium-ishtar.forumactif.com

Magister Architectura Templi

avatar

• Fiche : The Machine Spirit sings in me...
• Messages : 287
• Points d'Influence : 788
• Age : 28
• Esclave de : Personne
• Protecteur : Aucun en particulier

MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   Mar 11 Déc - 7:22

Al s'en doutait un peu, mais il était toujours bon d'avoir une confirmation de source sûre. Abel ne voulait pas rester là seul. Sans doute parce que justement, il ne fallait pas venir seul ici. L'idée qu'un plaisir ne puisse être aussi savoureux lorsqu'il était consommé seul était étrange... Après tout, il était possible, dans ce cas, de manger et nager seul. Bien sûr, le sexe tout seul n'était pas une option... Mais les bains n'étaient pas un jeu d'équipe, qu'il était impossible de pratiquer en solo. Alors, pourquoi ?

Le roux hocha la tête, pensif, comme un élève à la fin du cours qui compte relire ses notes pour poser des questions la prochaine fois. Car il y aurait une prochaine fois. Il ne lui échappait pas que son ami et l'esclave de celui-ci s'efforçaient de lui apprendre des choses liées à la vie en société. Ils se rhabillaient en silence, durant quelques minutes, avant que le géno ne brise le calme de la pièce (il y avait toujours peu de monde aux bains à cette heure matinale). De nouveau, Al hocha la tête, pensif.

- Non... Je ne crois pas que Tu pourrais m'aider. Retourne chez Raphaël. C'est lui ton maître, il aura peut-être besoin de Toi.

Un esclave était fait pour servir. Les géno conditionnés étaient des rouages solides avec une place bien déterminée dans la Machine. Pour cela, Al les trouvait rassurants. On savait toujours ce qu'ils devaient faire, leur rôle était clairement établi et ne souffrait que de faibles ajustements. Tels des soldats dénués de libre arbitre, ils devaient obéir. Par conséquent, il trouvait normal qu'Abel soit plus à la disposition de Raphaël qu'à la sienne... Et il lui était déjà arrivé d'en toucher un mot à l'artiste qui laissait son jouet des journées entières à Architectura Templi, sans s'en servir lui-même. Ce n'était pas désagréable pour le Magister, là n'était pas la question. Mais un rouage se décalait de sa place et cela engendrait des grincements dans la perception de la réalité du roux.

Le baiser vint réchauffer le corps encore humide de l'ingénieur. C'était là un vrai plaisir. Abel le servait depuis le premier jour, où Raphaël le lui avait envoyé... Comme par inadvertance, le blond lui avait montré ses pieds et un intérêt certain pour son travail. Ensuite, les évènements se sont déroulés selon le plan du peintre : les deux jeunes hommes faisaient connaissance, discutaient, se divertissaient ensemble. Ils sont vite devenus amants et partenaires de conversation. Les maigres connaissances d'Abel en matière scientifique étaient assez intéressantes pour Al qui en profitait pour rafraîchir les siennes, en ce qui concernait les domaines d'expertise d'Exodum.

- Au revoir, Abel. Salue Raphaël de ma part et dis-lui bien de me rendre visite bientôt.

Son ami, occupé par son travail et ses multiples relations sociales, lui manquait vraiment. Mais il comprenait aussi qu'il ne pouvait être égoïste. Raphaël lui consacrait déjà plus d'attention qu'il en méritait et trouvait toujours de quoi le complimenter, alors qu'il n'avait encore rien accompli de grandiose.

Une fois les deux hommes bien habillés, ils sortirent dehors, dans la rue. Le soleil était bien présent, mais le froid persistait. L’Équinoxe d'Hiver approchait inexorablement. Al releva le col de son manteau, avant de se diriger vers une station de tramway proche. Il ne se retourna plus pour faire un dernier signe à Abel. Ce n'était là rien d'autre que l'une de ses multiples maladresses sociales. Son affection était bien présente, mais il ne voyait pas en quoi il devrait en faire la démonstration. Ils avaient convenu de se quitter, alors chacun retournait à ses occupations. Cela devait en être ainsi. Probablement, l'ingénieur n'allait pas revoir la lumière du soleil avant plusieurs jours. Et cela ne le dérangeait pas. Après tout, le soleil n'était nécessaire pour son travail. Même s'il faudrait penser à protéger les yeux du pilote de ses rayons...

- Hum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Détendez-vous, c'est un ordre...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Détendez-vous, c'est un ordre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» votre académie , vous a rapporter combien $$$ !
» Charte de l'Ordre du Mérite
» [Ordre de Mérite] Poitou
» quel est le meilleur deck en type 2 selon vous?
» [Blog] BIONICLE info: vous saurez tous sur les nouveauté et pleins d'autres choses... (fermée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium :: 
 :: District Tchï :: Sources chaudes
-